"Une avalanche de conséquences" : Elizabeth George est bien la "Queen" du polar

LIVRES
NOIR, C’EST NOIR – Le crime vous passionne ? Chaque semaine, retrouvez le coup de cœur de Marc Fernandez, notre expert du roman policier. Aujourd'hui : "Une avalanche de conséquences" de Elizabeth George (Editions Presse de la Cité).

Quand une grande dame comme Elizabeth George publie un nouveau livre, c’est toujours un événement. À chaque fois, c’est un best-seller assuré pour celle qui est traduite dans près de trente-cinq pays. C’est le cas avec ce dix-neuvième roman, Une avalanche de conséquences, paru aux Presses de la Cité. Oubliez vos préjugés. Madame George est la "reine du crime", ses textes sont exigeants, plus qu’on ne l’imagine, ses intrigues sont originales, parsemées d’embûches et de fausses pistes. Cette Américaine n’a pas son pareil pour nous dévoiler la face la plus sombre de ses personnages et donner à voir une société anglaise comme on ne l’imagine pas. Ou presque. Une lecture incontournable pour tous les amateurs du genre.

C’est qui ?

Avec dix-huit millions d’exemplaires vendus dans le monde depuis son premier roman, Enquête dans le brouillard (1988, pour lequel elle obtient le Grand prix de littérature policière en 1990 en France), le nom d’Elizabeth George fait aujourd’hui partie du Panthéon du roman à énigme. Née le 26 février 1949 dans l’Ohio, elle passe son enfance en Californie. Après une première vie d’enseignante, elle se lance dans l’écriture et connaît le succès dès son coup d’essai. Depuis, "Queen Elizabeth" comme on l’a surnomme n’a cessé d’écrire, toujours des histoires qui se déroulent en Angleterre. Elle l’explique dans un ouvrage, sobrement intitulé Mes secrets d’écrivain (2006) : "[ma philosophie], écris sur ce qui t’intéresse, écris sur ce que tu aimes."

Ça parle de quoi ?

Bienvenue dans la campagne d’apparence si calme et tranquille du Dorset. Là-bas, pourtant, un drame va se nouer. William Goldrace, fiancé à Lily, va se jeter du haut d’une falaise. Un acte fou alors que tout semblait aller au mieux pour ce couple. Mais Lily a découvert quelque chose dans le journal intime de son homme… Plus étrange encore, la mère de ce dernier, Caroline Goldrace, se trouve mêlée à une sombre histoire quelque temps plus tard : la mort plus que suspecte de Calre Abbott, une auteure féministe dont elle était l’assistante. Pas évident de trouver un lien entre ces deux décès. Le sergent Barbara Havers va pourtant devoir faire éclater la vérité, en compagnie de son supérieur, l’inspecteur Thomas Linley. Ce qu’ils vont découvrir fait froid dans le dos… Car dans cette région, pas si paisible que cela au final, il se passe des choses vraiment bizarres. 

Pourquoi on aime ?

Quel bonheur de retrouver Havers et Linley, les personnages récurrents de "Queen Elizabeth". Cette fois, elle les plonge dans une sale affaire familiale. Deux morts à la clé. Et beaucoup de zones d’ombres. Plus qu’un simple roman à énigme, Elizabeth George continue, comme à chaque fois, de surprendre et, surtout, de mettre des mots, crus, durs, fins, sur les maux d’une société anglaise pleine de faux-semblants, de contradictions, de perversité aussi. Chaque phrase de ce roman est un coup de scalpel. Chaque dialogue est un coup de poing au plexus. Chaque personnage est bien plus complexe qu’il n’y paraît. Et elle est vraiment passée maître dans l’art de brouiller les pistes. Mais plus qu’une simple enquête à la Agatha Christie, la plume d’Elizabeth George, acérée, la place aussi au rang d’un Dickens, dans ses descriptions de la bourgeoisie locale. Une avalanche de conséquences prouve, une fois de plus, que l’Américaine mérite son surnom. C’est bien elle la "reine du crime".


>> Une avalanche de conséquences, d’Elizabeth George, trad. Isabelle Chapman. Editions Presses de la cité, 480 pages, 23,50 €

Lire aussi

Et aussi

Lire et commenter