Qui est le "journaliste gilet jaune" qui a pris à partie Jean-Michel Aphatie et d'autres personnalités médiatiques ?

Médias
GILETS JAUNES - Beaucoup ont eu à maille à partir avec lui : Bernard Tapie, Chantal Jouanno, Enrico Macias, Franck Dubosc ou encore Ségolène Royal. Se présentant comme un "journaliste gilet jaune", Marc Rylewski a pris à partie Jean-Michel Apathie à la sortie des locaux LCI, l'accusant d'être un "millionnaire anti-Gilet jaune". L'homme est un ancien paparazzi.

Il se présente comme un "journaliste de rue" et ses méthodes sont "directes" : muni d'un téléphone portable, il alpague les personnalités sur leurs lieux de travail et les assomme de questions avec des idées très définies. Il filme très souvent en "mode portrait" avec son smartphone et semble prendre bien soin de ne pas montrer son visage. Dernière vidéo en date : celle où il s'adresse avec virulence à Jean-Michel Aphatie à la sortie des locaux de LCI le 7 janvier.  Il y traite, pêle-mêle, le journaliste de "menteur", de millionnaire "du côté des puissants." Une vidéo de 6 minutes qui avait été vue près de 170.000 fois vendredi soir. 


"Si vous ne savez pas ce que l’intolérance veut dire, si vous voulez observer une forme de violence inadmissible, regardez cette vidéo qui ne sert pas la cause des #giletsjaunes", avait rétorqué Jean-Michel Aphatie sur Twitter.

Qui est cet homme qui se proclame "journaliste gilet jaune" ?  LCI a eu une confirmation de l'identité de celui qui, comme il l'indique sur sa chaîne Youtube, souhaite "aller au cœur de la pensée du système". Il s'agit de Marc Rylewski, un ancien paparazzi qui se présente lui-même sur son compte Viadeo comme l'un des co-fondateurs de l'agence X17, une ancienne "énorme agence de photos fondée par un Français parti à Los Angeles. Ils étaient un peu sans foi ni loi", nous indique d'ailleurs un journaliste ayant longtemps travaillé dans la presse people. 

Un ancien paparazzi "bien connu", selon les médias américains

En 2005, la chaîne américaine CBS fait un article sur les paparazzis et interroge Rylewski, "un paparazzi bien connu" qui pose certaines conditions : il ne souhaite pas apparaître à l'écran. "Je ne veux pas que les personnes me reconnaissent dans la rue, sinon ma couverture est foutue", affirme-t-il. Puis de raconter que pour un cliché de Nicole Kidman et Toby McGuire, il a empoché 87.000 dollars. 


Il a aussi les faveurs du L.A Times qui consacre un article aux paparazzis et on apprend qu'il a travaillé comme paparazzi à Los Angeles pendant plusieurs années et qu'il a passé un mois en prison pour s'être battu avec un rival. Puis l'immigration américaine s'en mêle et il est expulsé : son visa ayant expiré six ans auparavant. 


Interrogé par nos confrères du journal suisse, Le Matin, après avoir diffusé une vidéo où il demandait à Franck Dubosc s'il soutenait toujours les gilets jaunes, il explique qu'il n'a pas de problèmes pour boucler ses fins de mois mais se dit sympathisant des Gilets jaunes. "Je suis d’accord avec la plupart de leurs revendications. Je pense par exemple qu’il faut un certain dégraissage de l’État et surtout beaucoup plus de transparence sur l’utilisation des finances publiques", note-t-il.

Propos complotistes, parfois antisémites et anti-médias

Depuis quelques semaines, il a ajouté une nouvelle corde à son arc : celle de "journaliste gilet jaune", comme il le dit lui-même.  Sur sa chaine Youtube, il diffuse de nombreuses vidéos quotidiennes dans lesquelles on le voit attendre les personnalités du monde médiatiques ou du divertissement, et les questionner sur leurs positionnements personnels au sujet du mouvement des "Gilets jaunes". Franz-Olivier Giesbert, Audrey Crespo-Mara, Alain Duhamel, Bernard Tapie... "Cette mise en scène c'est tout à fait les méthodes des paparazzis. Ils s'approchent de la personne, tiennent un discours violent ou insultant et attendent une réaction de colère", indique une source pour qui la presse people n'a guère de secrets. 


Au menu de sa chaîne, des vidéos aux questions très orientées, des propos complotistes, le montant des salaires des personnalités, il évoque également la "quenelle" qu'il estime être anti-système alors que ce geste est considéré comme antisémite. Une posture réaffirmée quand il évoque "le bétail goy" face à Mounir Mahjoubi. Le tout arrosé d'une bonne dose de propos violemment anti-médias.  


Sur le compte Twitter de Rylewski, on constate qu'il est abonné à de nombreuses personnalités politiques et médiatiques. Des personnes qui font souvent la promotion de leurs interviews et de leurs passages télé ou radio. Il est également abonné au compte d'Etienne Chouard, cet enseignant adulé par les "Gilets jaunes" car il a été le premier à populariser le RIC (réferendum d'initiative citoyenne). On remarque également qu'il est abonné aux comptes d'Alain Soral et Dieudonné.  

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La colère des Gilets jaunes

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter