"Je ne peux en vouloir qu'à moi-même" : Nicolas frustré par son élimination brutale de "Koh-Lanta"

Médias
DirectLCI
INTERVIEW – Nicolas a été éliminé vendredi de "Koh-Lanta : la guerre des chefs" au terme du 12e épisode de l'émission, sans passer par la case du conseil. Il revient sur ce départ qu'il a encore du mal à digérer.

Vous avez été éliminé brutalement de "Koh-Lanta". Comment l’avez-vous vécu ?

C'était très frustrant. Déjà en arrivant à l'épreuve, quand j'ai vu les puzzles, je me suis dit que ce n'était pas ma tasse de thé. Et quand Denis a annoncé que c'était une épreuve éliminatoire, j'ai eu un gros coup de pression. Malheureusement, avec la fatigue et le stress, j'ai eu du mal à gérer la pression et j'ai terminé dernier. 


Avez-vous ressenti une forme d’injustice ?

C'est un peu difficile car personne ne m'a éliminé, je ne peux en vouloir qu'à moi-même. Je n'arrête pas d'y penser depuis, j'ai du mal à gérer. Je rumine encore cette épreuve et je me dis que j'aurais pu y arriver. 


Vous avez été souvent présenté comme un "glandeur". Que répondez-vous à ces critiques ?

Je comprends qu'on puisse dire ça, car je ne suis pas le premier à me lever ni à s'activer sur le camp. Je ne fais pas moins qu'un autre mais c'est vrai que je profite un peu. Je n'allais pas me mettre à construire des meubles non plus. Une fois qu'on a eu du bois et de l'eau, j'ai profité de mon aventure et j'ai fait un peu la bronzette. 


Vous êtes aussi comme ça dans la vie ?

Pas du tout. Je ne suis pas quelqu'un de très sensible, je bouge pas mal à la maison. Mais à "Koh-Lanta", dès qu'on se lève on a la tête qui tourne et on essaie de s'économiser. On se préserve beaucoup.

Cette saison a été celle de la stratégie. Si c’était à refaire, changeriez-vous quelque chose ?

Oui, bien sûr. Dès le départ, j'ai mis en avant ma faiblesse, qui était le manque de ma famille. Mais j'aurais dû faire semblant de rien et montrer mon côté aventurier. J'ai juste été stratège sur les deux derniers épisodes. 


Comment se sont passées les retrouvailles avec votre famille, et particulièrement votre petit garçon ?

Très bien. J'ai retrouvé ma compagne et mon fils Mathis à la gare de Charleroi. Il m'a vu par la fenêtre, il a couru vers moi et il m'a serré en me disant qu'il ne voulait plus que je parte. Ça a été un moment émouvant. Après, il ne m'a plus quitté, il a passé la nuit avec nous et ça lui a fait du bien. 


Et comment s’est passé le retour à la réalité en Belgique ?

Comme on dit, on passe de l'ombre à la lumière. Je prends beaucoup de recul même si la notoriété est là. En Belgique, il y a beaucoup de monde qui regarde "Koh-Lanta". Les gens m'arrêtent dans la rue, il faut bien le vivre. On a de petits passe-droits parce qu'on a fait l'émission, on en profite ! Après, c'est vrai que les premiers jours au travail, c'était dur, il a fallu aussi se réadapter au confort, au contact avec les gens. Mais après un mois on reprend ses habitudes. 

Angélique et Aurélien m'ont déçuNicolas

Pour vous, qui est le meilleur aventurier ?

Pour moi, c'est Maxime, c'est une personne très complète. Il était redoutable. Mais côté sympathie, je penche pour Steeve qui m'a beaucoup motivé.


Et le pire ?

Il n'y a pas de pire, mais par rapport à ce qu'il revendiquait, je dirais Victor, même s'il n'est resté que trois jours. Le courant n'est pas passé avec lui. 


Qui vous a déçu ?

Je dirais Angélique et Aurélien. Avant la réunification, quand on est allés chercher le collier d'immunité, on voulait que ce soit quelque chose de collectif pour essayer d'aller plus loin avec les Jaunes. Mais j'ai vu sur les images qu'ils voulaient garder le collier rien que pour eux. Ça m'a beaucoup déçu. 


Qui voulez-vous voir sortir aux portes de la finale ?

Si je reste dans la thématique d'éliminer les Rouges, Cyril.  


Qui mérite de gagner "Koh-Lanta" ?

J'aurais bien dit Maxime mais ça ne va pas être possible ! Du coup, je penche pour Maud ou Steeve, même si Angélique s'est révélée au cours des épisodes. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter