Pénélope Bagieu fait chanter Mama Cass dans sa BD "California dreamin'"

Pénélope Bagieu fait chanter Mama Cass dans sa BD "California dreamin'"
LIVRES

BD – La créatrice de "Joséphine" laisse de côté le trait girly qui a fait sa réputation pour un récit biographique sur Cass Elliott, la chanteuse des Mamas and Papas, dans "California dreamin'" (Gallimard). Avec un graphisme au crayon noir d'une classe folle et une émotion qui fait vibrer chaque case, elle fait revivre la naissance d'un groupe où tout le monde chante et aime en chœur.

Elle s'appelle Ellen Cohen, elle est née en 1941 à Baltimore et elle mange un peu trop. A part reprendre le deli de son père, aucun avenir scintillant ne semble s'offrir à elle. Mais Ellen n'est pas une fille comme les autres. Elle a une corpulence, un culot, un humour qui bousculent tout sur son passage. Et surtout, elle a une voix qui achève ceux qu'elle vient justement de bousculer. Ellen part à New York devenir une star. Elle va rencontrer des musiciens de folk qui vont lui permettre de devenir, peu à peu, Cass Elliott, dite plus tard Mama Cass, l'âme du groupe The Mamas and the Papas.

A LIRE AUSSI >> Pénélope Bagieu n'a pas le temps de buller

Pour raconter l'histoire de cette chanteuse géniale, terriblement attachante et vulnérable, Pénélope Bagieu a laissé tomber le trait un peu distant de sa tablette graphique pour la chaleur du crayon sur du bon vieux papier. Son graphisme s'en trouve transformé : élégant, racé, débordant d'inventivité, d'humour et d'émotion. Pas besoin de couleur pour croquer la présence imposante de Cass et la vitalité des trois autres membres des Mamas and Papas, chacun ayant droit à son chapitre biographique avant de former leur groupe fusionnel. Denny Doherty en particulier est si expressif qu'on jurerait le voir cligner des yeux sur les pages.

Pénélope Bagieu n'a pas voulu raconter l'histoire du groupe, mais seulement son ascension jusqu'au tube "California dreamin'". Le reste, en particulier la mort prématurée de Mama Cass, d'une crise cardiaque alors qu'elle n'avait que 32 ans, il faudra l'imaginer. L'important ici est la trajectoire d'une jeune fille pas formatée pour les pochettes de disques, les trajectoires amoureuses qui ne se croisent pas, les sixties américaines sur fond de guerre du Vietnam, les feuilles mortes de la côte Est et la douceur de vivre californienne. Que l'on soit amateur de cette période ou non ne change rien au plaisir de cette lecture : plus qu'une BD, California dreamin' est une œuvre formidable, point barre.

Lire et commenter