PODCAST - Joël Dicker et "La Vérité sur l'Affaire Harry Quebert": "Je pensais que personne ne lirait jamais mon livre"

PODCAST - Joël Dicker et "La Vérité sur l'Affaire Harry Quebert": "Je pensais que personne ne lirait jamais mon livre"

Médias
ENTRETIEN – A l'occasion de la diffusion sur TF1 de "L'Affaire Harry Quebert", une série en dix épisodes inspirée de son best-seller du même nom, Joël Dicker a accepté d'être l'invité du podcast "Les Gens Qui Lisent Sont Plus Heureux". L'occasion d'évoquer la genèse d'un roman qui a changé à jamais la vie de son jeune auteur.

Et si, à l’heure où les réseaux sociaux vampirisent nos cerveaux, prendre le temps de lire un livre était un acte de résistance ? Les Gens qui lisent sont plus heureux, c’est un podcast consacré à la passion de la lecture, sous toutes ses formes, sans préjugé. A chaque épisode, je pars à la rencontre d’une personnalité qui partage avec nous sa passion des livres. Et bien  plus encore !


Dans ce 7ème numéro, mon invité est l’écrivain suisse Joël Dicker. Si vous faites partie des millions des lecteurs de "La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert", son énorme roman policier paru en 2012, vous êtes sans doute au courant que son adaptation en série télé par le réalisateur Jean-Jacques Annaud est diffusée depuis mercredi dernier sur TF1, avec Patrick Dempsey dans le rôle principal. L’occasion rêvée de s’entretenir avec le prodige, qui a beaucoup hésité avant de céder les droits de son bébé.

"Pendant longtemps, les projets venaient des gens qui n’étaient pas très enthousiastes. Ils avaient lu ou pas lu le livre, ils avaient une idée de film, mais pas tout de suite. Ils voulaient faire quelque chose mais d’abord il fallait signer les contrats", se rappelle-t-il. "Il n’y avait pas une passion. Quelqu’un qui nous disait "j’ai adoré, on va le faire, on va se débrouiller". Surtout il n’y avait pas la promesse d’une aventure humaine comme nous l'avions vécu avec le livre."


Le nous, c’est le binôme qu’a longtemps formé Joël Dicker avec son éditeur, Bernard de Fallois. Lorsqu’il s’attelle à l’écriture de "La Vérité sur L’Affaire Harry Québert", en 2009, le jeune écrivain pense qu’il s’agira de son dernier roman. Il en a déjà écrit cinq, tous refusés par les grandes maisons d’édition. "Je me disais que j’allais avoir 25 ans, qu’il fallait que je m’oriente vers une carrière, que je travaille, que je paie mes factures. A l’époque, j’étais assistant parlementaire à Genève, j’avais un contrat de 2 ans. Et pendant ces deux ans, j’ai écrit Harry Quebert avec l’envie d’écrire un livre pour moi."

>> Pour télécharger ce Podcast sur iTunes Store, c'est par ici

>> Pour l'écouter en streaming sur Deezer, c'est par ici

>> Pour l'écouter en streaming sur Spotify, c'est par ici

>> Pour l'écouter en streaming sur Soundcloud, c'est par ici

Harry Quebert, c’est un célèbre écrivain américain qui fort du succès de son roman culte, "Les Origines du Mal", s’est installé dans une maison en bord de mer dans la petite bourgade d’Aurora, dans le Maine. Après avoir reçu la visite de Marcus Goldman, son ancien élève devenu lui aussi une star de l’édition, il est arrêté par la police qui a retrouvé sur sa propriété le cadavre de Nola Kellergan, une adolescente disparue 33 ans plus tôt…. C’est le début d’une enquête complexe de près de 700 pages où Joël Dicker enchaîne les rebondissements et multiplie les intrigues parallèles. 


"Quand je l’ai terminé, je m’en suis voulu énormément", se rappelle l’écrivain. "J’avais passé deux ans et demi extraordinaires avec moi-même, j’avais connu un plaisir fou à ma table, tous les matins. Et puis je me suis dit qu'il était trop long, trop américain et que personne le lirait jamais ! Si bien que lorsque Bernard de Fallois m’a dit : "Joël, ce livre va être un  grand succès", je lui ai répondu : ‘Pas du tout ! Je ne pense même pas qu’il faut le faire paraître maintenant.’ Finalement il est sorti en septembre 2012 et il a eu raison !".

S’il séduit le grand public, avec plus de 5 millions d’exemplaires vendus dans le monde à ce jour, "La Vérité sur l'Affaire Harry Quebert" enchante également la profession, sinon une poignée d'esprit chagrins qui le comparent à du sous-Philip Roth. Lauréat du grand prix du roman de l’Académie française et du Goncourt des lycées, il passe à un cheveu du Goncourt "des grands", décerné à Jérôme Ferrari pour "Le Sermon sur la chute de Rome".  Qu’importe, le phénomène est lancé. 


Depuis, il a publié "Le Livre des Baltimore", en 2015, "La Disparition de Stéphanie Mailer", en mars dernier, quelques semaines seulement après la disparition de Bernard de Fallois à l’âge de 91 ans. "Il été mon étoile, mon maître. L’une des grandes chances dans ma vie, ça a été de le connaître, pas tant pour le succès que pour m’avoir appris un métier que j’aime", explique Joël Dicker, qui assume bien volontiers son statut de pop star de l’édition.

"Je suis vraiment marqué par les témoignages que je peux recevoir de lecteurs. Certains me disent : ‘moi je ne lisais jamais, et maintenant, grâce à vous, j’aime lire.’ Vous êtes le premier écrivain vivant que je rencontre ! (...) On a souvent cette idée fausse que la lecture, c’est quelque chose pour les autres. Pour ceux qui ont étudié, pour ceux qui sont plus intelligents que nous. Et je crois malheureusement que parfois les écrivains donnent cette image un peu poussiéreuse."


S’il est ravi de sa collaboration avec Jean-Jacques Annaud, pas question de changer de métier. "Quand vous lisez un livre, ce que vous ressentez en tant que lecteur existe vraiment", estime Joël Dicker. "Ça s’est vraiment passé. Et pour moi c’est une différence fondamentale avec le cinéma qui est un art que je respecte énormément. Mais dans lequel on vous a imposé un imaginaire, une langue, un tempo. Alors qu’un livre, vous pouvez le lire en une nuit, en deux semaines, vous avez été vous-même maître du temps. Et ça c’est quelque chose de très fort."

>> "La Vérité sur l'Affaire Harry Quebert", les épisodes 3 et 4 le 28 novembre à 21h sur TF1

Tout savoir sur

Tout savoir sur

#PODCAST - Les Gens Qui Lisent Sont Plus Heureux

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter