Rentrée littéraire 2014 : "Fonds perdus", de Thomas Pynchon, à la loupe

LIVRES
DirectLCI
FLORAISON - Quelques semaines avant le coup d'envoi de la rentrée littéraire, Metronews fait le point sur les futures forces en présence, entre petits nouveaux et habitués du genre. Connu pour sa discrétion légendaire, Thomas Pynchon a publié l'an dernier aux Etats-Unis son nouveau roman, sur fond de paranoïa et de crise économique. La traduction française du livre débarque enfin le 21 août.

C'est qui ?
Thomas Pynchon, 77 ans, est sans doute l'écrivain américain le plus mystérieux de sa génération. Une seule photo disponible datant de son adolescence, aucune interview jamais accordée aux médias, l'auteur cultive l'anonymat. Après avoir publié ses premières nouvelles dans les années 1950, il reçoit en 1974 le National Book Award pour L'arc-en-ciel de la gravité. Les spécialistes comparent la lecture de ses romans à de la spéléologie, une exploration risquée et haletante d'un matériau indéfinissable. Adepte des histoires tortueuses, de la paranoïa et des personnages alambiqués, l'écrivain en profite toujours pour dresser son propre constat de l'Amérique contemporaine.

De quoi ça parle ?
Sorti en septembre 2013 aux Etats-Unis, Fonds Perdus (Bleeding edge en version originale) met en parallèle l'attaque des tours jumelles du 11-septembre et l'éclatement de la bulle Internet. Le roman évoque ainsi les flux de capitaux qui peuvent gangréner l'économie et le Web profond, tout ce qui circule dans les labyrinthes d'Internet mais qui n'est pas référencé par les moteurs de recherche. Un nouveau roman dense et complexe pour Pynchon, qui devrait encore susciter des centaines d'interprétations de la part des spécialistes, habitués à disséquer chaque expression de l'auteur.

L'info en plus :
S'il vit reclus hors du monde médiatique, Thomas Pynchon a fait une fois exception en acceptant de prêter sa voix pour jouer son propre rôle dans Les Simpson en 2004. Fidèle à sa personnalité, le personnage apparaît avec un carton sur la tête qui laisse uniquement entrevoir son regard. Afin de soutenir la démarche de Marge, qui souhaite publier un roman, l'écrivain doit donner à son éditeur une phrase de recommandation. "Thomas Pynchon a aimé ce livre. Presque autant qu'il aime les caméras", assène-t-il. L'extrait vidéo de son apparition a d'ailleurs été supprimé du Web. Comme un clin d'œil.

Fonds perdus, aux éditions Seuil, sortie le 21 août.

Lire et commenter