"La Vraie Vie" : pourquoi le premier roman d’Adeline Dieudonné est un phénomène

DirectLCI
LIVRES – Candidate au prix Goncourt, invitée ce samedi de Laurent Ruquier dans "On n'est pas couché", l’écrivain belge Adeline Dieudonné est la surprise de la rentrée littéraire avec "La Vraie Vie". Un premier roman aussi radical que surréaliste qui suscite un culte grandissant. Explications.

Elle n’a pas de prénom. De là à faire de l’héroïne de "La Vraie Vie" le double littéraire d’Adeline Dieudonné ? Allez savoir... Dans son premier roman surprenant, cette comédienne belge de 35 ans met en scène une fillette qui survit dans une banlieue pavillonnaire surnommée Le Démo, entre un père chasseur avec "une carrure d’équarrisseur" et une mère brimée qu’elle compare à "un ectoplasme". Rien que ça. Seul trouve grâce à ses yeux son petit frère, Gilles, qui partage ses jeux d’enfants. Jusqu’où jour où un terrible accident, impliquant le glacier du coin, va tout bouleverser… 


Depuis sa parution en France, le 29 août dernier, "La Vraie Vie" fait l’objet d’un culte chaque jour grandissant. Début septembre, le jury du prix Goncourt l’a intégré à sa première sélection. Et quelques jours plus tard, Adeline Dieudonné décrochait le prix du roman Fnac, décerné par 400 libraires et 400 adhérents de l’enseigne qui l’expose désormais en tête de gondole, aux côtés des stars habituelles de la rentrée littéraire comme sa compatriote Amélie Nothomb, fan de la première heure.

Si "La Vraie Vie" séduit tant, c’est sans doute grâce à sa faculté à convoquer le monde de l’imaginaire pour raconter la violence, bien réelle, que traverse sa narratrice tout au long du récit. Sous son toit mais aussi dans son propre corps, bouleversé par le désir naissant qu’elle éprouve pour Le Champion, un père de famille dont elle garde les enfants pour se faire son premier argent de poche. Et financer les cours de physique qui lui permettront de créer, pense-t-elle, une machine à remonter dans le temps.


L’enthousiasme autour d’Adeline Dieudonné n’est pas sans rappeler celui qu’avait suscité Leïla Slimani, prix Goncourt presque inattendu en 2016 avec le terrifiant "Chanson Douce". Au réalisme glacial de cette dernière, mais avec une urgence similaire, sa consoeur belge a préféré la voix du conte fantasmagorique pour raconter la brutalité du monde contemporain à l’égard de son héroïne. L’écriture est intense, imagée, nourrie de références à la pop culture. Quelque chose nous dit que le cinéma ne tardera pas à s’arracher les droits de cette pépite sanglante à dévorer sans modération.


>> La Vraie Vie. (L’Iconoclaste). 256 pages. 17 euros. Adeline Dieudonnée sera l’invitée de Laurent Ruquier dans "On n’est pas couché", ce samedi 22 septembre à partir de 23h10 sur France 2

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter