Hanouna et TPMP : le conseil d'Etat confirme deux des trois sanctions du CSA dont celle du canular homophobe

Hanouna et TPMP : le conseil d'Etat confirme deux des trois sanctions du CSA dont celle du canular homophobe

DirectLCI
TÉLÉVISION - Dans un communiqué publié lundi, le Conseil d'Etat a annoncé l'annulation d'une des trois sanctions prises l'an dernier par le CSA contre la chaîne C8 et l'émission Touche pas à mon poste.

Le couperet est tombé ce lundi. Statuant sur les recours de C8, le Conseil d'Etat a annoncé dans un communiqué l'annulation d'une des trois sanctions prises l'année dernière par le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) à l'encontre de l'émission Touche pas à mon poste (TPMP) présentée par Cyril Hanouna. 


La sanction annulée, une privation de publicité pendant deux semaines au sein de l'émission "Touche pas à mon poste", avait été décidée par le CSA après un canular diffusé en novembre 2016. Cyril Hanouna avait piégé son chroniqueur Matthieu Delormeau, en lui faisant croire qu'il venait de commettre un crime et en le sommant d'en endosser la responsabilité. Sur cette affaire, le Conseil d'Etat juge que ce "dernier n’avait pas été montré sous un jour dégradant, humiliant ou attentatoire à sa dignité". Les deux autres sanctions ont été confirmées. 

Deux sanctions confirmées

La première s'était déroulée en décembre 2016. L'animateur avait proposé à la chroniqueuse Capucine Anav un "jeu" consistant à lui faire toucher une partie de son corps qu’elle devait ensuite identifier, lui  faisant toucher son sexe. Pour le Conseil d'Etat, "ce type de comportement place la personne concernée dans une situation dégradante et tend à donner de la femme une image stéréotypée la réduisant à un statut d’objet sexuel". La chaîne C8 avait été condamnée à une privation de publicité de deux semaines.


Lors de la deuxième séquence, qui s'était déroulée en mai 2017, l'animateur avait diffusé en direct des conversations téléphoniques avec des personnes ayant répondu à une fausse petite annonce préalablement publiée sur un site de rencontres et présentant l’auteur de l’annonce comme bisexuel. Sur ce point, le Conseil d'Etat estime que "l’animateur a constamment adopté une attitude visant à donner une image caricaturale des homosexuels qui ne peut qu’encourager les préjugés et la discrimination à leur encontre". Pour ce canular, la chaîne C8 avait été condamnée à une amende de 3 millions d'euros par le CSA.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter