"Emily in Paris" : l’héritière de "Sex and the City" s’annonce plus parisienne que la capitale

"Emily in Paris" : l’héritière de "Sex and the City" s’annonce plus parisienne que la capitale
Médias

PREVIEW - Tournée l’an dernier dans la capitale française, la nouvelle création de Darren Star débarque le 2 octobre sur Netflix. Les premières images semblent déjà dépeindre une version fantasmée de la ville, dans laquelle l’héroïne se livre à un défilé de mode quotidien perchée sur ses talons de 10 cm…

Paris sera toujours Paris. En particulier dans le regard des Américains qui en gardent une image digne des plus belles cartes postales, souvent figée dans le temps. On ne compte plus le nombre de films tournés en studio à Hollywood où 2CV, baguettes et bérets viennent indiquer au spectateur que oui, la scène qu’il voit se dérouler sous ses yeux se tient bien dans la capitale française. 

Quinze ans après y avoir filmé le final de Sex and the City, Darren Star a fait de la Ville Lumière le décor de sa nouvelle série Emily in Paris. Signé chez Paramount Network, le programme a finalement été racheté par Netflix qui le lancera partout dans le monde dès le 2 octobre. Le pitch ? "Une jeune cadre ambitieuse originaire de Chicago décroche inopinément le poste de ses rêves quand sa société rachète une agence française de marketing de luxe et lui confie l'actualisation de la stratégie en réseaux sociaux de celle-ci... à Paris !".

Un choc des cultures ultra-glamour

Tournée à Paris entre août et octobre l’an dernier, la série promet des "aventures enivrantes et des défis surprenants", ainsi que "quelques histoires d’amour locales". La première bande-annonce, dévoilée ce mardi, joue à fond la carte d’un choc des cultures ultra-glamour. Comme son illustre aînée new yorkaise. Si Carrie Bradshaw a vécu sa meilleure vie en descendant au Plaza Athénée avec vue sur la tour Eiffel, Emily Cooper s’installe dans un appartement dont la vue la laisse sans voix. "Mon dieu. Je me sens comme Nicole Kidman dans Moulin Rouge", lance-t-elle. On aurait presque envie de lui rappeler le sort final de Satine dans le film de Baz Luhrmann mais passons…

Lire aussi

Juchée sur ses talons de 10 cm, Emily enchaîne les vernissages, les soirées glamour et les défilés de mode sur les pavés parisiens. On remarquera parmi ses toilettes, sélectionnées avec soin par Patricia Field, l’ancienne styliste de Sex and the City, un béret rouge. Car oui, dans l'imaginaire collectif les Parisiennes se baladent toutes avec un béret sur la tête. "Cette ville est pleine d’amour, de beauté et de passion !", lance encore son interprète Lily Collins, la fille du célèbre batteur. Vue dans Blanche-Neige avec Julia Roberts et Extremely Wicked, Shockingly Evil and Vile, le film de Netflix sur Ted Bundy avec Zac Efron, elle est également co-productrice de la série. 

Je m’appelle Lucien, un bon Français qui parle anglais avec un accent français. Ça, ça leur a bien plu aux Américains- Alexandre Wetter, star du film "Miss", à propos de son personnage dans la série "Emily in Paris"

La comédienne anglaise de 31 ans y donne la réplique à la star de Broadway Ashley Park, Skylar Astin (Pitch Perfect) et Kate Walsh (Grey's Anatomy, 13 Reasons Why). Les acteurs français Philippine Leroy-Beaulieau, Camille Razat, Lucas Bravo, Samuel Arnold, William Abadie et Alexandre Wetter figurent aussi au générique d'Emily in Paris. Pour une touche frenchie des plus appréciées outre-Atlantique. "Je joue un personnage insupportable et ça a été drôle à interpréter. Je ne peux pas en dire plus à part que je suis insupportable et que je m’appelle Lucien. Un bon Français qui parle anglais avec un accent français. Ça, ça leur a bien plu aux Américains", nous a expliqué Alexandre Wetter en mars lors de la promotion du film Miss, dont la sortie a été repoussée au 18 octobre à cause de la pandémie.

Emily in Paris semble déjà cocher toutes les cases de la vision fantasmée de la capitale que se font les étrangers. Une ville où tout n'est que calme et volupté, où les rues ressemblent tous les jours à la plus hype des Fashion Weeks et où la tour Eiffel est absolument partout. Surtout sur l'affiche promotionnelle de la série, qu'a partagée Lily Collins sur ses réseaux sociaux.

"J’espère que vous allez tomber amoureux de cette histoire, du personnage et de la ville tout comme moi j’en suis tombée amoureuse. Putain, j’ai hâte", a-t-elle écrit sur Instagram, demandant à ce qu’on "excuse son langage". "Pardon my French", disent les Anglo-Saxons. 

Un pain au raisin appelé "chocolatine" : et c'est le drame...

Alors on veut bien pardonner l'abus d'images de cartes postales pour parler de Paris. Parce que finalement, le rôle d'une fiction n'est-ilpas d'embellir la réalité pour mettre un peu de paillettes dans nos vies ? On chipote mais il est évident qu'on sera devant nos écrans pour fantasmer la capitale comme on l'avait fait avec l'épisode parisien de Gossip Girl. Mais il y a des choses sur lesquelles on reste intransigeants. Comme le fait d'appeler "chocolatine" un pain au raisin. 

L'erreur figure sur le compte Instagram officiel de Emily in Paris et n'a pas tardé à être signalée par les Français en commentaire. Et oui, on ne plaisante pas avec les viennoiseries.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent