Coronavirus : traité avec l'hydroxychloroquine, Olivier Mazerolle raconte sa guérison et rend hommage au personnel hospitalier

Coronavirus : traité avec l'hydroxychloroquine, Olivier Mazerolle raconte sa guérison et rend hommage au personnel hospitalier
Médias

PANDÉMIE - Hospitalisé après avoir été contaminé par le Covid-19, le journaliste Olivier Mazerolle, aujourd'hui tiré d'affaire, salue le travail exceptionnel du personnel hospitalier.

Infecté par le nouveau coronavirus (Covid-19), le journaliste Olivier Mazerolle a bénéficié d’une prise en charge rapide et d’un traitement à la chloroquine. Le chroniqueur de LCI a tenu à saluer le travail formidable du personnel soignant. Un maillon essentiel, explique-il, dans la mise en œuvre et l’efficacité du traitement. "J’ai bénéficié d’une parfaite coordination entre un médecin généraliste, qui connait bien son patient, et un service d’urgence. Tous les médecins m’ont expliqué que c’est grâce à cela que j’ai évité de connaître le moment où le virus devient particulièrement virulent", explique-t-il.

Ce qui a surtout frappé Olivier Mazerolle,  c’est le dévouement du personnel hospitalier. "Quand je suis arrivé au service des Urgences, le premier médecin m’a parlé avec un calme et une sérénité. L’aspect psychologique en médecine est absolument essentiel, souligne-t-il. Le Professeur Juvin, qui dirige le service des Urgences de l’hôpital Pompidou, me disait que ce sont eux qui permettent au patient de garder le moral et que ce soutien psychologique est indispensable pour que le traitement soit efficace."

Lire aussi

Mon espoir, c’est qu’après cette crise, nous écouterons enfin ces personnes.- Olivier Mazerolle.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

La progression du Covid-19 dans le mondeCes indicateurs qui incitent à l'optimisme en France

L’occasion pour lui de remercier toute la chaîne logistique qui la soutenue au cours de son hospitalisation, du médecin à l’infirmière, en passant le personnel en charge du nettoyage des chambres et de lui apporter ses repas. Et de saluer leur courage : "Mon espoir, c’est qu’après cette crise, nous écouterons enfin ces personnes qui sont celles qu’on oublie tout le temps et auxquelles nous ne pensons jamais, alors qu'elles sont pourtant essentielles", implore-t-il, dans ce cri du cœur.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent