David Hamilton, le "flou" jusqu'au bout

DirectLCI
TOUJOURS FLOU – Lundi 16 janvier, le magazine culturel "Stupéfiant" revient sur le destin de David Hamilton, retrouvé mort à son domicile le 25 novembre dernier. Avant d’avoir été accusé de viol par l’animatrice Flavie Flament, Hamilton était aussi un photographe et réalisateur qui a marqué les années 70 et 80 de son flou artistique.

L’automne dernier, David Hamilton s’était vu accuser de viol par Flavie Flament dans un récit autobiographique, La Consolation, alors qu’elle avait 13 ans. D’autres accusations sont venues accabler le photographe âgé de 83 ans, qui a démenti formellement. Peu de temps après, David Hamilton a été retrouvé mort à son domicile, probablement par suicide, sans laisser de lettre. 


Un reportage du magazine Stupéfiant, sur France 2, revient sur l’œuvre de David Hamilton avant qu’il ne soit rattrapé par ces plaintes. Celles d’un photographe et réalisateur qui a connu son heure de gloire dans les années 70 et 80, pour son érotisme nimbé de flou, où figurent déjà de très jeunes filles.

Un univers érotico-romantique passé de mode après les années 80

Né à Londres, il a commencé sa carrière comme maquettiste au magazine Elle, à Paris. Autodidacte, il commence la photographie à 33 ans. Il cherche ses modèles dans la rue, sur les plages, notamment au Cap d'Agde où il avait un studio, et où il aurait croisé la route de la toute jeune Flavie Flament. Il se rendait également dans les pays nordiques, marquant sa préférence pour les jeunes filles graciles, blondes aux yeux bleus. 

Sa cote de popularité est atteinte dans les années 1970, où ses livres se vendent à des millions d’exemplaires, sans compter les produits dérivés de ses images nimbées de contours flous et de tons pastels. "On a beaucoup parlé du 'flou hamiltonien', certains ont même prétendu que je soufflais sur l’objectif pour donner ce fameux flou à mes photos !", s'amusait le photographe dans une interview à Paris Match en 2015. 


Très vite, son univers érotico-romantique attire le monde de la mode, et il réalise une publicité pour un parfum. Le photographe passe ensuite derrière la caméra avec le film Bilitis en 1977. Il fera jouer Macha Méril dans Tendres cousines, son troisième film, et Emmanuelle Béart dans Premiers désirs en 1980.


Les temps et les modes changent, et à l’aube des années 2000 son style mêlant jeunes filles en fleurs, décors bucoliques et flou artistique est jugé dépassé et dérangeant. David Hamilton retombe dans l’oubli jusqu’à ce que l’affaire Flavie Flament ne le propulse dans la rubrique des faits divers. Le photographe comptait porter plainte pour diffamation, avant de choisir le suicide. L’affaire, classée sans suite, aura néanmoins relancé le débat sur la prescription en cas d’abus sexuels sur mineurs.

En vidéo

JT WE – Mort du photographe David Hamilton : la piste du suicide privilégiée

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter