Battles de "The Voice" – Abi : "Quand j'ai entendu mon nom, je pensais que Pascal Obispo s'était trompé !"

Pour cette nouvelle Battle, Abi et Raimana montent sur le ring. Les deux talents de Pascal Obispo interprètent le titre «Un homme heureux » de William Sheller. Vous vous rappelez surement de leur audition à l’aveugle. Abi avait littéralement conquis les quatre coachs en interprétant le titre « Lovely » de Billie Eilish avant d’improviser au piano « Sous le vent » de Céline Dion et Garou. Raimana, venu tout droit de Tahiti, avait ému les coaches en chantant un chant traditionnel polynésien « E ru’au ». Ce soir, les deux talents de Pascal Obispo s’affrontent pour une place aux KO. Découvrez leur prestation en images. Extrait de l’émission The Voice du 14 mars 2020. Retrouvez tous les replay, tous les extraits, tous les bonus de The Voice sur MYTF1.
Médias

Toute L'info sur

The Voice 2020

INTERVIEW – Il a passé l'étape des battles haut la main. Abi a gagné son ticket pour les KO de "The Voice" ce samedi 14 mars. Le jeune chanteur qui fait partie de l'équipe de Pascal Obispo a confié sa surprise à LCI.

Il nous avait bluffés lors des auditions à l'aveugle avec sa reprise de "Lovely", de Billie Eilish. Ce samedi 13 mars, Abi s'est qualifié pour les KO de "The Voice". Face à Raimana, le jeune chanteur de 21 ans a livré une fois encore une prestation planante avec "Un homme heureux", de William Sheller. Alors qu'il rêvait de foot, Abi s'est découvert une passion pour la musique grâce à son père qui l'a poussé à s'inscrire au conservatoire. "Moi, je veux t'emmener en finale", lui avait promis Pascal Obispo, son coach, lors des auditions à l'aveugle. Doté d'une voix de velours et d'une sensibilité à fleur de peau, le jeune chanteur pourrait bien aller très loin dans "The Voice". 

Vous aviez l'air très étonné que Pascal Obispo vous choisisse…

(Il rit) Mais oui complètement !  Des bribes de souvenirs qu'il me reste, je me rappelle de Pascal Obispo qui me dit 'Abi, t'étais un homme moins heureux que Raimana qui a fait un super travail et c'est pour ça que je te choisis' ! J'ai honnêtement cru qu'il s'était trompé ! Je m'attendais à ce qu'il dise 'C'est Raimana, pardon'. 

Les Battles c'est une étape particulière où on est confronté à un autre talent. Comment l'avez-vous vécu ?

Ça a été très difficile car dans notre équipe il y avait beaucoup bienveillance. Pour moi, Raimana n'était pas un adversaire mais un allié. C'est très dur d'être arrachés les uns aux autres au fur et à mesure qu'on avance.

"Un homme heureux", c'était une chanson que vous connaissiez ?

Non, pas du tout. Et je ne me suis même pas posée la question si je l'aimais ou pas car je n'avais pas le choix. J'y suis allé, j'ai bossé dessus et j'ai appris à l'aimer et à me rendre compte de sa valeur. C'était un super challenge. 

Lire aussi

Pascal Obispo dit que vous avez une "sensibilité extraordinaire". C'est ce qui fait votre force ? 

C'est peut-être bien ça. En réécoutant ma prestation aux auditions à l'aveugle, je me suis dis que ce n'était pas fou. Je n'entendais que les erreurs et les imperfections. Je me suis demandé pourquoi les gens avaient ce ressenti quand je chantais et effectivement c'est certainement dû à mon côté sensible. Parfois des voix imparfaites dégagent plus que des voix parfaites.

Qu'avez-vous appris de votre coaching avec Pascal Obispo ?

C'est difficile de l'exprimer avec des mots.  A un moment Pascal Obispo m'a attrapé par l'épaule et il m'a regardé. C'est indescriptible au niveau des mots, mais au niveau de l'intention ça voulait dire donne toi à fond, combat ta timidité et montre nous que t'es là. J'ai encore du chemin à faire mais je me pose les bonnes questions maintenant. J'arrive à voir comment les gens me perçoivent alors que moi je me dit que j'ai été nul. 

Vous êtes très dur avec vous-même…

Ah oui complètement. Mais c'est ce qui me permet de progresser. C'est dans la nature humaine de vouloir toujours faire mieux et je suis très rarement satisfait de ce que je fais, pour ne pas dire jamais.

Je suis une version low cost de Will Smith !- Abi

Lara Fabian a dit que vous étiez une sorte d'ange qui ressemblait à Will Smith. Ça vous inspire quoi ? 

Ça me fait rire ! On me dit souvent que je ressemble à Will Smith. Mais moi je dis que je suis une version low cost de Will Smith. Et puis je ressemble plus à son fils d'ailleurs. Dans une version low cost évidemment !

Qu'attendez-vous de la suite ? 

De poursuivre ce challenge personnel qui est de me voir d'un autre œil. Je dois arrêter de me dénigrer et me trouver nul. 

Le foot c'est vraiment fini ? 

Le foot c'est fini depuis longtemps parce que je suis vraiment nul ! J'ai ce qu'on appelle un pied carré, je ne tire jamais droit. Et là c'est réel, tous mes proches peuvent vous le confirmer (Rires). 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent