Les 25 ans de "Friends" : pourquoi la série a rencontré un tel succès à l’époque ?

Médias

FLASHBACK - En dix saisons de 1994 à 2004, la sitcom "Friends" de la chaîne américaine NBC a rencontré un immense succès. 25 ans plus tard, la nostalgie perdure.

Le phénomène Friends, pas prêt de retomber. La série, créée en 1994 et achevée en 2004, forte de 236 épisodes, souffle cette année ses 25 bougies. Joyeux anniversaire donc à la sitcom phare créée par Marta Kauffman et David Crane dont on se remémore encore les personnages superstars, les répliques et la musique de générique hurlant "I'll be there for you". D'autant que, surprise, plus de deux décennies après, les fans demeurent, eux, toujours au rendez-vous, comme en témoignent des forums de discussion regorgeant de témoignages enjoués et nostalgiques : "C’est une série que je continue de regarder en 2019, je suis en boucle dessus depuis plus de 10 ans", raconte cette internaute. "Elle me parle car je me suis retrouvée dans différentes situations et ça a pu m’aider parfois dans des questionnements que j’avais dans la vie. Et puis j’adore les personnages, de la maladresse de Chandler en passant par le romantisme de Ross." 

Lire aussi

Une autre, également transie de passion, poursuit sur le même forum : "Quand on est ado, on garde le fantasme d’une future vie d’adulte idéale. Mais même une fois adulte, on ne s’en lasse pas, on la revoit, comme un rituel. C’est vraiment ma série doudou." Soit autant de raisons de sa longévité, il est vrai mystérieuses pour ceux qui ne la connaissent pas ou qui n’y adhèrent pas du tout et qui expliquent pourquoi, par exemple, Lego, le célèbre fabricant de jouets de construction, a décidé de produire un kit spécial Friends.

Série imprégnée dans la culture pop

Pour saisir à quel point Friends a marqué à jamais le petit monde de la sitcom, il suffit de revenir aux sources du phénomène, lorsqu'en 1994, David Crane et Martha Kauffman conçoivent une série initialement intitulée "Insomnia Café", alors présentée par ses auteurs comme "une variation sur le sexe, l'amour, les relations, les ambitions, à un moment de sa vie où tout est possible". Le credo : "les amis sont une famille." Une formule qui fait instantanément florès et qui débarque pour la première fois en France le 16 avril 1996, jour de la première diffusion sur Canal Jimmy en version originale sous-titrée. France 2 la récupère l'année suivante. 

Rachel, Monica, Phoebe, Ross, Chandler et Joe deviennent alors les meilleurs amis de millions de spectateurs dans le monde. Et la série de naturellement se fondre dans la culture populaire : la coupe de cheveux de Jennifer Aniston est devenue "The Rachel", la coiffure à la mode ; le "How you doin'?" de Joey est entré dans le langage des jeunes et le mythique Central Perk, café lounge agrémenté d'un vieux canapé et de quelques fauteuils de récupération où se retrouvaient les six "friends", a été franchisé par un businessman Iranien dans une trentaine de pays. 

Voir aussi

De saison en saison, les audiences ne faiblissent pas, les invités de luxe s'enchaînent, le salaire des six acteurs explose tous les records, et forcément, le microcosme télévisuel en prend un coup. L'impact de Friends est tel qu’elle a hanté telle une ombre tutélaire d’autres séries "de bande" ayant suivi comme How I Met Your Mother (cinq amis se débattent entre leur idéalisme post-adolescent et la dure réalité de l'âge adulte) ou The Big Bang Theory (des docteurs en science partagent un quotidien fait de jeux vidéo, d'équations et d'amitié).

Lire aussi

A chaque génération, son culte

Aujourd'hui, Friends fait partie des souvenirs gravés dans l'inconscient collectif. Même si, d’une génération à une autre, les regards changent. Un article publié par le quotidien anglais The Independant expliquait en 2018 que les Millenials jugeaient la série Friends ajoutée au catalogue Netflix comme "homophobe, transphobe, raciste et sexiste" : "De nombreux abonnés qui redécouvraient la série ont été choqués par les blagues homophobes récurrentes et l’invisibilisation des non-Blancs à l’écran, nous avouait Chloé Delaporte, maîtresse de conférences en socio-économie du cinéma et de l’audiovisuel. "Le public d'alors était certainement moins sensibilisé, moins prompt à 'voir' ces ressorts humoristiques et à les trouver problématiques." 

Peut-être que si la série se déroulait aujourd’hui, les friends seraient alors moins unis, plus accro aux smartphones, comme le suggère cette parodie proposée par le site Nerdist. Pas de quoi altérer l’ivresse des anciens : "C’est une série rassurante qui me rend heureuse", poursuit cette internaute sur un forum. "Friends correspond à une zone de confort, où j'ai l'impression de retrouver de vieux amis qui ne m'ont jamais trahi". Un lien affectif durable voire indéfectible, que d'autres téléspectateurs ont pu développer avec d'autres séries. Ne vous cachez pas : vous aussi, vous aimez (re)découvrir avec joie les épisodes de Hartley cœurs à vif, de Angela 15 ans voire de Hélène et les garçons pour ne pas oublier l'ado que vous avez été et qui sommeille encore en vous. A chaque génération, son culte qui perdure. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter