VIDÉO - "The Voice Kids" : les jumeaux Lucas et Nathan étaient venus "tout casser" avec leur rap

Médias

BOULES D'ÉNERGIE - Âgés de 8 ans et demi, les frères polynésiens ont secoué les coachs de "The Voice Kids" vendredi soir avec leur reprise de "Sonotone" de MC Solaar, lors de la deuxième soirée d'auditions à l'aveugle de l'émission de TF1.

Leur voyage depuis la Polynésie a duré 48 heures. Mais pas de quoi épuiser Lucas et Nathan, infatigables talents de la saison 6 de "The Voice Kids", qui devraient donner du fil à retordre à la production. "On va tout casser, même les fauteuils. On va faire s'évanouir les coachs", lancent face caméra les jumeaux originaires de Tahiti, fiers de souligner qu'ils n'ont ni 8 ni 9, mais bien "8 ans et demi".

"Ce qu'on aime dans le rap, c'est le flow, quand ça va vite", souligne le duo, qui se distingue par deux coiffures différentes. "J'ai des nattes parce que j'en ai marre qu'on nous confonde", explique Nathan. Leur ressemblance vocale a également troublé les coachs, qui ont mis un moment avant de comprendre qu'ils étaient deux.

Ils vont nous épuiser !- Nikos Aliagas

Patrick Fiori et Soprano, visiblement impressionnés, se retournent en même temps pour découvrir le binôme rapper et surtout dérouler sa chorégraphie annonçant le refrain de "Sonotone" de MC Solaar (un titre qu'avaient déjà repris Arezki et Geoffrey lors des battles de la saison 9 de "The Voice"). "Bouleversé par l'énergie" des deux garçons, le Corse "s'est régalé" devant leur performance. Lucas et Nathan ont rappelé le Marseillais au bon souvenir du groupe Kriss Kross, interprète du légendaire "Jump". "J’ai aimé l’attitude, on va faire des trucs de fous", s'enthousiasme-t-il avant même d'être choisi par les frères.

Lire aussi

Nouveaux membres de l'équipe de Soprano, Lucas et Nathan quittent le plateau sur un dab et une nouvelle danse avec les quatre coachs. Arrivés en coulisses, ils repartent de plus belle dans l'énergie. "Ils vont nous épuiser !", s'amuse Nikos Aliagas, qui a un peu de mal à suivre leur tempérament. On n'a qu'un mot pour leur coach : bon courage !

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter