Pas le temps de buller à Angoulême

Pas le temps de buller à Angoulême

LIVRES
DirectLCI
ÉVÉNEMENT - C'est le plus grand rendez-vous mondial consacré à la BD. Le 41e Festival international d'Angoulême, présidé par le dessinateur satirique Willem, ouvre ses portes de jeudi jusqu'à dimanche.

La sélection officielle
Trente-cinq albums sont en lice pour le Fauve d'or, prix du meilleur album, qui sera décerné dimanche. Parmi la sélection, on retrouve notamment ''Annie Sullivan & Helen Keller''. Cette œuvre de Joseph Lambert raconte l'ouverture aux autres d'une petite américaine aveugle et sourde, à la fin du XIXe siècle aux Etats-Unis, un récit émouvant magnifiquement illustré. ''Mon ami Dahmer', de Derf Backderf, soit le portrait d'un des pires tueurs en série américain, ou ''Charly 9'', de Richard Guérineau et Jean teulé, inspiré de la vie du roi Charles IX et du massacre de la Saint-Barthélemy, sont également en compétition.

Des rencontres
Le Festival accueille cette année environ 200 auteurs. Parmi les invités : Patrick Sobral, le père des "Légendaires", l'une des plus populaires séries francophones, dont les dix ans font l'objet d'une rétrospective. Le public pourra également rencontrer le dessinateur satirique Willem, Grand Prix 2013, ou le grand mangaka japonais Suheiro Maruo.

Des expositions
Plusieurs expositions phares marquent cette édition, au premier rang desquelles "Tardi et la Grande Guerre", en cette année du centenaire de 14-18. Les planches originales de "C'était la guerre des tranchées" et "Putain de guerre !" seront présentés. "Mafalda", l'héroïne de Quino, symbole d'anticonformisme et de résistance, qui fête ses 50 ans, sera au cœur d'une rétrospective ayant pour décor l'appartement de la célèbre brunette. L'auteur argentin de 81 ans, qui était attendu au festival, a cependant dû déclarer forfait pour raisons de santé.

Un marché au ralenti
Si le festival draine une foule importante d'amateurs du 9e art – 200 000 personnes l'année dernière –, le marché de la BD connaît, lui, un ralentissement depuis trois ans. En 2013, les 1,3 million d'exemplaires d'"Astérix chez les Pictes" écoulés dans l'Hexagone masquent un tassement des performances des autres albums par rapport à 2012. Seulement 4 titres ont ainsi dépassé les 100 000 ventes. La production s'est également resserrée (- 4,1%), une première depuis 1995. Au total, plus de 32 millions de BD ont été vendues en 2013 (+0,5%) pour 364,7 millions d'euros, selon Ipsos/Livres Hebdo.

Lire et commenter