Grève à iTélé : le mouvement reconduit pour un 8ème jour consécutif

DirectLCI
MOUVEMENT - La grève se poursuit à Itélé. Les salariés ont voté la reconduite du mouvement pour un huitième jour consécutif, au lendemain d'un déménagement "sous tension".

A iTélé, la mobilisation est toujours aussi forte, au huitième jour de grève. Ce lundi 24 octobre, les salariés ont voté à 85% la reconduite de la grève : avec 114 voix pour, 2 contre et 17 abstention. 

Une AG se tenait ce matin, dans les locaux de la chaine. "L'AG était calme et déterminée ce matin. Ce qui s'est passé ce week-end nous a beaucoup choqués", a indiqué un journaliste gréviste, à l'AFP. "Nous attendons une réponse du ministère sur notre demande de nommer un médiateur", poursuit-il. "La mobilisation est toujours forte, nous voulons avancer dans les discussions avec la direction", a commenté la SDJ.

Après un week-end mouvementé avec le déménagement des bureaux d'Itélé pour accueillir les journalistes de Direct Matin, où les effets personnels de certains journalistes ont été jeté à la benne, la rédaction a enregistré, le départ d'Olivier Ravanello, figure de la chaine depuis des années. "Je quitte @itele ce soir Cas de conscience Beaucoup de tristesse et de fierté d'avoir été l'un d'entre eux #leplusbeaumetierdumonde", a-t-il tweeté vendredi soir. 

Une autre figure de la chaine est sortie de son silence, ce dimanche : Laurence Ferrari. Dans un post Facebook, la journaliste à appelé au dialogue et à l'apaisement entre les salariés et la direction, sans se prononcer sur la mise à l'antenne de Jean-Marc Morandini. "Je partage les interrogations sur la place de Jean-Marc Morandini sur l’antenne d’une chaîne toute info, même si j’estime qu’il ne m’appartient pas de décider qui a le droit ou non d’y intervenir, tant que la justice n’est pas passée", a-t-elle estimé à propos de l’animateur mis en examen pour corruption de mineur aggravé. 

Lire aussi

Outre le départ de l'animateur, les journalistes demandent une charte éthique pour garantir leur indépendance vis-à-vis de leur principal actionnaire Vincent Bolloré, et davantage de moyens pour relancer la chaîne, lourdement déficitaire. Les salariés de la chaine appellent à un rassemblement devant leurs locaux, ce mardi 25 octobre à 13h, pour "pour défendre le journalisme et ses valeurs". 

Lire aussi

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter