Soprano : "Un rappeur dans The Voice ? C’est la preuve que le travail de IAM et NTM a porté ses fruits"

Médias
PORTRAIT – Il va apporter son éternel sourire, et son accent chantant, à la nouvelle saison de "The Voice Kids". Le rappeur marseillais Soprano s’assoit pour la première fois ce soir dans l’un des fauteuils rouge de l’émission de TF1. Une forme de reconnaissance qu’entend bien savourer ce champion des charts français.

A l’heure où certains de ses collègues trustent la rubrique des faits divers, Soprano soigne son image de gentil du rap français. Après avoir composé en janvier dernier l’hymne des Enfoirés, "On fait le show", le Marseillais fait ses débuts de coach dans "The Voice Kids", ce soir sur TF1. Une collaboration qui a visiblement séduit les producteurs de l’émission, puisqu’ils lui ont proposé depuis de rejoindre le jury des" grands", dont le tournage débutera dans quelques semaines.


Le choix de Soprano n’est au fond pas très surprenant. L’an dernier, il a été élu personnalité préférée des jeunes lecteurs du "Journal de Mickey". Une distinction qu’il a cédée il y a peu à ses jeunes collègues toulousains Big Flo & Oli. Le voir aujourd’hui rejoindre le programme musical le plus populaire de France n’est que justice, lui qui a vendu à ce jour pas moins de 800.000 exemplaires de son dernier album, "L’Everest".

"La musique urbaine, aujourd’hui, elle déchire tout", nous confiait un Soprano enthousiaste au début de l’été. "Les gens n’écoutent que ça. Et le fait d’être sur TF1, en prime, c’est quelque chose de positif pour tout le monde. Socialement, humainement… Beaucoup de jeunes me disent que me voir là, ça leur donne de l’espoir. Qu’ils n’ont pas besoin de se conformer à tel ou tel style. Et ça c’est énorme."


Son succès mainstream, Soprano, de son vrai nom Saïd M’Roumbaba, 39 ans, le doit en partie à son ouverture musicale, lui qui assume depuis toujours son amour de la chanson française. Ses fans se rappellent encore de sa version bluffante de "La vie ne m’apprend rien", le tube mélancolique de Daniel Balavoine, en 2015 sur le plateau de "Taratata".

 Mais aussi de sa reprise de "Quand la musique est bonne" de Jean-Jacques Goldman, en duo avec… Amel Bent, l’autre petite nouvelle de "The Voice Kids". 

L'an dernier c'est avec la jeune Marina Kaye qu'il a touché le jackpot grâce à leur collaboration sur "Mon Everest". Un titre qui a encore ouvert de nouvelles portes à ce rappeur "cosmopolitain"...

"Je mélange les genres depuis longtemps", reconnaît l’intéressé. "Pare que pour moi la musique, c’est comme les hommes : ça n’a pas de couleur. Ce n’est que de l’émotion, quelque chose qu’on partage tous ensemble. Et le fait que la musique urbaine se retrouve là, dans "The Voice", ça confirme qu’elle fait partie de la musique française."


Enfant des quartiers Nord, élevé dans une famille comorienne de confession musulmane, Soprano s’est fait connaître à ses débuts au sein du groupe Psy 4 de la Rime, avant de cartonner dès son premier album solo, "Puisqu’il faut vivre", en 2007. Presque une éternité. Dix ans plus tard, il devenait le deuxième chanteur français à remplir le Stade Vélodrome de Marseille après Johnny Hallyday.

Les puristes le trouvent trop commercial ? Sa présence dans "The Voice" ne va pas arranger les choses… Le rappeur balaie les critiques avec le sourire, persuadé qu’il a un rôle à jouer pour rapprocher les générations : "Ma présence, c’est important pour les jeunes, mais aussi pour les les adultes qui ont grandi avec IAM ou NTM. Et qui constatent que leur travail a porté ses fruits aujourd’hui. Ce n’est que du positif."


>> Toutes les infos et les vidéos sur la saison 5 de "The Voice Kids" sur la page officielle de l'émission

Tout savoir sur

Tout savoir sur

The Voice Kids 2018

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter