VIDÉO - Olivier Giroud sur l'homosexualité : "Si je l'étais, je pense que je ne le dirais pas"

Médias

INTERVIEW - Venu parler de son rapport à la religion et à la foi dans l’émission Sept à Huit, le champion du monde a également réagi aux récentes polémiques sur l’homophobie dans le foot. Et s’il le regrette, il constate que l'homosexualité reste un tabou majeur parmi les joueurs.

C’est en tant que croyant et pour parler de sa foi qu’Olivier Giroud a accordé un long entretien à Sept à Huit dimanche 29 septembre. Mais de son propre aveu, dans les vestiaires de foot, il est encore beaucoup plus tabou de parler d’homosexualité que de religion. 

Interrogé sur les récentes polémiques à propos de chants et de banderoles homophobes lors de matchs, l’attaquant botte d’abord en touche : "Les chants ont toujours fait partie du folklore du foot", notamment lors de rencontres de clubs ennemis comme Paris et Marseille (...) Mais je pense qu’à aucun moment ça n’est une référence à une certaine forme d’homophobie", estime le joueur de Chelsea. "Maintenant, c’est inacceptable de voir des banderoles comme ça". 

Lire aussi

Fin août, le match Nice-Marseille avait notamment été arrêté après des chants homophobes envers les joueurs marseillais et de banderoles faisant référence au rachat du club par le groupe Ineos, sponsor d’une équipe cycliste : "Bienvenue au groupe Ineos, à Nice aussi, on aime la pédale !"

Si moi-même je l’étais, je pense pas que je le dirai, c’est trop dur !- Olivier Giroud

 Et côté joueurs ?  Olivier Giroud affirme ne pas connaître de joueurs homosexuels. Peut-être parce qu’ils ne le disent pas, lui rétorque alors la journaliste. "Possible", selon le joueur qui admet que c’est "un sujet tabou dans les vestiaires, du foot comme du rugby". 

L'attaquant des Bleus fait un constat assez sombre : "C’est un milieu masculin, donc il y a beaucoup de facilité à juger rapidement et à mettre à l’écart quelqu’un qui peut être homosexuel, malheureusement". Avant de poursuivre : "Si moi-même je l’étais, je pense pas que je le dirai, c’est trop dur". 

Une prise de position qui contraste avec celle de son comparse Antoine Griezmann qui, dans une interview à Têtu en mai dernier affirmait qu’il serait fier de jouer aux côtés d’un joueur homosexuel et qu’il fallait absolument briser le tabou. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter