L'"insupportable" affaire Quesada, sa pièce en direct sur TMC, ses combats... Jean-Luc Reichmann nous dit tout

L'"insupportable" affaire Quesada, sa pièce en direct sur TMC, ses combats... Jean-Luc Reichmann nous dit tout
Médias

INTERVIEW – Mardi 23 avril, TMC diffusera en direct la pièce "Nuit d'ivresse" avec Jean-Luc Reichmann, depuis la scène du Théâtre de la Michodière à Paris. L'animateur se confie avant ce spectacle et revient sur le "traumatisme" de l'affaire Quesada.

C'est un film culte des années 1980. TMC diffusera le 23 avril prochain "Nuit d'ivresse", la célèbre pièce de théâtre revisitée par Jean-Luc Reichmann. Dans la version originale, Thierry Lhermitte jouait le rôle d'un célèbre animateur télé qui, après une nuit arrosée, se réveillait aux côté d'une ex-taularde, interprétée par Josiane Balasko. L'animateur des "Douze coups de midi" a demandé à la comédienne et auteure de la pièce de théâtre d'origine de réécrire l'histoire pour la mettre au goût du jour. 

"L'ingrédient en plus, c'est de remplacer la femme par un homme, ça donne des situations qui sont complètement folles", nous confie Jean-Luc Reichmann, qui a donné pas moins de 130 représentations de la pièce. 

Au-delà du ressort comique, c'est une façon pour l'animateur de TF1 de poursuivre son combattre contre les préjugés. "Depuis des années, je lutte contre l'intolérance, je lutte pour toutes les différences. Je lutte contre l'homophobie et pour accompagner les personnes qui en ont le plus besoin. Je lutte pour accompagner au mieux nos enfants avec la série 'Leo Mattei, brigade des mineurs'", poursuit-il, expliquant avoir été confronté très tôt au handicap avec sa petite sœur qui est sourde. Sans oublier sa fameuse tâche sur le visage qu'on lui a demandé d'enlever "pour ressembler au gendre idéal".

C'est un traumatisme l'affaire Quesada, parce que moi-même, je n'ai rien vu- Jean-Luc Reichmann

Très engagé pour la protection de l'enfance, l'interprète de Leo Mattei admet que l'affaire Quesada a été un terrible choc pour lui. L'ex-champion des "Douze coups de midi" a en effet été arrêté et incarcéré le 27 mars dernier pour corruption de mineur et détention d'images pédopornographiques. "C'est un traumatisme cette affaire, parce que moi-même, je n'ai rien vu", confie Jean-Luc Reichmann. "In fine, si cette folle aventure, insupportable, peut servir demain dans les écoles à faire parler avec les parents, les profs, dans les cours de récréation, en famille, ce sera ça de gagné. Comme vous pouvez le voir, ça peut arriver près de chez nous sans qu'on ne s'en aperçoive".

Lire aussi

La production aurait-elle pu éviter ce genre de mauvais casting ? "On n'a pas le droit de demander le casier judiciaire des gens pour délit de sale gueule", rétorque Jean-Luc Reichmann. "Donc on accepte toutes les personnes qui se présentent à nous. Il n'y a pas eu d'erreur ni du côté de la production, ni du côté du diffuseur. En revanche, si ça peut nous permettre de faire de la prévention pour la suite, évidemment que ça va nous servir pour éviter de tomber dans le panneau". 

Alors que certains, à l'image de l'animateur Patrice Laffont, ont assuré avoir eu eu des doutes sur le candidat, Jean-Luc Reichman balaie ces affirmations : "A quoi ça sert de dire 'oui on ne le sentait pas' plus de deux ans après ? Ça fait deux ans et demi qu'il est passé à l'antenne. En revanche, que ça serve pour l'avenir, ça vous pouvez me faire confiance". 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter