Olga Tokarczuk et Peter Handke lauréats du double Prix Nobel de littérature

Médias

RÉCOMPENSE - L'Académie suédoise a attribué le prix Nobel de littérature à Olga Tokarczuk et Peter Handke, respectivement pour les éditions 2018 et 2019. Un double prix qui compense l'annulation du Nobel de littérature l'an dernier.

Deux récompenses pour le prix d'une. Ce jeudi 10 octobre, l'Académie suédoise des Lettres a attribué le Nobel de littérature à
Olga Tokarczuk et Peter Handke. La première pour l'édition 2018 et le second pour l'édition 2019 (un double prix destiné à compenser l'annulation de la cérémonie l'an dernier, suite au scandale sexuel qui a entaché l'Académie suédoise). La romancière polonaise est récompensée pour "une imagination narrative qui, avec une passion encyclopédique, symbolise le dépassement des frontières comme forme de vie", comme l'a déclaré le secrétaire perpétuel de l'Académie suédoise, Mats Malm. Quant à l'écrivain autrichien, il a été salué pour son oeuvre qui "forte d'ingénuité linguistique, a exploré la périphérie et la singularité de l'expérience humaine". 

En le désignant, l'Académie est passé outre les controverses car il n'a jamais caché ses positions pro-serbes : des voix s'élèvent en Bosnie et au Kosovo pour s'indigner que celui qu'elles dénoncent comme un admirateur de Slobodan Milosevic et un "négationniste" des crimes durant les guerres dans l'ex-Yougoslavie soit ainsi récompensé. Lui-même s'est dit "étonné" par cette récompense, une décision qu'il a qualifiée de "très courageuse" "après toutes les querelles" suscitées par son oeuvre et ses engagements.

Comme le rappelle l'AFP, Olga Tokarczuk est considérée comme la plus douée des romanciers de sa génération en Pologne. Née le 29 janvier 1962 dans une famille d'enseignants à Sulechow dans l'ouest de la Pologne, elle est auteure d'une douzaine d'ouvrages. Engagée politiquement à gauche, écologiste (et végétarienne), l'écrivaine de 57 ans, diplômée de psychologie à l'Université de Varsovie, à la tête toujours couverte de dreadlocks, n'hésite pas à critiquer la politique de l'actuel gouvernement conservateur nationaliste de Droit et Justice (PiS).

Ses livres sont des bestsellers en Pologne, traduits dans plus de 25 langues, dont le catalan et le chinois. On peut citer le conte philosophique "Les Enfants verts" (2016), le roman policier écologiste engagé et métaphysique "Sur les ossements des morts" (2010), et le roman historique "Les livres de Jakob (2014)".

Lire aussi

Agé de 76 ans, Peter Handke est lui un des auteurs de langue allemande les plus lus et les plus joués dans le monde, avec à son actif plus de 80 ouvrages. Il publie son premier roman, "Les frelons", en 1966, avant d'accéder à la notoriété avec "L'Angoisse du gardien de but au moment du penalty", en 1970, puis "Le malheur indifférent" (1972), bouleversant requiem dédié à sa mère. Concernant le Nobel de littérature, il avait déclaré : "Il faudrait enfin le supprimer. C'est une fausse canonisation" qui "n'apporte rien au lecteur". Gageons qu'il devrait rapidement changer d'avis sur la question. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter