"On n’est pas couché" : Charles Consigny arrête l’émission après seulement une saison

Médias

TALK-SHOW - Après une saison aux côtés de Laurent Ruquier, Charles Consigny arrête 'On n’est pas couché'. Le chroniqueur de 29 ans veut se consacrer à sa carrière d’avocat, même s’il n’exclut pas de revenir à la télévision plus tard.

Il ne sera pas resté longtemps. Arrivé en septembre dernier sur le plateau d’ "On n’est pas couché", sur France 2, le chroniqueur Charles Consigny ne sera pas de la partie à la rentrée prochaine. La nouvelle formule du talk-show de Laurent Ruquier se fera sans le jeune avocat de 29 ans, qui explique dans une interview au Parisien vouloir "être avocat à 100%". 

Dans cette interview, celui qui avait été recruté pour remplacer Yann Moix dresse le bilan de son passage dans l’émission. Il évoque son duo "plutôt compliqué" avec Christine Angot, faute d’avoir les mêmes idées, salue le travail de Laurent Ruquier, "grand pro à la manœuvre", et explique que cette expérience lui servira pour plaider : "Cet exercice me sera très utile pour les dossiers nécessitant une défense médiatique et pour l’exercice des plaidoiries qui impose de savoir capter l’attention et de ne pas perdre son sang-froid. J’ai parfois été conduit à beaucoup contrôler ce que je disais pour éviter l’hystérie sur les réseaux sociaux où certains fanatiques de la bien-pensance guettent le soi-disant 'dérapage'.' Il ajoute : "Dans la période récente, on assiste clairement à un retour en force brutal du politiquement correct d’inspiration américaine. L’hystérie s’est aggravée avec l’élection d’Emmanuel Macron : comme il organise le débat public en mettant les progressistes d’un côté et les extrêmes de l’autre, aujourd’hui, c’est les gentils contre les méchants."

Voir aussi

La politique ? "Pourquoi pas"

En une saison, Charles Consigny aura tout de même eu le temps de se confronter à plusieurs invités. On se souvient notamment de son clash avec Muriel Robin, ou Bernard-Henri Lévy. Le journaliste du Parisien a interrogé le futur ex-chroniqueur sur ses clashs, et la réponse ne manque pas de sel : "Une attaque ne peut m’atteindre que si j’accorde du crédit à l’attaquant or ces gens ne sont pas crédibles à mes yeux comme acteurs du débat public", tacle l’avocat.

Lire aussi

Celui-ci n’exclut pas de revenir à la télévision un jour, tout comme il n’exclut pas une carrière dans la politique : "Je ne serai pas candidat aux municipales mais pourquoi pas l’envisager à l’avenir pour représenter une grande partie des électeurs qui demandent de réformer le pays, d’arrêter de les spolier avec la fiscalité, de les fliquer, de les étouffer par une réglementation excessive…", répond-il quand on l’interroge.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter