Sophie Favier : "Pour rien au monde, je n'aurais pu être la femme d'un homme politique"

Sophie Favier : "Pour rien au monde, je n'aurais pu être la femme d'un homme politique"

INTERVIEW – Sophie Favier vient de sortir "Jamais aussi bien qu'à 50 ans !", aux éditions Michel Lafon. Dans ce livre plaisant, l'ancienne animatrice télé nous donne en bonne copine de nombreux conseils sur des sujets aussi divers que la sexualité, la nutrition ou la médecine esthétique tout en racontant ses propres expériences. Rencontre avec une femme épanouie.

Avant de vous rendre compte que vous étiez une cinquantenaire épanouie, est-ce que vous redoutiez ce cap des 50 ans ?
Inconsciemment oui. 50 ans c'est vraiment une étape. Ça veut dire ménopause,départ des enfants de la maison, perte d'énergie. Mais j'ai pris le contre-pied. J'ai notamment fait un régime. Je me suis dit que je n'avais pas le temps de me laisser aller parce que sinon je serais malheureuse et je perdrais confiance en moi.

Et le jour J ?
Le jour J, je me suis dit : "tu es coquette. Il n'y a pas lieu de te martyriser". Je m'en fiche un peu de vieillir. Je ne suis pas dans le jeunisme mais j'ai un esprit jeune et il faut que mon corps suive donc ça demande des efforts. Les aléas du temps qui passe sont plus compliqués pour une femme.

Vous avez perdu 13 kilos, était-ce difficile ?
Ça a été une super expérience en partenariat avec Gala.fr. J'ai pu rencontrer une nutritionniste, un coach sportif. Pendant trois mois j'ai suivi un régime à 1200 calories. C'est très restrictif, même punitif. J'ai une nature gourmande, festive. Je sors souvent avec des amis, j'aime les apéritifs. Mais un beau corps ça se travaille. On dit qu'aucun régime ne marche mais ce n'est pas vrai. Un régime ça marche, le problème c'est après avec l'effet rebond.

"Je ne suis pas une gourgandine !"


Dans ce livre, vous évoquez également très librement votre sexualité…

En règle générale, je ne parle de ma libido mais il m'a semblé important de parler de sexualité car à 50 ans on se retrouve notamment confrontée à la ménopause. Et puis, parler hormone, ce n'est pas forcément quelque chose qu'on fait avec ses copines autour d'un thé.

Selon vous, la sexualité est centrale dans un couple ?
Oui, comme les échanges, les câlins. C'est important d'être démonstratif. J'ai un côté espagnol assez affectif et très tactile. Mais contrairement à ce que certains essayent de faire croire, je ne suis pas une gourgandine !

Votre compagnon Bruno a 14 ans de moins que vous. Cette différence d'âge ne vous a jamais freinée ?
Quand on nous voit ensemble, on ne voit pas de différence. Bruno a un côté beaucoup plus raisonnable que moi. Ce n'est pas une performance d'être avec quelqu'un de plus jeune. C'est juste la vie qui a fait que cela s'est passé comme ça. Je suis très bien avec lui comme j'aurais pu être heureuse avec quelqu'un de 60 ans.

Est-ce que le fait d'être avec un homme plus jeune vous invite à prendre davantage soin de vous ?
Non. Je ne le fais pas pour lui, je le fais pour moi ! D'ailleurs, il était furieux que je fasse ce régime car on ne pouvait plus sortir au restaurant et je ne lui faisais plus de petit plat.

"Ce n'est pas compliqué d'être heureux"

Dans ce livre, vous écrivez "J'ai rarement vu des femmes très épanouies au contact d'hommes célèbres. L'ego de la célébrité écrase tout". Et l'inverse ? Les femmes célèbres sont-elles davantage fréquentables ?
Personnellement, quand j'étais bankable à la télé, je faisais toujours très attention à ce qu'on prenne soin de saluer la personne qui m'accompagnait en soirée. Mais souvent, les gens ne les regardaient même pas. C'était très méprisant et vexant, pour moi aussi. C'est terrible d'être transparent. Pour rien au monde, je n'aurais pu être la femme d'un homme politique. Ça doit être terrifiant. J'admire celles qui y arrivent.

Si vous le pouviez, préféreriez-vous revenir à vos 20, 30 ou 40 ans ?
Rien du tout. Je suis bien dans ma vie et dans mon âge. Chaque période a été vécue pleinement. J'ai une propension à être très positive. J'ai une foi dans la vie. L'amour, l'échange, le sourire sont des valeurs sures. Ce n'est pas compliqué d'être heureux. Il faut se contenter de ce que l'on a. Le bonheur est en soi.

Jamais aussi bien qu'à 50 ans !, de Sophie Favier, aux éditions Michel Lafon, 267 pages, 17.95 euros. 

A LIRE AUSSI 
>>  Sophie Favier affiche déjà moins huit kilos sur la balance
>>  Sophie Favier, en couple avec un forain : "Je fais tous les jours l’amour"

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Ce que l'on sait de la mort de Maxime Beltra, décédé à 22 ans après une injection du vaccin Pfizer-BioNTech

EN DIRECT - Covid-19 : Israël autorise une 3e dose de vaccin pour les plus de 60 ans

PHOTO - Emmanuel Macron préside un conseil des ministres depuis son avion, un fait inédit

Le tableau des médailles des JO de Tokyo : la France 8e, après une belle journée en argent

Covid-19 : le pass sanitaire élargi entrera en vigueur le 9 août

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.