Jennifer Lopez et Shakira : un duo inédit pour relancer le Super Bowl

Médias

ETATS-UNIS - C’est l’événement sportif – et musical – le plus suivi de la planète. Les chanteuses Jennifer Lopez et Shakira se produiront le 2 février lors de la mi-temps du Super Bowl, un an après une édition aussi controversée en coulisses que décevante côté audiences.

Deux pop stars valent-elles mieux qu’une ? Pepsi, le sponsor officiel du Super Bowl, a annoncé ce jeudi soir que les chanteuses Jennifer Lopez et Shakira se produiraient ensemble à la mi-temps de la finale du championnat du football américain, le 2 février prochain. La nouvelle a été relayée sur Twitter par les deux artistes qui, surprise, n’avaient jamais partagé une même scène au cours de leur carrière. Un sacré show en perspective ? 

"Depuis le jour où j’ai vu Diana Ross s’envoler dans les airs (en 1995 – ndlr), je rêvais de me produire au Super Bowl", a déclaré Jennifer Lopez, 50 ans, dans un communiqué. "Ce sera encore plus spécial car non seulement il s’agira du 100e anniversaire de la NFL, mais aussi parce que je vais me produire avec une copine latino. J’ai hâte de montrer ce que nous les filles pouvons faire sur la plus grande scène du monde."

Pour Shakira, le concert sera encore plus spécial puisqu’il se déroulera le jour de ses 43 ans. "C’est un véritable rêve américain et nous allons proposer le show d’une vie", a réagi pour sa part la chanteuse colombienne, la première de son pays à se voir offrir un tel honneur. Ce duo inédit suffira-t-il à relancer les audiences du Super Bowl ? 

L’an dernier, l’événement avait attiré 98.2 millions  de téléspectateurs aux Etats-Unis, le plus mauvais score depuis 2008. Et le concert à la mi-temps du groupe californien Maroon 5, accompagné par les rappeurs Travis Scott et Big Boi, n’avait guère soulevé l’enthousiasme, de nombreux internautes le désignant comme le pire de l'Histoire. D’autant plus que ce ticket improbable devait sa présence au refus initial de la superstar Jay-Z.

Voir aussi

Approché par les organisateurs, le compagnon de Beyoncé avait décliné la proposition en soutien à Colin Kaepernick, le joueur qui avait refusé de s’agenouiller pendant l’hymne américain, en 2016, afin de protester contre le racisme et les violences policières. Une attitude qui avait provoqué la colère des médias conservateurs et du candidat Donald Trump. En fin de contrat, le joueur n’avait pas retrouvé d’équipe l’année suivante.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter