"J'ai retrouvé la pêche grâce à elle aussi" : la touchante confession de Jean-Pierre Pernaut sur sa femme Nathalie Marquay

Médias

Toute L'info sur

Le 13h

INTERVIEW – Le présentateur du JT de 13 heures de TF1 a donné de ses nouvelles ce matin sur LCI. Opéré d'un cancer de la prostate en septembre dernier, il est revenu avec beaucoup de franchise sur cette maladie encore taboue.

Il va beaucoup mieux. Après 7 semaines d'absence, Jean-Pierre Pernaut faisait son grand retour ce lundi 12 octobre sur TF1. Opéré d'un cancer de la prostate, le journaliste a repris avec un plaisir non dissimulé les manettes du 13 heures qui avait été confié à Jacques Legros. "La vie avance avec des petits virages, et là il y a eu un gros virage", a expliqué l'animateur sur le plateau de "Audrey & Co". 

"Là pour une fois j'ai respecté quelques limitations de vitesse. J'étais content de revenir mais avec un peu la trouille. Quand on arrive dans une machine qui fonctionne très bien, c'est difficile de rentrer même si j'ai regardé le journal tous les jours et que j'étais en contact avec l'équipe", avoue le présentateur content d'avoir retrouvé "son boulot" même s'il admet avoir eu peur. 

En vidéo

Jean-Pierre Pernaut de retour au 13H

"Quand un médecin vous dit que vous avez un cancer, il y a deux manières de voir les choses : on s'effondre parce que le cancer c'est synonyme de mort. Ou alors on se dit ma femme en a eu un grave, à 30 ans elle a eu une leucémie foudroyante et elle a failli y rester (…). Mais elle a toujours pris le cancer de façon positive. Et moi j'ai retrouvé la pêche grâce à elle aussi", a-t-il avoué au sujet de sa femme Nathalie Marquay.

Lire aussi

Il en a aussi profité pour parler ouvertement du cancer ("longue maladie, je ne supporte pas qu'on dise ça, moi je ne l'ai jamais dit à l'antenne") afin que cette maladie ne soit plus un tabou. "C'est le cancer le plus grave en France. Il y a 70.000 cas chaque année, 7000 morts parce qu'on ne fait pas assez de prévention", a poursuivi Jean-Pierre Pernaut qui aujourd'hui va bien. 

"Le médecin m’a dit que je pouvais me considérer comme guéri, mais avec le cancer on se méfie toujours et on fait des contrôles réguliers pendant quelques années. (…) Je reprends en douceur car même si le cancer est parti, il y a des conséquences de cette maladie qui vont durer quelques semaines". 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter