Yasmina Reza reçoit le prix Renaudot pour son roman "Babylone"

LIVRES
PRIX LITTÉRAIRE – Le prix Renaudot a été attribué ce jeudi 3 novembre à Yasmina Reza pour "Babylone" (Flammarion). Le Renaudot essai a été attribué au "Monde libre" (Les liens qui libèrent) de la journaliste Aude Lancelin.

Dans la foulée du Goncourt, le prix Renaudot a été attribué ce jeudi 3 novembre à Yasmina Reza pour Babylone (Flammarion). Le jury, présidé par Patrick Besson, a choisi de récompenser un livre qui bouscule les codes du roman. Dans cette œuvre, Yasmina Reza nous plonge au cœur d’une fête qui tourne au drame à cause d’un malentendu. Alors qu'il attend la police après le meurtre de sa femme, Jean-Lino se souvient que son père lui lisait toujours le même verset déchirant des Psaumes : "Sur le bord des fleuves de Babylone, nous étions assis, et nous pleurions en nous souvenant de Sion".


Entre thriller et analyse sociologique, Yasmina Reza s'amuse des travers et des manies de ces petits-bourgeois aux vies insignifiantes et dresse le portrait d'exilés, y compris le chat vieillissant qui ne comprend que l'italien. Si le roman de Yasmina Reza ressemble parfois à un vaudeville où l'on rit de bon coeur on se retrouve soudain la gorge nouée, la tragédie n'étant jamais loin de la farce. Pourquoi passer ainsi du rire aux larmes ?  "Je pense que c'est venu de quelque chose de très précis dans ma vie", avait confié l'écrivain en septembre à l'AFP.

Yasmina Reza, éternelle exilée

"Pour moi, +Babylone+, c'est le monde des disparus, des émotions qu'on aurait pu vivre, de toute cette humanité derrière nous", expliquait la romancière et dramaturge française la plus jouée dans le monde. "De par mes origines et mon histoire personnelle, il n'y a jamais eu, et je le dis sans aucune nostalgie, de chez-moi. J'ai dû me le créer. Je me le suis créé avec l'écriture, en réalité", avait également raconté Yasmina Reza, née en France en 1959 d'une mère d'origine hongroise et d'un père issu d'une famille russo-iranienne. Dramaturge internationalement reconnue grâce à des pièces comme Art ou Le Dieu du carnage, Yasmina Reza prouve désormais avec Babylone qu'elle est également une romancière accomplie.

Lire aussi

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter