L'incroyable histoire de Sophie Serrano, cette maman dont s'est inspiré TF1 pour sa fiction "Ils ont échangé mon enfant"

Médias
DirectLCI
PORTRAIT – Elle a élevé durant 10 ans un enfant qui n'était pas biologiquement le sien. Retour sur l'histoire incroyable de Sophie Serrano, victime d'un échange de bébé il y a 24 ans.

On disait que sa fille était celle du facteur. TF1 diffuse ce soir "Ils ont échangé mon enfant", une fiction inspirée de l'histoire vraie de Sophie Serrano. Victime d’un échange de bébé à la maternité, cette mère de famille a élevé durant 10 ans une petite fille qui n’était pas son enfant biologique. Ce bébé, qu’elle a aimé et chéri plus que tout, était en réalité celui d’un couple réunionnais à qui on avait donné par erreur l’enfant de Sophie. 

Tout commence en 1994. Agée de 18 ans, Sophie donne naissance à Manon, son premier enfant dans une clinique de Cannes. Alors qu'elle accouche d'un bébé au teint clair, une infirmière lui tend un nouveau-né à la peau plus mate et aux cheveux frisés. Elle exprime son étonnement mais on lui explique que c'est normal, son bébé a changé après avoir été placé sous les lampes qui soignent la jaunisse. Idem pour l'autre maman, qui s'étonne, elle, que son bébé ait perdu ses cheveux. 

J'ai la peur de ma vie : qu'on me prenne Manon. Et en même temps je pense à cet enfant que j'ai mis au monde, je ne sais pas où elle est.Sophie Serrano

Ce n'est que 10 ans plus tard que la vérité éclate au grand jour, lorsque son ex-conjoint passe un test de paternité (il avait des doutes sur la fidélité de Sophie). La jeune femme découvre avec effroi l'impensable :"C'est un tsunami, c'est mon monde qui s'écroule. C'est une peur absolue, je suis terrifiée", expliquait Sophie Serrano lors d'une interview donnée à "Sept à huit" en 2015. "J'ai la peur de ma vie : qu'on me prenne Manon. Et en même temps je pense à cet enfant que j'ai mis au monde, je ne sais pas où elle est. (…) Est-ce qu'elle est tombée dans une bonne famille qui la traite bien ?"

L’auxiliaire de puériculture à l'origine de l'échange était dépressive et alcoolique...

Sophie finit par retrouver la trace de son enfant. "La rencontre a été comme des retrouvailles, ça a été un moment de bonheur. Mais aussi de douleur car c'est l'enfant auquel on a donné la vie, mais qui est étranger. C'est vraiment déstabilisant". D'autant que Sophie s'en veut de ne pas avoir plus insisté à la maternité. "Je m'en veux de ne pas avoir protégé mon enfant", se désole la maman qui explique que les liens avec Manon n'en ont été que renforcés. 

L'enquête révélera que, faute de place, les deux bébés ont été placés ensemble, tête-bêche, dans la même couveuse et que l'auxiliaire de puériculture qui s'est occupé de Manon était fragile émotionnellement. Sous traitement médicamenteux, elle avait également un problème d'alcoolisme. 

1,88 millions d'euros de dommages et intérêts

Les deux familles essaient de créer un lien, elles apprennent à se connaître mais rapidement, les choses deviennent ingérables. "Je  n'ai pas réussi à trouver ma place. (…) On n'a pas réussi à l'inventer et c'est une torture. Pareil de l'autre côté. Il faut accepter ce qui est arrivé : elle a une maman, et je ne peux pas prendre sa place. C'est terrible", conclut avec tristesse Sophie Serrano aujourd'hui maman de trois autres enfants autres enfants âgés de 20, 14 et 2 ans.  Les deux familles ne se côtoient plus. 

En 2015, au terme d'une bataille judiciaire féroce avec la clinique, les deux familles qui réclamaient plus de 12 millions d'euros de dommages et intérêts obtiennent finalement... 1,88 millions d'euros : 400 000 euros par enfant échangé, 300 000 euros par parent concerné ainsi que 60 000 euros pour les trois frères et sœurs. Des sommes qui ne répareront jamais le prix des vies brisées… 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter