Ingrid Chauvin fête la 400e de "Demain nous appartient" : "Cette série, c’est 100 fois plus intense que la vraie vie !"

Médias

INTERVIEW – TF1 diffuse ce jeudi le 400e épisode de sa série quotidienne "Demain nous appartient". L’occasion pour LCI de passer un coup de fil à sa vedette, la comédienne Ingrid Chauvin.

Ingrid Chauvin est heureuse. "Il fait beau, les oiseaux chantent… c’est une chance de fêter ce 400e épisode. On n’en espérait pas tant !", savoure celle qui interprète depuis l’été 2017 Chloé Delcourt, le personnage principal de la série "Demain nous appartient", diffusée du lundi au vendredi en access sur TF1. C’est durant sa pause déjeuner que la comédienne nous répond au téléphone depuis le tournage, à Sète, où elle installée avec son compagnon et son petit garçon. 

LCI : Demain nous appartient n’a pas fait l’unanimité à son lancement. Comment l’avez-vous vécu à l’époque ? 

Ingrid Chauvin : Moi, je l’ai plutôt bien vécu. Je trouve qu’il y a eu un effet de curiosité assez important dès le départ. Après, c’est vrai qu’on a gagné le public petit à petit. De façon progressive, mais assez forte sur le moyen terme. 

Dans cette série il y a du drame, de la romance, du polar… Ce mélange des genres est-il d’après vous la raison de son succès ? 

J’ai l’impression, oui. Le public actuel est beaucoup plus exigeant. On ne peut pas se reposer sur nos lauriers : il faut leur apporter plein de choses. L’aspect polar plaît énormément, tout comme les sujets de société qu’on aborde. Souvent, je rencontre des parents dans la rue qui me disent ‘merci, grâce à vous on a réussi à parler du harcèlement au lycée avec nos enfants’. On arrive à délier les langues et peut-être à résoudre certains problèmes. Surtout, on n’a pas peur d’aborder concrètement, et parfois crûment les choses. 

Est-ce qu’il y a tout de même des tabous, des limites à ne pas franchir ? 

Les seules questions que je pourrais avoir, c’est lorsqu’on aborde l’intimité des personnages. Dès qu’une histoire devient charnelle et qu’on pourrait avoir une femme dénudée, je dis ‘attention, on a public très jeune, il y a des enfants de 5 ou 6 ans qui regardent et il ne faut pas choquer’. Moi-même je suis toute jeune maman et il arrive que mon fils de 2 ans et demi me voit à la télé et me dise : ‘Maman, est-ce que tu vas faire un bisou ?’. Mais je crois que la production et le diffuseur sont très attentifs à ça.

Ce mélange de force et de fragilité chez Chloé, c’est un petit peu moi dans la vie- Ingrid Chauvin

Vous n’aviez jamais interprété un personnage sur une aussi longue période. Avez-vous l’impression de façonner Chloé à votre image au fil du temps ?

Forcément, il y a une part de moi qui transparaît. Quand on est sur une série quotidienne, on ne peut pas tricher. Quelle que soit l’émotion qu’on va donner, l’histoire qu’on est en train de jouer, il y a toujours quelque chose de soi qui transparaît. Ça reste de la fiction, mais Chloé est assez proche. Ce mélange de force et de fragilité, c’est un petit peu moi dans la vie. Je suis très attachée à ce personnage, j’évolue avec elle, c’est assez plaisant. Et puis je garde ce côté "addict" que j’éprouvais dès la lecture des premiers scénarios. Tous les 15 jours, on reçoit dix épisodes, et il y a toujours cette envie de découvrir la suite. On se demande ce que les scénaristes ont pu inventer. Et on est toujours bluffés, enchantés par leur imagination.

Est-ce qu’il y a des évolutions de Chloé qui viennent de vous ? Dans l’intrigue, les dialogues, voire le look ? 

J’y amène ce que je suis moi dans la vie, forcément. Mais sinon je laisse les scénaristes travailler dans leur coin. C’est assez plaisant d’être dans la découverte, de voir comment les auteurs font évoluer les personnages en étant à l’écoute des téléspectateurs. Parfois je sais qu’on va les déranger. Mais je pense qu’il vaut mieux ça que d’être trop lisse ou trop fade. Quelqu’un qui est hyper bienveillant dans la vie, c’est génial. Mais à l’écran, ça a moins d’impact et ça devient lassant. On est forcément obligés d’écorcher un petit peu nos personnages. De leur apporter certaines fêlures, des exagérations qui donnent à la série ce côté "montagnes russes". C’est 100 fois plus intense que ce  qu’on peut vivre dans la vraie. Mais je sais que le public jubile devant sa télé !

Voir aussi

Clément Rémiens, l’interprète de Maxime, le fils de Chloé, va bientôt revenir dans la série après plusieurs semaines de pause. Que pouvez-vous nous révéler ? 

Déjà qu’il a repris le tournage avec nous ! Pour ce qui est de son retour exact à l’écran, je ne pourrais pas vous dire car on travaille sur tellement d’épisodes en même temps... En tout cas il va revenir très vite. Le lien de Maxime avec ses parents n’est pas coupé, bien au contraire. Il va revenir avec un peu plus de maturité. Son histoire avec Clémentine (Linda Hardy) le nourrit et le fait grandir. Après je ne peux pas vous en dire plus ! 

J’imagine que vous avez suivi son parcours victorieux sur "Danse avec les stars", tout en tournant la série. C’est dingue ce qui lui est arrivé, non ?

C’est phénoménal ! Je me souviens encore du jour où il est venu parler de ce projet. Je lui ai dit ‘mais vas-y, fonce ! Tu as exactement l’âge pour le faire, ce sera une aventure humaine et professionnelle extraordinaire !’. J’avoue qu’il m’a bluffée, avant, pendant et après. Je lui avais fait un petit stock de vitamines pour qu’il tienne le coup, on débriefait beaucoup et je trouve qu’il a un talent incroyable, ce gamin. Il est génial. Surtout, il est différent des autres. Il a une conscience, il a beaucoup de maturité et en même temps cette fougue, cette envie d’apprendre, d’être parfait. C’est un gros gros bosseur et il mérite son succès.

Voir aussi

Comme lui, Lorie va quitter la série pour faire une pause. Est-ce quelque chose que vous pourriez envisager ? 

Tout est possible mais ça ne m’a pas encore traversé l’esprit ! Cette série, je m’y sens bien, j’y ai trouvé mes marques, j’ai la chance de travailler en famille (son compagnon est le réalisateur de "Demain nous appartient, Thierry Peythieu - ndlr). Je me suis délocalisée à Sète,  je vis ici. Ça ne m’empêche pas de travailler sur d’autres projets comme ma collection de contes pour enfants. Je me sens vraiment bien ici parce que ça correspond aussi à une période de ma vie qui est parfaite. C’était un gros virage, une vraie décision à prendre, mais je ne la regrette pas. 

Vous avez parlé de votre fils Tom. On le voit déjà sur vos réseaux sociaux. Pourrait-il apparaître un jour dans la série ? 

Je ne sais pas du tout, mais je soupçonne la production d’émettre ce souhait. Pour l’instant il est trop petit donc ce n’est pas envisageable. On verra par la suite. Je ne voudrais pas que ce soit quelque chose de perturbant pour lui. Avec les enfants il faut être très prudent.  Si ça doit se faire, ça se fera. Mais je ne veux pas le provoquer pour le moment. Je le laisse grandir, comprendre ce qu’est notre métier en venant un peu sur les plateaux… Pour qu’il comprenne où sont papa et maman quand il ne nous voit pas pendant plusieurs heures la même journée. Si ça l’amuse, que ce n’est pas contraignant, pourquoi pas. Ça lui fera un souvenir !

"Demain nous appartient" n’est pas imperméable à l’actualité. Pourrait-on y croiser prochainement les Gilets jaunes ?

Je pense qu’il y a des sujets sur lesquels il vaut mieux ne pas aller en tant qu’artiste. Pour lesquelles on doit rester en retrait, ou tout du moins discret. Il faut faire gaffe. Il y a de notre part une écoute, une entente, une certaine compréhension. En revanche des prises de position sur des sujets délicats comme celui-là, il vaut mieux être prudent et ne pas faire n’importe quoi. Il ne faut pas tout mélanger.

Pour finir Ingrid, dites-nous franchement : vous préférez "Un si beau soleil" sur France 2 ou "Plus belle la vie" sur France 3 ? 

(Elle soupire) C’est extrêmement compliqué de répondre car je n’ai pas le temps de regarder ni l’une, ni l’autre. Le rythme des tournages est tellement intense… Nous proposons trois programmes en access, du même genre, quasiment dans les mêmes créneaux horaires. Chacun avec une identité propre. Avec un public qui lui est propre aussi. Ce que je trouve génial, c’est que ça crée des emplois… et des séries un peu différentes pour tout le monde. Chacun peut choisir et c’est très bien comme ça !

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter