Affaire Morandini : les journalistes de iTELE pourront quitter la chaîne avec des indemnités

POLEMIQUE – Nouveau rebondissement dans le feuilleton Morandini vs. la rédaction de iTELE. La direction de la chaîne info du groupe Canal + va proposer aux journalistes qui refusent de travailler avec l’animateur de faire jouer leur clause de conscience. Et donc de partir moyennant des indemnités.

Des chèques pour éteindre l’incendie ? La direction de iTELE a décidé de proposer aux journalistes qui refusent de travailler avec Jean-Marc Morandini de faire jouer leur clause de conscience. Et donc de quitter la chaîne, moyennant indemnités. L’information, révélée sur Twitter par Claude Askolovitch, collaborateur régulier de iTELE, a été confirmée à l’AFP par un porte-parole de la chaîne du groupe Canal +.


Un courrier devrait être envoyé vendredi aux journalistes pour préciser les conditions de cette clause, selon une source proche du dossier. Une assemblée générale des salariés avait lieu en fin de matinée, alors que l’arrivée de Jean-Marc Morandini, prévue à l’origine mercredi 19 octobre, a été avancée au lundi 17.

L'animateur demande qu'on le "laisse travailler"

L’animateur, mis en examen pour corruption de mineurs aggravée, doit présenter une émission consacrée aux médias, sur la tranche 18h-19h. Dans une lettre ouverte, publiée jeudi dans Le Monde, les journalistes de iTELE demandaient à JMM de renoncer à ce nouveau programme, évoquant notamment le tort que son arrivée ferait à l'image de leur chaîne.


L’intéressé leur a répondu dans les pages du même quotidien, réclamant qu'on le "laisse travailler" et qu'on respecte "la présomption d'innocence". La Société des journalistes devait être reçue ce vendredi matin par la direction.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

L'affaire Morandini

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter