Pour Tex, Marlène Schiappa est "inévitablement" à l’origine de son éviction de France 2

Médias
RANCUNIER - Interrogé par le site belge Telepro, Tex revient sur les circonstances de son départ de France 2 suite à la blague sur les violences conjugales qu’il avait racontée sur C8. Pour l’humoriste, la secrétaire d’Etat Marlène Schiappa n’y serait pas étrangère, au contraire…

C’est une blague qui lui a coûté cher. Le 30 novembre 2017, sur le plateau de l’émission "C’est que de la télé" sur C8, Tex racontait une blague sur les violences conjugales qui allait entraîner son départ de France 2, où il présentait le jeu "Les Z’Amours" depuis près de 18 ans. Il a depuis été remplacé par Bruno Guillon.


Dans une interview accordée au site belge Telepro, l’humoriste revient sur les circonstances de son éviction retentissante. La secrétaire d’Etat à l’égalité entre les hommes et les femmes Marlène Schiappa, qui avait à l’époque déposé un signalement auprès du CSA, y serait-elle pour quelque chose ?

Je déteste cette manière de balancer. Que ce soit balance ton porc, balance ton comique, balance ton animateurTex, sur le site Telepro

"Inévitablement.  Il y a derrière tout ça des relents de délation assez terribles. La délation, c’est les pires heures de la démocratie française. Je déteste cette manière de balancer. Que ce soit balance ton porc, balance ton comique, balance ton animateur…. Après ça va être balance ta balance et tout le monde va se méfier de tout le monde." Un entretien à écouter dans son intégralité ici.

En janvier 2018, sur le plateau de "Salut les Terriens !", l'émission de Thierry Ardisson sur C8, Marlène Schiappa s’était défendue d’être à l’origine du licenciement de l'animateur et humoriste. "Je n’ai pas renvoyé Tex, je n’ai pas le pouvoir de le renvoyer et je ne l’ai pas demandé", avait-elle assuré. 


"La direction de France Télévisions s’est exprimée. Elle n’a pas renvoyé Tex parce qu’il a fait une blague sur les femmes battues mais parce que la façon dont il animait Les Z’amours était jugée non satisfaisante. Ce n’est pas moi qui le dit", avait-elle ajouté.


Depuis son départ, Tex a porté l’affaire devant la justice, contestant son licenciement pour faute grave. En juillet 2018, il a obtenu 45.000 euros aux prud'hommes, alors qu'il réclamait 1,2 million d'euros à la société de production des "Z’Amours", Sony Pictures Television Production France, qui l'employait pour France Télévisions.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter