Patrick Sébastien : "Je suis le symbole de la cassure entre l'élite et le peuple"

LIVRES
DirectLCI
INTERVIEW - "Le vrai goût des tomates mûres", de Patrick Sébastien, vient de sortir aux éditions XO. Dans ce livre, l'animateur star de France 2 nous parle de son passé, d'éducation, de politique, des réseaux sociaux et de mille autres choses. L'auteur, très loin du "Petit Bonhomme en Mousse" mais fidèle à lui-même, en dit plus à Metronews sur ce texte touchant et plein d'esprit.

A l'origine de ce livre, il y en avait un autre, Sexa. Pourquoi avoir renoncé à le publier ?
Il y a eu un emballement autour de ce livre et les gens l'ont jugé sans l'avoir lu. On est vraiment dans le n'importe quoi. Là, un article vient de sortir sur quelque chose que j'aurais dit sur Delphine Ernotte [Closer a rapporté une blague douteuse que l'animateur aurait faite à propos de la patronne de France Télévisions]. Elle était vexée et j'ai dû lui expliquer que c'était complètement faux ! Je m'entends très bien avec elle. Avant les ragots ne dépassait pas le cadre du village. Aujourd'hui, on en fait beaucoup trop.

Avez-vous l'impression de ne plus être libre de votre parole ?
Malheureusement, on n'est plus du tout libre. Je vais faire l'enregistrement de "On n'est pas couché" [à voir samedi 2 avril sur France 2] et je vais être obligé de peser tous mes mots en me disant 'Putain, pourvu que les médias n'en prennent pas un bout et fasse des raccourcis'. Dans une interview au Matin, j'ai dit que Cyril Hanouna était un copain. On m'a demandé ce que je redoutais pour lui. Etant donné qu'il est au taquet comme l'était Delarue à l'époque, j'ai répondu : 'J'espère qu'il ne finira pas comme lui'. C'est devenu : 'J'ai peur que Cyril Hanouna tombe dans la drogue'. Je n'ai jamais déclaré ça ! Il y a un an, on a dit que j'étais mort. Vous imaginez si mes enfants lisent ça ? C'est violent !

Les réseaux sociaux ont également leur part de responsabilité…
Oui. Avant les corbeaux qui balançaient des lettres anonymes étaient punis par la loi. Aujourd'hui, il y a des millions de lettres anonymes impunies. On se réfugie derrière la liberté d'expression mais il faudrait punir ceux qui sont dans la délation, l'insulte ou la calomnie et couper leurs comptes.

"Avec le FN, ça peut être pire"

Dans ce livre, vous tapez également sur les politiques. Il n'y en a pas un pour rattraper l'autre ?
Ils nous donnent quand même un spectacle d'irresponsables. La déchéance de nationalité c'était vraiment la seule réponse contre le terrorisme ? La prochaine étape c'est quoi ? On les prive de desserts ? Maintenant, ils vont nous faire bouffer de la primaire pendant un an et pendant ce temps, ils ne vont pas s'occuper de choses plus importantes. J'ai des amis autour de moi qui votent FN en disant ça ne peut pas être pire. Moi, je leur dis 'ça peut être pire'.

Qu'est-ce qui vous rebute le plus dans les idées du Front National ?
Je ne suis pas rebuté mais je ne partage pas leurs idées. Je suis un humaniste, je suis pour l'Europe, je suis pour le mariage pour tous.

Vous parlez d'identité française dans ce livre. Est-ce que vous pensez qu'on a fait une erreur en faisant l'éloge de la diversité culturelle en France ?
Pas du tout. Il n'y a pas plus cosmopolite que mon émission "Le plus grand cabaret du monde". C'est une émission française qui n'existerait pas sans les artistes d'autres pays. Mais, je ne me vois pas entrer dans une mosquée avec mes chaussures ou dans une synagogue sans kippa. Je suis pour une diversité totale mais il faut respecter les codes de l'endroit où l'on se trouve.

"Les gens ne sont pas derrière moi juste parce que je fais tourner des serviettes"

Pourquoi tutoyez-vous le lecteur dans Le vrai goût des tomates mûres ?
Le livre crée une intimité entre moi et le lecteur. Et puis, je connais très bien les Français. Je suis le symbole de la cassure qu'il y a entre l'élite et le peuple. Quand je chante "Une petite pipe avant d'aller se coucher" à la télé, la ministre pousse des hauts cris [Laurence Rossignol, secrétaire d'Etat à la famille, s'était dit "extrêmement choquée", ndlr] et quand un acteur vient montrer sa bite sur la scène des Molières, elle applaudit [En avril 2015, Sébastien Théry a fait un sketch nu devant Fleur Pellerin alors ministre de la Culture, ndlr]. Pour cette élite, le peuple, c'est de la merde.

Qu'est-ce que vous apporte l'écriture ?

J'aime les mots, les aphorismes. Et je voulais transmettre les valeurs de respect, de dignité, de partage, dans lesquelles j'ai été élevé. Ces valeurs font qu'à 62 ans, avec toutes les difficultés que j'ai vécues et la pression médiatique, je ne me drogue pas, je ne bois pas, je ne prends pas de tranquillisant et je ne vois pas de psy. C'est donc qu'il y a quelque chose qui fonctionne. Je ne me prends pas pour un philosophe ou un messie mais les gens ne sont pas derrière moi juste parce que je fais tourner des serviettes.

Il y a beaucoup de petites phrases bien senties dans votre livre. Quelle est votre préférée ?
Si le Dieu des agrumes était un gros con égoïste, il n'aurait pas inventé les quartiers d'orange.

A LIRE AUSSI 
>>  Patrick Sébastien reste bien sur France 2
>>  La "petite pipe" de Patrick Sébastien ? "Limite incestueuse" pour Laurence Rossignol

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter