"Territoires", d'Olivier Norek : sa cité va craquer

"Territoires", d'Olivier Norek : sa cité va craquer
LIVRES

Polar, thriller, roman noir... Chaque semaine, retrouvez le coup de coeur de Marc Fernandez, cofondateur et rédacteur en chef de la revue "Alibi". Aujourd'hui : "Territoires", du Français Olivier Norek.

Ce qu’il y a de bien avec les auteurs de polars, notamment ceux qui sont ou ont été flics, c’est qu’ils s’inspirent de leur vécu pour nous raconter des histoires bien noires. Et puis parfois, souvent même pour ce genre littéraire ancré dans le concret, cette réalité vous pète à la figure. C’est le cas avec Territoires, le second roman d’Olivier Norek. Alors qu’il est question, dans la vraie vie, d’un sénateur d’une ville de la banlieue parisienne et de mallettes d’argent liquide, une situation similaire à celle de l’intrigue de ce livre, sa lecture n’en devient que plus délicieuse.

C’est qui ?
À 39 ans, Olivier Norek a déjà vécu plusieurs vies. Dans l’humanitaire, comme gardien de la paix, puis lieutenant (en disponibilité de la section Enquête et Recherche du SDPJ 93), enfin auteur et scénariste aujourd’hui. Celui qui a dit un jour : "Je ne savais pas que je savais écrire", a démarré en remportant un concours de nouvelles en 2011… Il poursuit son aventure littéraire, après Code 93 (disponible en poche chez Pocket), un premier roman très réussi. Outre ce deuxième livre, il travaille sur le scénario du premier pour le cinéma et il vient d’intégrer l’équipe d’auteurs qui planche sur la saison 6 de la série Engrenages.

Ça parle de quoi ?
Bienvenue à Malceny, ville imaginaire du 93, dirigée d’une main de fer par une certaine Vesperini, surnommée "la reine". Tout démarre avec l’exécution sommaire de trois jeunes caïds de la cité du coin. C’est l’équipe de Victor Coste (la même que dans Code 93) qui est chargée de l’enquête. Il est question de pains de cocaïne et de shit planqués chez des retraités, d’un chef de bande psychopathe âgé d’à peine treize ans, d’hommes de main recrutés dans un club de boxe, d’une maire aux méthodes franchement limite pour assurer son pouvoir, de valises bourrées de billets. D’un chat et d’un micro-ondes aussi (âmes sensibles s’abstenir)…

Pourquoi on aime ?
Olivier Norek nous entraîne une nouvelle fois dans son département fétiche, le 9-3. Là où il a œuvré lui-même en tant que lieutenant de police durant une quinzaine d’années. Un endroit qu’il connaît donc très bien, qu’il décrit avec minutie, dans un style nerveux, aux dialogues bien sentis. Dans ce chaos indescriptible, tout le monde manipule tout le monde. Et on se laisse prendre au piège avec délice. L’intrigue est bien menée, les personnages attachants et, surtout, loin des clichés habituels (non, les flics ne sont pas tous dépressifs et alcooliques). Après un premier roman réussi, Norek confirme tout le bien qu’on pensait de lui. C’est un véritable auteur, et non un policier qui écrit des polars.

Territoires, d’Olivier Norek. Ed. Michel Lafon, 400 p., 18,95 €


 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter