"Parce qu’ils le méritaient" de Peter Swanson : mortellement addictif !

"Parce qu’ils le méritaient" de Peter Swanson : mortellement addictif !

DirectLCI
NOIR, C’EST NOIR – Le crime vous passionne ? Chaque semaine, retrouvez le coup de cœur de Marc Fernandez, notre expert du roman policier. Aujourd'hui : "Parce qu’ils le méritaient (éditions Calmann-Lévy), de Peter Swanson.

Les apparences sont parfois trompeuses. Et les rencontres fortuites (ou pas), dans une salle d’embarquement d’aéroport, peuvent changer le cours d’une vie. Surtout quand il s’agit d’une belle femme qui, heureux hasard, se trouve assise à côté de vous dans l’avion. Huit heures de vol, dans un endroit confiné, sans moyen de s’échapper. Le temps nécessaire pour se dévoiler, se mettre à nu, aidé par l’alcool. Le destin ou la chance ? A moins que… Voilà le point de départ du roman de Peter Swanson, Parce qu’ils le méritaient (éditions Calmann-Lévy). Une histoire qui pose bien des questions, dont une, essentielle : certaines personnes méritent-elles de mourir ? Entendez par là, pas de mort naturelle et bien avant l’heure. La réponse n’est pas simple et se trouve dans ce thriller addictif.

► C’est qui ?
Peter Swanson est l’auteur de deux romans. Son premier, remarqué, La Fille au cœur mécanique (paru chez Calmann-Lévy), est désormais disponible au Livre de poche. Il est aussi poète et a reçu plusieurs pris pour ses vers. Il a publié de nombreux textes dans des magazines ou des revues tels que The Atlantic, Epoch ou Asimov’s Science Fiction. Il prépare actuellement une série de sonnets sur les 53 films d’Alfred Hitchcock. Cet Américain frisant la quarantaine vit à Somerville, dans le Massachussets, avec sa femme et leurs chats.

► Ça parle de quoi ?
Tout démarre dans un aéroport donc. Ted Severson attend son avion qui doit l’emmener de Londres à Boston. Retard, salle d’attente, bar, Martini et une belle inconnue qui s’assoit près de lui. Elle s'appelle Lily Kintner. Les verres s’enchainent. Une fois dans l’avion, ils se retrouvent côte à côte. Ils démarrent alors un jeu de la vérité, pensant (ou pas) ne plus jamais se revoir. Ted avoue que sa femme le trompe et, sous forme de boutade, qu’il a envie de la tuer. Lily le prend au sérieux et se dit même prête à l’aider. Ils décident de s’unir pour préparer cet assassinat. Mais Lily n’a pas tout dit à Ted bien sûr… Notamment son passé de tueuse. Et les événements vont s’enchainer, et les deux conspirateurs vont se retrouver avec un inspecteur de police plutôt astucieux à leurs trousses…

 Pourquoi on aime ?
Parce qu’ils le méritaient est un thriller véritablement prenant, on a du mal à refermer ce livre tant on a envie d’en connaître la suite et la fin. Les deux personnages principaux sont, chacun à leur manière, plutôt attachants, même s’ils s’apprêtent à commettre le pire. Les dialogues extrêmement réalistes et la construction intelligente. Il y a un peu des Apparences de Gillian Flynn dans ce roman, qui se situe aussi dans la veine de La fille du train. Pas dans l’intrigue ni dans les héros, plutôt dans l’ambiance et la manière de faire. Le tout sans être un vulgaire copy cat car Swanson écrit bien, propose son propre univers et rend aussi un hommage appuyé à une grande dame du noir, Patricia Highsmith et son Inconnu du Nord-Express, devenu un classique du genre. On lui souhaite de connaître le même succès.

>> Parce qu’ils le méritaient ,  de Peter Swanson, trad. Estelle Roudet.  Éditions Calmann-Lévy, coll. "Robert Pépin présente"…, 352 p., 20,90 €

A LIRE AUSSI
>>
La Serpente d'Olivia Koudrine : vous allez adorer être mené en bateau >> Nos polars préférés et toute l'actu du noir, c'est par ici !

Sur le même sujet

Lire et commenter