ONPC : Charles Consigny tacle le mouvement #MeToo durant son clash avec Ian Brossat

Médias
DirectLCI
PAS CONTENT – Durant son échange interminable avec Ian Brossat, l’adjoint au logement de la mairie de Paris, samedi soir dans "On n’est pas couché" sur France 2, le polémiste Charles Consigny a épinglé de manière inattendue le mouvement #MeToo. Explications.

Charles Consigny ne passera pas ses prochaines vacances en Californie. Et certainement pas avec Ian Brossat. Samedi soir, sur le plateau d’"On n’est pas couché" sur France 2, le jeune polémiste libéral s’est longuement opposé à l’adjoint communiste au logement de la mairie de Paris sur à peu près sur tous les sujets. Venu défendre son livre "Airbnb, la ville ubérisée", l’élu a tout tenté pour convaincre  son interlocuteur de la nécessité de réguler le marché immobilier dans la capitale, en vain.


Citant l’exemple de Londres et d’autres grandes métropoles européennes et américaines, Ian Brossat explique que "toutes les villes, y compris dans des pays qui étaient très libéraux (…) remettent en place des politiques de régulation de marché parce qu’elles ont constaté que si on laisse le marché faire, on a des classes moyennes qui bossent et qui sont obligées d’habiter à une heure, une heure et demi du centre-ville." 


Un échange à suivre dans la vidéo suivante après 6 minutes 40...

Je pense qu’il y a eu beaucoup de débordements dans #MeToo, mais ça on s'en rendra compte un peu plus tard, quand tout le monde sera redescenduCharles Consigny

Charles Consigny affichant un air circonspect, l’adjoint précise "au libéral que vous êtes",  que la Californie a décidé de mettre en place l’encadrement des loyers, "et en Californie on ne peut pas dire qu’ils sont communistes." Riposte du polémiste, un peu inattendue  : "La Californie, c’est là qu’est né le mouvement vegan, c’est là qu’est né le mouvement #MeToo. Il n’y a pas que du bon en Californie."


"#MeToo, c’est pas bien ?", s’étonne alors Ian Brossat. Charles Consigny confirme : "On en reparlera. Ça ne concerne pas le logement en l’occurrence. Je pense qu’il y a eu beaucoup de débordements dans #MeToo, mais ça on s'en rendra compte un peu plus tard, quand tout le monde sera redescendu", argumente-t-il au sujet du mouvement de libération des victimes d’agressions sexuelles, dans le sillage de l’affaire Weinstein. 

Une sortie que n'a visiblement pas apprécié Christine Angot, en retrait durant tout l'échange. "Le mouvement #MeToo est lui-même une réponse à plus que des débordements", souligne l'écrivain assise à ses côtés. "Ben, oui. Mais c’est pas le sujet de ce soir", rétorque Charles Consigny. "Mais c’est toi qui l’aborde", observe sa camarade de jeu, avant le laisser poursuivre son long, très long tête-à-tête avec Ian Brossat.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter