Son aventure mouvementée, son bébé... Cindy se livre avant la grande finale de "Koh-Lanta"

Médias
INTERVIEW – C’est sans doute la stratège la plus redoutable de "Koh-Lanta : la guerre des chefs". Ce vendredi soir, la pétillante Cindy affronte Steeve, Clo et Maud pour la victoire finale sur TF1. L’occasion de recueillir quelques confidences sur son aventure. Et sur le grand bonheur qui l'attend dans quelques semaines.

Elle a bien caché son jeu. Souriante et presque désinvolte en début d’aventure, Cindy s’est peu à peu imposée au fil des épisodes comme l’une des candidates les plus déterminées de "Koh-Lanta : la guerre des chefs", à l’origine de quelques-uns des plus beaux coups de poker de la saison. Aujourd'hui enceinte de son compagnon Thomas, la jeune conseillère financière est revenue pour LCI sur les temps forts de son séjour aux Fidji.


LCI : Comment se porte la future maman de "Koh-Lanta" ?

Cindy : Je suis en grande forme… C’est le cas de le dire ! Si on repense aux kilos perdus dans l’émission, j’en suis loin ! (rires)


Votre grossesse sera une surprise pour les téléspectateurs qui vont suivre la finale vendredi soir…

Pour ceux qui ne me suivent pas sur les réseaux, oui.


Justement, pourquoi l’avoir annoncé sur Instagram ? 

Depuis le début, je suis dans le partage avec ma communauté. Ça me faisait plaisir de le leur annoncer comme c’est une bonne nouvelle, plutôt qu’ils le découvrent en regardant la télé. Il faut dire aussi que je poste pas mal de photos et comme ça se voyait que j’avais grossi, je préférais mettre les choses au clair (rires).


C’était d’autant plus voyant que vous aviez perdu beaucoup de poids à la fin de l’aventure…

Quand j’ai postulé, ça faisait partie de mes motivations : avoir la ligne en sortant de "Koh-Lanta". Sauf que lorsque je suis rentrée, nous sommes partis une semaine en Martinique avec mon chéri. Entre ce voyage et les fêtes de Noël, autant vous dire que les buffets ont été chargés ! Et j’ai vite tout repris. Disons que j’ai pu faire la belle un mois…

Revenons sur le conseil du dernier épisode où Cyril est presque parvenu à vous faire éliminer votre copine Clo. Comment en est-on arrivé là ? 

Ça faisait deux ou trois conseils que je me sentais moins impliquée. J’ai été au cœur de nombreuses stratégies et j’ai réussi à constituer autour de moi un groupe que j’apprécie vraiment et avec lequel j’avais des relations de confiance. J’ai un peu occulté le jeu et laissé parler mes sentiments avec Cyril. Je crois qu’on peut voir qu’on a su créer une belle complicité, et quand il me demande de ne pas voter contre lui, il ne me dit pas de voter contre Clo. D’autant plus que je pensais que Maud allait voter contre Steeve, du moins c’est ce qu’elle m’avait dit ! Je m’en rappelle très bien. Sans le savoir, j’ai donc mis en danger ma pote de l’aventure et j’aurais culpabilisé si elle n’avait pas tiré la boule blanche.


Si on vous dit que vous êtes avant tout une grande stratège, vous êtes d’accord ou c’est réducteur ? 

Pour moi, c’est un tout. Je crois que c’est un panel de plusieurs qualités qui font que j’ai réussi à en arriver là et à accéder à la course d’orientation. Mais c’est vrai que je me suis révélée en tant que stratège parce que j’ai été la seule à m’exprimer sur des choix qui me semblaient d’une logique énorme. Parce que quand on joue à un jeu, le but c’est d’aller loin et de gagner.

Le  choix le plus marquant, c’est l’élimination de Béatrice. Vous avez frappé fort ce jour-là, non ?

Au début de l’aventure, on se fait plein de promesses au sein de nos équipes respectives. Et puis au moment de la réunification, j’ai vu Brice et Maxime très proches des jaunes, et notamment de Béatrice. Je n’appréciais pas qu’ils nous dictent un peu nos votes et nous demandent de faire partir les rouges. Je n’avais pas envie de servir de pion. Et j’avais besoin de ce vote contre Béatrice pour me prouver que je pouvais compter sur les anciens bleus. Et que surtout, ça allait déstabiliser les jaunes. Béatrice, je n’ai rien contre elle, mais c’était le maillon fort, elle avait encore une emprise sur eux. Pour moi, c’est le tournant de l’aventure.


Vous avez senti que le regard des autres sur vous avait changée après ça ? 

C’est délicat à dire… Au début on se disait peut-être que je ne servais pas à grand-chose. Que j’avais une nature un peu candidate et innocente. Et là on s’est rendu compte que je réfléchissais bien et que je n’étais pas venue sur Koh-Lanta pour faire de la figuration.


Ce côté sympa, c’est une forme stratégie que vous partagiez avec Cyril…

Bien sûr, on s’est dit que c’était plus intelligent d’être bête ! Moi je suis comme ça dans la vie. Je suis spontanée, j’adore rigoler. Et j’ai conscience qu’on peut vite être stéréotypé, victime de préjugés. Je le vis très bien. Il faut juste savoir se servir de cette image qu’on peut renvoyer parce qu’à un moment, ça peut devenir un atout. Sur Koh-Lanta, je n’avais pas de problèmes d’ego. Vous me prenez pour une conne ? Vous allez voir où ça va vous mener ! (rires).

Dans la vraie vie, vous êtes conseillère financière. Est-ce que ça vous a servi sur "Koh-Lanta" ? 

Dans mon travail, je dois m’adapter à tous mes publics, tous les types de clientèle. Aussi bien des hommes d’affaires que des réfugiés politiques. Alors j’essaie d’adapter mon discours. Surtout je fais en sorte de créer un climat de confiance, car ensuite c’est beaucoup plus facile d’avancer. C’est la même chose dans Koh-Lanta où le côté humain est primordial. Les épreuves sportives, c’est une chose. Mais ça dure une heure par jour. Le reste du temps, il faut vivre en communauté et ça peut être parfois difficile.


Les 5 derniers, ce sont les meilleurs ? 

Je ne dirais pas les meilleurs... Disons les meilleurs joueurs. Ce ne sont pas les meilleurs aventuriers, les meilleurs sportifs, les meilleurs stratèges. Mais les meilleurs joueurs, c’est sûr. Prenons l’exemple d’Aurélien. On l’a très peu vu, il est resté assez transparent et ça lui a permis d’avancer et d’en arriver là. Maud aussi. Elle s’est attiré la sympathie du groupe, par sa personnalité et tout ce qu’elle connait en matière de survie. Mais elle était cachée derrière Cyril ! S’il y avait un rouge à dégommer, c’était lui, pas elle !


Steeve aussi ?

Ah mais Steeve je crois que c’est le meilleur de tous ! C’est un grand stratège, sans l’assumer. Il avait de très bonnes relations avec tout le monde. Il a vu le jeu encore plus loin et s’il doit accéder au vote du jury final, c’est sûr que c’est lui qui l’emporte.

Clo a été très forte aussi, non ? 

Forte ? Je ne dirais pas ça. C’est quelqu’un qui est déterminée mais je crois qu’elle s’est mis trop de pression au début de l’aventure. Elle avait des ambitions physiques et sportives et je la voyais souvent démotivée après les épreuves où elle perdait. Contrairement à moi : je ne m’étais pas entraînée et je me battais un peu contre moi-même. Si bien que j’arrivais à sortir de belles performances de temps en temps. J’étais dans le positif, elle dans le négatif. Après elle a choisi les bonnes alliances, elle m’est restée fidèle, soudée, et je suis très fière d’elle. 


Si vous gagnez les 100.000 euros, vous faites quoi ? Vous changez de vie complètement ? 

Je suis dans une phase de vie où je vais avoir un enfant, je me marie dans quatre mois. Et on achète un appartement après. Autant dire que les 100.000 euros, je les ai dépensés avant de les avoir gagnés ! (rires)

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter