"J'ai un dégoût de moi-même" : le mea culpa de Yann Moix sur le plateau de Laurent Ruquier

Médias

MEA CULPA - Après la contre-attaque de son frère Alexandre, et la parution d’écrits antisémites dont il a reconnu être l’auteur, Yann Moix s’est expliqué dans le numéro de rentrée d’"On n’est pas couché", diffusé ce samedi.

C’est (peut-être) la conclusion d’une folle séquence médiatique pour Yann Moix. Depuis la diffusion de son interview dans "Sept à huit" sur TF1, prélude à la sortie de son dernier roman, "Orléans", l’écrivain est au cœur du scandale majeur de la rentrée littéraire. Accusé d’avoir "romancé" ses souvenirs d’enfant battu par son père José, puis son frère Alexandre, l’intéressé a dû s’expliquer – et s’excuser – sur sa participation lorsqu'il était étudiant à une revue antisémite, dont des extraits ont été dévoilés sur le site de "L'Express".

Une "affaire dans l’affaire" qui a fait l’objet de ses premiers mots, ce samedi dans "On n’est pas couché", comme le relatent nos confrères du "Parisien", qui avaient pu assister à l’enregistrement. Auparavant, Laurent Ruquier a présenté son ancien chroniqueur comme "un ami". Et jugé son livre "extraordinaire". "Qu'on n'accuse pas la télé de lui faire un procès alors que la presse écrite le fait depuis une semaine", lancera l’animateur en préambule, avant de donner la parole à son invité.

Je n'avais pas les épaules assez larges pour me suicider physiquement alors je me suis suicidé moralement. J'ai un dégoût de moi-même, ce raté, cet être méprisé et méprisable. Je me vomissais- Yann Moix dans "Le Parisien"

"Mon cher Laurent, je me détesterai si je parlais de mon livre. La première chose, je demande pardon pour les dessins abjects, choquants que j'ai commis à 20 ans. Le jeune homme que j'étais, je lui cracherais dessus aujourd'hui", dit d’emblée Yann Moix. "Je demande pardon à Bernard Henry-Lévy (caricaturé dans les pages de la revue - ndlr),  et à tous ceux que j'ai blessés du plus profond de mon être. Pardon pour ces bandes dessinées (…) Je n'avais pas les épaules assez larges pour me suicider physiquement alors je me suis suicidé moralement. J'ai un dégoût de moi-même, ce raté, cet être méprisé et méprisable. Je me vomissais."

"Qu'est-ce qui peut pousser un gamin de 20 ans à publier des dessins de croix gammées avec des caricatures de BHL ?", va lui demander Franz-Olivier Giesbert, appelé à la rescousse pour remplacer Frédéric Beigbeder, qui devait initialement interroger l’écrivain. "Je m'en prenais aussi aux myopathes, aux Éthiopiens, à Godard", se justifiera Yann Moix, qui jugeara par ailleurs que "ces révélations sont téléguidées par l'extrême droite. Et tout le monde suit."

Voir aussi

Le livre "Orléans" déjà réimprimé... mais loin de Millenium

Au cours de ce mea culpa de près d’une heure, l’écrivain a également abordé le livre à l’origine de la polémique. Maintenant ses accusations au sujet de son père et sa mère, il a justifié l’absence de son frère Alexandre des pages d’"Orléans" par sa volonté de "lui éviter les coups". Avant de préciser :  "J'ai décidé que je ne parlerai plus à mes parents, mais à mon frère, oui. Nous nous battions, mais je ne l'ai jamais battu. Il a été manipulé par des gens qui mériteraient d'être en prison. C'est une victime, lui aussi."

Voir aussi

A la fin de son intervention, Yann Moix évoquera également son "rêve de paternité" tout en s’en jugeant "incapable". Avant de conclure : "Je suis désolé pour tout ce que j'ai fait." Ce passage dans ONPC profitera-t-il aux ventes de l’auteur ? Edité à 27.000 exemplaires, "Orléans"a bénéficié d’une réimpression à 15.000 exemplaires, indiquait jeudi "Le Figaro", évoquant une deuxième réimpression possible. Mais d’après Edisat, qui réalise une estimation des ventes de livres, le roman ne se serait vendu qu’à 4.970 exemplaires la semaine de sa sortie, loin derrière "Millenium 6" (14.579 exemplaires) et "Soif" d’Amélie Nothomb (14.347 exemplaires).

>> Et aussi dans l'actualité littéraire... 

Lui aussi a été accusé d'avoir pris des libertés avec la réalité. L'écrivain américain James Frey est l'invité de notre podcast Les Gens Qui Lisent Sont Plus Heureux à l'occasion de la sortie en France de "Katrina", son nouveau roman (Flammarion). Pour écouter son entretien en intégralité, c'est par ici : 

>> Pour retrouver tous les épisodes de notre podcast littéraire, "Les Gens Qui Lisent Sont Plus Heureux", c'est par ici !

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter