"Quand j’aime quelqu’un, je l’aime passionnément" : Fanny Ardant apporte son soutien à Roman Polanski

Césars 2020 : les réactions à la victoire de Roman Polanski
Médias

POLEMIQUE – La comédienne qui a remporté le César de la meilleure actrice dans un second rôle a expliqué, à l'issue de la cérémonie vendredi soir, qu'elle avait envie de défendre le réalisateur.

C'est la seule personnalité qui lui a apporté publiquement son soutien. Fanny Ardant s'est dite très heureuse pour Roman Polanski, sacré Meilleur réalisateur vendredi soir lors de la 45e cérémonie des César pour son film “J’accuse”. Alors que la victoire du réalisateur a suscité l'indignation dans la salle (Adèle Haenel a quitté les lieux juste après l'annonce), Fanny Ardant a pris la défense de Polanski, visé par des accusations de viol. L'actrice n'a pas hésité à prendre la parole. 

“Quand j’aime quelqu’un, je l’aime passionnément”, a lancé Fanny Ardant face à la presse. “J’aime beaucoup, beaucoup, Roman Polanski, donc je suis très heureuse pour lui. Après, il faut comprendre que tout le monde n’est pas d’accord mais vive la liberté”, a poursuivi la comédienne qui a reçu le César du meilleur second rôle féminin pour son rôle dans "La Belle époque", de Nicolas Bedos. "Moi je suivrais quelqu'un jusqu'à la guillotine, je n'aime pas la condamnation", a-t-elle estimé. A ses côtés, Nicolas Bedos n'a pas souhaité faire de commentaire. "Je tais ma voix de mâle blanc dominant", a réagi ce dernier, estimant qu'il fallait "qu'on réfléchisse et qu'on avance. Pour le moment c'est aux femmes de parler alors je ferme ma gueule". 

Lire aussi

"Quand j’aime quelqu’un, je ne peux pas porter de jugement. Quand on est seul contre tous, je suis toujours pour celui qui est tout seul. J’ai envie de le défendre, j’ai envie de lui donner une chaleur. Vous savez les gens qu’on aime c’est comme votre famille. Même contre la police vous les défendriez”, a conclu Fanny Ardant. 

Rappelons que "J'accuse" a remporté trois prix (dont ceux de la meilleure adaptation et des meilleurs costumes) tandis que “Portrait de la jeune fille en feu” de Céline Sciamma, et pour lequel Adèle Haenel était nommée, est reparti avec un César, celui de la photo.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent