France 4 disparaît du petit écran, France Ô en sursis... ce qui va changer dans l’audiovisuel public

DirectLCI
RADIO-TÉLÉ - La profonde réforme de l'audiovisuel public attendra : la loi a été repoussée à "courant 2019". Et si le détail des changements d'organisation et de financement n'est pas encore connu, la ministre de la Culture dévoile ce lundi matin les premiers changements

A quoi ressemblera l’audiovisuel public demain ? De gros changements sont à prévoir sur vos postes de télé et de radio, mais aussi dans l’organisation des chaînes. Avec pour mot d'ordre l'impératif de faire des économies. Pour l’heure, cependant, les sujets qui fâchent le plus attendront. La ministre de la Culture, Françoise Nyssen, doit présenter ce lundi matin les premières pistes de réforme, sans entrer dans le détail des chiffres et des organigrammes. Il faudra donc attendre pour en savoir plus, d'autant que le calendrier législatif de la réforme est repoussé à "courant 2019". Elle comprendra des lois modifiant "la gouvernance" et "le financement", avec à la clé une révision de la redevance, fait savoir Françoise Nyssen lundi.


Voici ce que l’on sait pour l’heure des premières transformations au programme : 

France 4 disparaît de la TNT

La chaîne orientée jeunesse ne sera plus diffusée sur la TNT mais devrait conserver une existence sur le Web. France Télévisions devra libérer "au moins le canal hertzien" de sa chaîne jeunesse France 4, afin de recentrer sur le numérique son offre dédiée au jeune public, indique la ministre de la Culture dans le discours qu’elle doit prononcer ce lundi, transmis à l'AFP.

France Ô en sursis

Alors que beaucoup craignaient également la disparition de la chaîne des Outre-mer, son avenir ne serait pas encore tranché. "Il faudra interroger nos concitoyens d'outre-mer et leurs élus pour déterminer si l'avenir est au maintien de France Ô sur le canal hertzien ou au contraire au renforcement des offres numériques des Outre-Mer Premières", annonce la ministre.

Davantage de local sur France 3

France 3 devra se recentrer la proximité et “tripler” ses programmes locaux - actuellement, la chaîne diffuse deux heures de décrochages régionaux par jour. Et elle devra travailler davantage en collaboration avec le réseau de radios France Bleu, sous des contours qui restent à préciser : "Notre service public audiovisuel doit donner davantage la parole aux territoires. France 3 et France Bleu sont déjà au cœur de cet enjeu, elles doivent l'être encore davantage demain et en combinant leurs forces respectives".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter