"La part du soupçon": et si Xavier Dupont de Ligonnès s’était inspiré de l'affaire John List ?

Médias

MAKING A MURDERER - Dans "La part du soupçon", ce lundi sur TF1, Kad Merad se met dans la peau de Xavier Dupont de Ligonnès et joue un père de famille modèle soupçonné de meurtres. Un téléfilm qui n'est pas sans rappeler une autre affaire commise outre-Atlantique, en 1971.

Plus de 8 ans après la découverte des corps de sa femme et de ses quatre enfants dans le jardin de leur maison familiale à Nantes, Xavier de Ligonnès fait encore parler de lui. Depuis la perte de sa trace le 15 avril 2011, l’affaire reste une énigme aux multiples jeux de piste qui donne lieu à de nombreux reportages, mais qui a aussi inspiré un téléfilm diffusé ce lundi 23 septembre sur TF1 et intitulé "La part du soupçon" (une série sur le même sujet est également attendue sur M6 en 2020). 

C'est Kad Merad qui y campe le rôle de Xavier de Ligonnès en interprétant un père de famille modèle soupçonné de meurtres. L'acteur avoue "sa fascination pour cette histoire horrible", un quintuple meurtre dont le mode opératoire n'est pas sans rappeler une affaire américaine de meurtres qui s'est déroulée il y a près d'une cinquantaine d'années. 

Un même mode opératoire

Le 9 novembre 1971, John List, un comptable sans histoire, se retrouve criblé de dettes. Il planifie alors le meurtre de sa famille. Il tue froidement par arme à feu sa mère, puis sa femme, et attend le retour de l’école de ses trois enfants avant de les abattre dans leur maison familiale de Westfield, une bourgade très tranquille du  New Jersey. Il prend la fuite en prenant soin de laisser le climatiseur en marche pour éviter toute odeur suspecte. Les corps ne seront retrouvés qu’un mois après. Un fait divers sanglant couvert par tous les médias américains au moment où Xavier Dupont de Ligonnès vivait aux Etats-Unis. 

John List échappera à la justice pendant près de 18 ans, avant d’être appréhendé en 1989 après que l’affaire a été présentée de nouveau à la télévision américaine dans "America's Most Wanted". Une émission qui demande l'aide des téléspectateurs pour résoudre des affaires criminelle. Une voisine le reconnaît et met fin à sa cavale.  

Quand Xavier Dupont de Ligonnès commet son funeste crime, il est lui aussi rattrapé par des dettes. Début avril 2011, un huissier allait révéler sa faillite personnelle. Huit mois avant la découverte des corps, il avait envoyé un email à deux amis dans lequel il annonçait son crime : "Si ça tourne mal, je n’ai que deux solutions, me foutre en l’air avec ma voiture ou foutre le feu à la baraque quand tout le monde dort Je serai donc fin août-début septembre au pied du mur avec une décision définitive à prendre : suicide seul ou suicide collectif…".  Le 21 avril 2011, les corps de sa femme et de ses quatre enfants sont retrouvés dans la maison familiale nantaise. D'après les autopsies, après avoir été droguées avec un somnifère, les victimes auraient été abattues à bout portant pendant leur sommeil, avec une carabine. Le père de famille, lui, a disparu et devient le suspect numéro 1.

Lire aussi

Xavier Dupont de Ligonnès toujours vivant ?

Vu pour la dernière fois mi-avril 2011 à Roquebrune-sur-Argens, dans le Var, qu’est devenu Xavier Dupont de Ligonnès ? Est-il mort ? S’est-il lui construit une autre identité, à l’image de John List, pour disparaître sans laisser aucune trace ? En janvier 2017, un de ses amis de trente ans, Michel en paraissait convaincu : "Xavier Dupont de Ligonnès est toujours en cavale. "Je pense que c'est quelqu’un qui est discret et qui est charismatique. Qui peut un peu changer d’apparence, qui est gentil et qui parle plusieurs langues couramment et sans accent… Il pouvait passer pour un Américain sans aucun problème. J’imagine qu’il a dû partir quelque part où on ne le retrouve pas. Il n’est pas resté en France, ça m’étonnerait …", avait-t-il confié aux caméras de France 2.

Depuis le 10 mai 2011, un mandat d’arrêt international est délivré à son encontre

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter