Marianne Mairesse, rédactrice en chef de "Marie Claire" : "Les magazines féminins doivent s'engager pour l'égalité hommes-femmes"

Marianne Mairesse, rédactrice en chef de "Marie Claire" : "Les magazines féminins doivent s'engager pour l'égalité hommes-femmes"
Médias
DirectLCI
INTERVIEW – En septembre dernier, "Marie Claire" donnait le coup d'envoi d'un grand Think Tank pour l’égalité. Marianne Mairesse, la rédactrice en chef du mensuel féminin, nous présente ce grand chantier de réflexion, qui devrait aboutir à des recommandations concrètes.

Les inégalités entre les hommes et les femmes perdurent. C'est un fait. Pour combattre la fatalité et tenter de faire avancer les choses, Marie Claire a décidé de prendre le taureau par les cornes en lançant en septembre dernier son premier Think Tank, un groupe de réflexion autour de l'égalité entre les hommes et les femmes. En association avec le Connecting Leaders Club et de nombreuses personnalités venant d'horizons très variés, le mensuel est à l'origine d'un vaste chantier de réflexion qui devrait aboutir à des recommandations concrètes pour améliorer la situation des femmes. Fini les paroles en l'air, place à l'action concrète, comme nous l'explique Marianne Mairesse, la rédactrice en chef de Marie Claire.

LCI.fr : Comment est née cette initiative ? 

Marianne Mairesse : Elle est née de notre constat permanent au sein de Marie Claire. Nous sommes très préoccupés par le sexisme, l'inégalité au travail, l'inégalité salariale. Nous avons eu envie de dépasser la simple réflexion pour rassembler des personnes avec lesquelles nous collaborons dans divers domaine, comme des sociologues, des entrepreneurs ou des  intellectuels, qui ont des idées ou des expériences à nous transmettre. Le but est de réfléchir ensemble pour trouver des solutions concrètes afin d'améliorer la situation des femmes  


Concrètement, que va-t-il se passer ? 

Nous allons nous réunir tout au long de l'année autour de cinq sessions qui aborderont des grands thèmes : l'égalité au travail, l'éducation et la transmission, la technologie, la vie privée ou encore la santé. Fin juin, il y aura une grande journée de restitution pour rassembler des propositions et écrire un live blanc de ces réflexions et le transmettre au gouvernement pour essayer d'actionner les choses.

Si on attend que la solution ne soit que politique je pense qu'on n'y arrivera pas suffisamment viteMarianne Mairesse

Est-ce le rôle des magazines féminins de s'engager sur ce genre de sujet ? 

Bien sûr. Si on attend que la solution ne soit que politique, je pense qu'on n'y arrivera pas suffisamment vite. Si les magazines féminins ne s'étaient pas engagés, on n'aurait pas les acquis que nous avons aujourd'hui sur la contraception ou l'émancipation des femmes, par exemple. Marie Claire a toujours été engagée. Nous sommes un magazine féminin, mais aussi un magazine de société. On s'adresse aux femmes mais il y a aussi beaucoup d'hommes qui nous lisent. Nous voulons arriver à une égalité car les hommes ont aussi à gagner. 


L'égalité, au final, c'est aussi l'affaire des hommes ?

Bien sûr, nous ne sommes pas contre les hommes. Chez Marie Claire, quand on s’attelle à un combat ou quand on réfléchit à un sujet, il n'y a pas que des femmes. Nicolas Maury, par exemple, a une chronique beauté mensuelle dans le magazine, Nicolas Rey une autre où il raconte qu'il se sent très proche des femmes. Il y a des hommes qui n'en peuvent plus d'être enfermés dans des stéréotypes et des injonctions d'hommes. Il y a beaucoup d'hommes qui nous soutiennent. C'est un féminisme actif mais serein. 

Toutes les informations sur l'initiative sont à retrouver sur la page dédiée

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter