"Pas d'inquiétude" : Camille Combal dément quitter "Qui veut gagner des millions ?"

"Pas d'inquiétude" : Camille Combal dément quitter "Qui veut gagner des millions ?"

MISE AU POINT – Contrairement à ce que ses propos dans "Le Parisien" ont pu laisser croire, Camille Combal ne compte pas abandonner la présentation de "Qui veut gagner des millions ?" à la rentrée. L’animateur a apporté un démenti ce vendredi matin sur Twitter.

"Camille Combal jette l’éponge", pouvait-on lire ce matin sur le blog d’un célèbre animateur télé, se basant sur une interview donnée par la nouvelle star de TF1 à nos confrères du Parisien. "C’était fou de travailler avec les équipes de Jean-Pierre Foucault, la Rolls Royce des animateurs , y explique-t-il au sujet de l'émission dont il a pris les commandes en janvier dernier. "Je ne referai pas de salve de quotidiennes car ma rentrée sera trop chargée. Si ça peut continuer sans moi, je serais ravi."

Dans un tweet publié dans la matinée, Camille Combal a tenu à faire une petite mise au point. "Je lis vos messages pas d’inquiétude. Je n’arrête pas QVGDM. Jamais !!! J’aime beaucoup trop cette émission", a-t-il écrit sur son compte Twitter. "J’ai juste pas le temps de tourner des quotidiennes à la rentrée comme prévu. Mais on va faire des primes ! Et des quotidiennes un peu plus tard dans l’année", précise l’animateur.

Camille Combal, qui a rempilé à la tête de la matinale de Virgin Radio, lance ce vendredi soir "Plan C", un nouveau rendez-vous à 23h15 sur TF1. Il y adapte, entre autres séquences humoristiques, le célèbre "Carpool Karaoké" du Britannique James Corden. Son premier invité sera le rappeur Maître Gims.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : 25.263 personnes hospitalisées, 301 décès en 24h

Son enfance en Algérie, son grand amour partagé : Marthe Villalonga ouvre ses jardins secrets

EN DIRECT - Affaire des "écoutes" : "J’ai ressenti l’injustice profonde, choquante", explique Nicolas Sarkozy dans le Figaro

Mesures de restriction : pourquoi Emmanuel Macron fixe-t-il un horizon de "4 à 6 semaines" ?

Les 65-75 ans avec comorbidités "peuvent se faire vacciner" avec AstraZeneca, annonce Olivier Véran

Lire et commenter