"Coup de foudre en Andalousie" sur TF1 : Agustin Galiana nous dit tout sur son premier grand rôle

Médias

INTERVIEW – Le comédien espagnol a profité d'une pause sur le tournage de la saison 10 de "Clem" pour nous parler du premier rôle principal qu'il tient dans une fiction française. Celui d'un Andalou qui part à la recherche de sa future femme dans une comédie romantique qui sent bon l’Espagne, diffusée ce lundi soir sur TF1.

Il lui a fallu moins de trois ans pour devenir l'une des personnalités les plus populaires du petit écran. Arrivé sur la pointe des pieds en 2016 dans la série "Clem", Agustin Galiana en est désormais l'un des personnages majeurs. C'est entre deux scènes de la saison 10, actuellement en tournage, que le comédien espagnol de 41 ans a décroché son téléphone pour évoquer un autre rôle qui lui tient à cœur. 

Le premier rôle principal de sa carrière dans une fiction française. Dans "Coup de foudre en Andalousie", diffusé lundi 14 octobre dès 21h05 sur la première chaîne, il campe Alvaro, un Espagnol dont la future femme française a disparu quelques jours avant leur mariage. Il va parcourir la région pour la retrouver avec l'aide de Claire (Maud Baecker), la sœur de sa fiancée qui ne va pas rester longtemps insensible à son charme d'hidalgo. Il évoque pour LCI la genèse de ce projet qui rend hommage à ses racines, la pièce de Laurent Ruquier qu'il joue actuellement au théâtre des Variétés à Paris et sa future tournée à venir. Le sourire omniprésent dans sa voix, aussi chaleureuse que passionnée.

Pourquoi avoir accepté de participer à la série des "Coup de foudre à" que diffuse TF1 ?

J'avais très envie de faire quelque chose de plus gai sur la chaîne après la dernière saison de "Clem" qui a été très lourde et très triste. J'avais aussi très envie de jouer dans une comédie, qui plus est romantique. J'avais déjà vu le "Coup de foudre à Jaipur" avec Lucie Lucas (sa partenaire dans "Clem", ndlr) et Rayane Bensetti et je m'étais dit que ce serait chouette de faire quelque chose comme ça. Mais je pensais à l'époque que ça ne m'arriverait jamais. Comme quoi ! (Il rit) 

Comment êtes-vous arrivé sur ce projet ?

Big Band Story m'a proposé ce téléfilm qui a été écrit sur mesure pour moi. J'ai dit oui car c'était la première fois que TF1 m'offrait un rôle titre, je ne pouvais pas laisser passer ça. C'était un challenge de pouvoir développer un personnage sur 2 x 52 minutes en étant presque tout le temps à l'écran, surtout par rapport à la quantité de texte pour un étranger comme moi. J'ai dû beaucoup travailler pour me mettre tout ça dans la tête. C'est important pour moi dans ce métier de me mettre en danger, d'explorer de nouvelles choses et d'essayer de faire de mon mieux. Même si aujourd'hui on commence à m'appeler pour des rôles qui ne sont pas forcément espagnols, ça m'a fait plaisir de jouer un Espagnol et de pouvoir montrer la beauté de mon pays.

De votre personnage Alvaro ou d’Agustin, qui est le plus romantique ?

(Il fait une pause) Je ne sais pas parce qu'Alvaro, on ne le voit pas très romantique dans "Coup de foudre en Andalousie". Moi je le suis dans la vie, pas en tant que couple mais avec mes amis, ma famille. Le romantisme, c'est faire des surprises à l'autre, essayer de le rendre heureux, être là pour lui. Donc je pense que je suis un peu plus romantique qu'Alvaro. Après, on est tous les deux passionnés, directs. Il dit les choses comme il les sent, il adore la danse comme moi. Il m'a aussi transmis son amour des chevaux. J'aime quand un personnage me fait apprendre des choses.

Avec Maud Baecker, ça a été un vrai coup de foudre amical et professionnel- Agustin Galiana

Dans le téléfilm, on vous voit danser, faire de l’équitation… La préparation semble avoir été aussi intensive que celle de "Danse avec les stars", que vous avez remporté il y a deux ans.

(Il rit) J'avoue ! Je n'étais jamais vraiment monté à cheval avant. C'est moi qui ai demandé à la production de trouver un endroit pour m'initier à l'équitation. Dans mon téléfilm précédent ("Ils ont échangé mon enfant" avec Julie de Bona, ndlr), je jouais un palefrenier mais là j'avais vraiment besoin qu'on voit qu'Alvaro était à l'aise. Il fallait voir sa complicité avec les animaux. Mon professeur a été impressionné parce qu'il ne s'attendait pas à ce que je puisse faire autant après ses cours. Je ne suis pas vraiment sûr de moi sur certaines choses. Dès que je finis de tourner une séquence, je me dis "C'est bien fait ? Pas bien fait ? J'aurais pu faire ça et ça" et je demande à tout le monde si ça les a émus ou pas. Mais je n'ai pas eu peur d'avoir un animal de 600 kilos à mes côtés ou entre mes jambes. Je suis quelqu'un qui ose et ça m'a beaucoup aidé pour le personnage. J'ai eu un mois très intense de préparation avant le tournage. 

Vous donnez la réplique à Maud Baecker, l’une des stars de "Demain nous appartient" que vous avez failli rejoindre. C’est un joli clin d’œil du destin !

Je pense qu'il fallait qu'on se retrouve pour jouer ensemble. On m'avait proposé de rejoindre le prime de "Demain nous appartient" (pour incarner Mathieu, l'amant d'Anna incarnée par Maud Baecker, ndlr). Ça aurait été chouette mais je n'ai pas pu pour des raisons de planning. Le tournage avait lieu en même temps que les répétitions de la pièce "Le Plus beau dans tout ça", que je joue actuellement au théâtre des Variétés. "Coup de foudre en Andalousie"a été une super expérience, je ne m'attendais pas à m'attacher autant à Maud. On se parle toutes les semaines et je vais aller la voir bientôt à Sète. Ça a été un vrai coup de foudre amical et professionnel.

Voir aussi

Comment s’est déroulé le tournage ? 

On a tourné pendant un mois. On a fait tous les extérieurs, qui dessinent la carte postale de l'Andalousie, en Espagne pendant une semaine à Jerez, Séville et ses alentours. Après, on a été en Camargue et en Provence. Le haras de la famille d'Alvaro était en Provence. C'était tellement espagnol, c'était fou ! J'avais l'impression d'être à Cordoue.

"Coup de foudre en Andalousie" est surtout une déclaration d’amour à l’Espagne et sa culture. Avez-vous eu votre mot à dire dans le scénario ou le tournage de certaines scènes ?

J'ai proposé des endroits mais la production y avait déjà pensé. Quand on m'a appelé pour le téléfilm, j'ai par exemple dit qu'il fallait que je danse. Mais je n'avais aucune idée de la manière dont se dansait le flamenco.

Il n'y a pas eu un petit flamenco dans "Danse avec les stars "? 

Oui mais on l'a répété une semaine, on l'a dansé un jour, deux jours et après on ne l'a plus jamais fait (rires). Ma partenaire Candice Pascal me l'avait appris mais elle n'est pas danseuse de flamenco donc on avait essayé de mêler tous les deux flamenco et paso doble. C'était il y a deux ans, ça fait longtemps ! Pour le téléfilm, j'ai répété avec Denitsa Ikonomova qui a tout chorégraphié. On se connaissait, on était en confiance donc ça a aidé aussi.

La saison 10 de "Clem" sera beaucoup plus solaire et lumineuse que la précédente- Agustin Galiana

Alvaro et sa famille sont aussi des sanguins. On entend beaucoup de "joder" et de "cabron" ! C’est aussi ça, la touche espagnole ?

(Il rit) Oui, c'est vrai ! C'est comme ça, parfois en Espagne on utilise les insultes de manière affectueuse. Ça peut paraître un peu bizarre mais parfois en français aussi tu dis "Ohlala le salaud", mais tu le dis de façon tellement affectueuse que ça passe. Le "joder", c'est comme "putain". Quand un personnage espagnol s'énerve, il faut trouver des mots que les Français puissent reconnaître. C'était important pour nous de mettre des mots espagnols dans les dialogues en français. Laisser quelques scènes entièrement en Espagnol, mais sous-titrées en français, donnait aussi le cadre espagnol.

Vous êtes en train de tourner la saison 10 de "Clem". Que pouvez-vous nous en dire ?

Ce sera une saison beaucoup plus solaire et lumineuse que la précédente. C'était lourd cette année avec le coma, la nouvelle vie de Clem, Adrian et Alizée qui se séparent, Alizée et Baptiste qui trompent Adrian et Clem... C'était quand même choquant. Là on sort du froid, on est beaucoup plus dans la comédie. Il va y avoir évidemment un peu de drame et des problèmes mais ils vont être traités différemment. Ça va être plus léger. Pour la saison 10, il fallait faire quelque chose de plus dynamique, de plus rythmé avec des personnages un peu plus heureux. Adrian a retrouvé son fils Pablo à la fin de la saison 9 mais il a été licencié, donc on va voir comment il se débrouille pour trouver un nouveau travail en France.  

Vous jouez l’amour mais vous le chantez aussi. Lors de notre rencontre en mars 2018, vous nous disiez avoir "très envie" de faire une tournée. Vous serez de passage à l’Alhambra le 2 février prochain, dans quel état d’esprit êtes-vous et à quoi devons-nous nous attendre sur scène ?

Je suis déjà en train de goûter aux scènes parisiennes avec la nouvelle pièce de Laurent Ruquier donc j'ai hâte d'être sur scène. Je ne veux pas un décor de fou mais quelque chose qui me ressemble : simple, passionné, direct, rigolo, positif, festif. J'ai envie de chanter à l'oreille des gens, de faire un concert intime. On va me retrouver moi,  l'Espagne et tout ce qu'il y a dans mon album avec des chansons d'amour, des chansons pour faire la fête et d'autres un peu plus profondes. D'autres dates sont prévues en France mais je ne peux pas encore les communiquer. 

En vidéo

Agustin Galiana : découvrez son titre "C'était hier" en acoustique

Voir aussi

Retrouvez Agustin Galiana dans :

-"Coup de foudre en Andalousie" le 14 octobre à 21h05 sur TF1

-"Le plus beau dans tout ça" de Laurent Ruquier, actuellement au théâtre des Variétés

-"Clem" saison 10, diffusion prochainement sur TF1

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter