REVIVEZ – César 2019 : "Jusqu'à la garde", Léa Drucker, Alex Lutz... le palmarès complet

Médias
DirectLCI
RECOMPENSES – La 44e cérémonie s'est déroulée ce vendredi à la salle Pleyel. Elle a consacré "Jusqu'à la garde" de Xavier Legrand, lauréat de 4 trophées dont celui du meilleur film et de la meilleure actrice pour Léa Drucker.

La 44ème cérémonie des César a rendu son verdict. Nommé dans 10 catégories, "Jusqu'à la garde" est le grand vainqueur de la  soirée avec 4 récompenses : meilleur film et meilleur scénario original pour Xavier Legrand, meilleure actrice pour Léa Drucker et meilleur montage pour Yorgos Lamprinos. Une belle consécration pour ce premier long-métrage qui aborde le thème des violences conjugales à travers l'histoire d'un couple en plein divorce qui se dispute la garde de son petit garçon. 


C'est la suite d'une belle histoire puisque "Jusqu'à la garde" est la suite du court-métrage "Avant de tout perdre", tourné avec les mêmes comédiens et primé aux César en 2014. Sur scène, le cinéaste qui est également comédien a rappelé que "tous les deux jours, une femme meurt sous les coups de son compagnon" depuis le début de l'année. 

Live

VU DE TWITTER

VU DE TWITTER

VU DE TWITTER

MEILLEUR FILM


Et on termine par le César du meilleur film, disputé cette année par 7 oeuvres très différentes les unes des autres. Des drames, des comédies, un western, le biopic d'un chanteur imaginaire... Le trophée est attribué à Xavier Legrand pour "Jusqu'à la garde". Rappelons qu'il s'agit du premier film de sa carrière. Ce drame puissant sur le thème des violences conjugales a décroché ce soir 4 récompenses, dont celui de la meilleure actrice pour Léa Drucker.

MEILLEURE ACTRICE


Le César de la meilleure actrice est attribué à Léa Drucker pour son rôle de femme divorcée dans "Jusqu'à la garde", de Xavier Legrand. C'est la première grande récompense de sa carrière. La comédienne livre un discours touchant sur la violence des mots, dans le couple, comme dans la société à l'égard des femmes. Elle salue "toutes les féministes, celles qui prennent la parole tous les jours pour défendre la cause des femmes".

RECOMPENSE


Le César du meilleur réalisateur est attribué à Jacques Audiard pour "Les Frères Sisters". C'est la troisième fois qu'il décroche cette récompense après "De battre mon coeur s'est arrêté" et "Un Prophète".

MEILLEUR ACTEUR


C'est l'un des trophées les plus attendus de la soirée. Le César du meilleur acteur est remis par Diane Kruger, après un bel hommage au couturier Karl Lagerfeld. Et le gagnant c'est... Alex Lutz dans "Guy", le film dont il est également le réalisateur. Le vrai-faux biopic d'un chanteur de variétés sur le retour pour lequel il s'est livré à une transformation incroyable. "Dans un monde sans poésie les rossignols se mettraient à roter !", résume le lauréat après avoir souhaité un joyeux anniversaire à sa compagne dans la salle.

CESAR DU MEILLEUR FILM ETRANGER


On a adoré "Une affaire de famille". Et on vous explique pourquoi...

"Une affaire de famille" : pourquoi il faut d’urgence adopter la Palme d’or 2018 de Hirokazu Kore-eda

"Une affaire de famille" : pourquoi il faut d’urgence adopter la Palme d’or 2018 de Hirokazu Kore-eda

RECOMPENSE


Le César du meilleur film étranger est attribué au réalisateur japonais Hirokazu Kore-Eda pour "Une affaire de famille", la Palme d'or du dernier Festival de Cannes.

EMOTION


Revivez le discours de remerciements de Philippe Katerine, meilleur second rôle masculin pour "Le Grand Bain", de Gilles Lellouche...

RECOMPENSE


Le César de la meilleure musique originale est attribué à Vincent Blanchard et Romain Greffe pour "Guy", le film d'Alex Lutz qui interprète un faux chanteur de variétés sur le retour.

HEUREUX


Premier César pour "Le Grand Bain" : il est attribué à Philippe Katerine, meilleur second rôle masculin. Le film de Gilles Lellouche ne rentrera pas bredouille. "Jean-Hugues Anglade me disait sur le tournage que j'allais avoir un César", révèle le chanteur qui dédie son trophée à Thierry, son personnage à l'écran. "On se moque souvent de toi. Je me suis reconnu en toi. J'espère que tu t'es reconnu en moi", avoue le lauréat. "On a tous quelque chose... de Thierry", continue-t-il en imitant "Quelque chose de Tennessee de Johnny...

EMOTION


Revivez la standing ovation de la Salle Pleyel pour l'acteur et réalisateur américain Robert Redford...

HOMMAGE


Est-ce le plus beau mec de l'histoire du cinéma américain comme le suggère Kristin Scott-Thomas, sa partenaire dans "L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux" ? Toujours est-il que Robert Redford est une légende du grand écran, récompensé ce soir par un César pour l'ensemble de son incroyable carrière. Le comédie et réalisateur âgé de 82 ans reçoit une standing ovation de la part de la Salle Pleyel.


"J'ai toujours aimé Paris, je suis venu ici à l'âge de 18 ans. Je n'avais pas d'argent, que de l'espoir", raconte-t-il. A l'époque, le comédien s'était "acheté un béret pour avoir l'air français".

VU DE TWITTER

VU DE TWITTER

NE DORMEZ PAS !

RECOMPENSE


Le César de la meilleur actrice dans un second rôle est attribué à Karin Viard pour "Les Chatouilles". C'est le deuxième de sa carrière dans cette catégorie après "Embrassez qui vous voudrez" en 2003.

EMOTION


Le réalisateur Xavier Legrand a livré un discours puissant sur les violences conjugales en recevant le César du meilleur scénario original pour "Jusqu'à la garde". Regardez...

HUMOUR


Un vrai-faux duplex avec Jamel Debbouze ? Regardez...

HOMMAGE


Le cinéma français ne l'a pas oublié. Les César ont rendu ce soir hommage à Charles Aznavour, décédé le 1er octobre dernier. Sur scène, Eddy de Preto interprète son classique, "Je m'voyais déjà".

VOTRE AVIS

VOTRE AVIS

VOTRE AVIS

RECOMPENSE


Deuxième César de la soirée pour "Jusqu'à la garde". Son réalisateur Xavier Legrand est récompensé pour le scénario de ce drame puissant sur les violences conjugales, nommé dans dix catégories. Et qui a déjà décroché celui du meilleur montage ce soir. Dans un discours fort, le cinéaste rappelle qu'une femme est morte tous les deux jours sous les coups de son conjoint depuis le début de l'année 2019.

HUMOUR


Si vous mélangez "Gauguin" et "Les Tuche", ça donne "Gauguche". Un chef d'oeuvre en puissance ?

RECOMPENSE


Elie Semoun revient habillé pour remettre le César des meilleurs décors. Il revient à Michel Barthélémy pour "Les Frères Sisters" de Jacques Audiard. Il avait déjà été récompensé pour  leur travail en commun sur "Un Prophète", en 2010.

LE SLIP FRANCAIS


C'est en slip de bain que Elie Semoun vient remettre le César des meilleurs costumes... Le trophée est attribué à Pierre-Jean Larroque pour "Mademoiselle de Joncquières" de Emmanuel Mouret.

DES FRITES, DES FRITES


Place au César du public, attribué pour la deuxième année consécutive. Il revient au film français qui a fait le plus d'entrées en salles au cours des 12 derniers mois. Et c'est donc Olivier Baroux qui l'emporte pour "Les Tuche 3" !  Une jolie coïncidence puisque le réalisateur a débuté avec Kad. Surprise : le comédien appelle son père Mohamed sur scène.


Après avoir remercié le public qui est allé voir "Les Tuche 3", Olivier Baroux annonce le tournage du quatrième volet.

BAD LUCK ? 


Il ne fait pas bon être favori aux César. S'il a décroché 10 nominations, "Le Grand Bain"n'en a remporté aucun pour le moment. Mais la soirée est encore longue. 10 fois nommé aussi "Jusqu'à la garde doit se contenter d'un seul trophée pour le moment...

ANIMATION


Place aux deux César dans la catégorie animation. Celui du court-métrage est attribué à "Vilaine Fille" (Kötü Kız) d'Ayce Kartal. Celui du long-métrage revient à "Dilili à Paris" de Michel Ocelot. Surprise : le papa de Kirikou n'avait jamais gagné ce trophée !

RECOMPENSE


Le César de la meilleure adaptation est attribué à Andréa Bescond et Éric Métayer pour "Les Chatouilles", d'après les pièces de théâtre "Les Chatouilles" et "La Danse de la colère".

HEUREUX


Les deux jeunes comédiens de "Shéhérazade" savourent leur victoire dans les coulisses de cette 44e cérémonie des César...

PREMIER FILM


C'est un trophée très attendu. Après "Petit Paysan" l'an dernier, le César du meilleur premier film est attribué à "Shéhérazade" de Jean-Bernard Marlin. C'est le troisième trophée pour ce drame inspirée d'un fait divers.

REPLAY


Vous avez manqué le sketch de la robe de Laurence Arné. Pas grave, le voilà !

VOTRE AVIS


Le film belge "Ni juge, ni soumise" a décroché le César du meilleur documentaire...

RECOMPENSE


Le César du meilleur documentaire est attribué au film belge "Ni juge, ni soumise" de Jean Libon et Yves Hinant, deux hommes auxquels on doit la célèbre série documentaire "Striptease" diffusée sur France 3.

LA VANNE DE LA SOIREE ? 


Et on la doit à Jérôme Commandeur...

ENCORE UN PRIX POUR AUDIARD


Deuxième récompense de la soirée pour "Les Frères Sisters" de Jacques Audiard. Après le César de la meilleur photo, il décroche celui du meilleur son attribué à Brigitte Taillandier, Valérie de Loof et Cyril Holtz.

RAZZIA ? 


Premier trophée pour "Jusqu'à la garde", celui du meilleur montage attribué à Yorgos Lamprinos. Le premier film de Xavier Legrand est nommé dans 10 catégories ce soir, ex-aequo avec "Le Grand Bain".

PAS D'ACCORD ?

HEUREUX


Le César du meilleur espoir masculin est attribué à Dylan Robert dans "Shéhérazade". C'est le deuxième trophée de la soirée pour le film après reçu celui par sa partenaire Kenza Fortas, récompensée par le César du meilleur espoir féminin.

WINNER


Premier trophée de la soirée pour "Les Frères Sisters", de Jacques Audiard. Le premier d'une longue série ?

LAUREATE


Le César du meilleur espoir féminin, il est pour elle...

RECOMPENSE


C'est Laurence Arné qui vient remettre le deuxième trophée de la soirée, celui de la meilleur photo. La comédienne explique à Kad que sa robe a été réalisée sur mesure. Mais une jeune femme la rejoint sur scène avec la même tenue. Puis une deuxième, une troisième... Le début d'un sketch hilarant où même un technicien porte une robe bleue... Rigolo, non ? Le César revient à Benoît Debie pour son travail sur "Les Frères Sisters" de Jacques Audiard.

C'EST PARTI !


Après un joli discours de Kristin Scott-Thomas, la présidente de cette 44e cérémonie, Kad Merad revient sur scène pour détendre l'atmosphère. Et remettre le premier des 23 trophées de la soirée. Il sera attribué au meilleur espoir féminin. "J'appelle Yann Moix !", annonce Kad. C'était une blague... C'est Audrey Fleurot qui vient remettre le trophée. Il est attribué à Kenza Fortas, 17 ans, pour "Shéhérazade". C'était la benjamine de la catégorie.

MYTHIQUE ? 


Son entrée en scène est déjà très commentée sur les réseaux sociaux... Kad Merad va-t-il voler la vedette aux stars de la soirée ?

MERAD RHAPSODY


Surprenante entrée en matière de Kad Merad. Habillé en Freddie Mercury, le maître de cérémonie réinterprète les classiques de Queen à sa sauce en citant les nominés... Vous aimez ?

MISE AU POINT


Si vous aussi vous commentez sur Twitter pendant la soirée, cette petite précision s'impose...

COULISSES


On croise du beau monde dans les couloirs de la Salle Pleyel...

Au cours de cette soirée animée par Kad Merad à la Salle Pleyel, à Paris, le western en anglais de Jacques Audiard a également remporté quatre prix : meilleur réalisateur, meilleur décors, meilleur photo et meilleur son. Alex Lutz a lui décroché le César du meilleur acteur pour "Guy", le vrai-faux biopic d'un chanteur imaginaire qu'il a réalisé. Et qui également décroché le César de la meilleur musique originale.


Parmi les lauréats marquants de la soirée, "Shéhérazade" est reparti avec trois récompenses : meilleur premier film pour son réalisateur Jean-Bernard Marlin, meilleur espoir masculin pour Dylan Thomas et meilleur espoir féminin pour Kenza Fortas. Deux prix pour "Les Chatouilles", celui de la meilleure adaptation pour Andréa Bescond et Eric Métayer, et de la meilleure actrice dans un second rôle pour Karin Viard. Petite déception enfin pour "Le Grand Bain", dix fois nommé et seulement récompensé pour le second rôle masculin de Philippe Katerine.

Le César du meilleur film étranger a lui été remis à Kore-Eda Hirokazu pour "Une affaire de famille" au cours d'une soirée marquée par le César d'honneur remis à la légende du cinéma américain Robert Redford, qui a reçu une standing-ovation, tandis qu'un hommage était rendu en musique à Charles Aznavour par le jeune chanteur Eddy de Preto.

Voici le palmarès complet (en gras les lauréats) : 


Meilleur Film :

La Douleur

En liberté

Les Frères Sisters

Le Grand Bain

Guy

Jusqu'à la garde

Pupille


Meilleure réalisation :

Emmanuel Finkiel (La douleur)

Pierre Salvadori (En liberté)

Jacques Audiard (Les frères Sisters)

Gilles Lellouche (Le grand bain)

Alex Lutz (Guy)

Xavier Legrand (Jusqu'à la garde)

Jeanne Herry (Pupille)


Meilleure Actrice :

Élodie Bouchez (Pupille)

Cécile de France (Mademoiselle de Joncquières)

Léa Drucker (Jusqu'à la garde)

Virginie Efira (Un amour impossible)

Adèle Haenel (En liberté)

Sandrine Kiberlain (Pupille)

Mélanie Thierry (La douleur)

Meilleur Acteur :

Edouard Baer (Mademoiselle de Joncquières)

Romain Duris (Nos batailles)

Vincent Lacoste (Amanda)

Gilles Lellouche (Pupille)

Alex Lutz (Guy)

Pio Marmaï (En liberté)

Denis Ménochet (Jusqu'à la garde)


Meilleure Actrice dans un Second Rôle :

Isabelle Adjani (Le monde est à toi)

Leila Bekhti (Le grand bain)

Virginie Efira (Le grand bain)

Audrey Tautou (En liberté)

Karin Viard (Les chatouilles)


Meilleur Acteur dans un Second Rôle :

Jean-Hugues Anglade (Le grand bain)

Damien Bonnard (En liberté)

Clovis Cornillac (Les chatouilles)

Philippe Katerine (Le grand bain)

Denis Podalydès (Plaire, aimer et courir vite)

Meilleur Espoir Féminin : 

Ophélie Bau (Mektoub, my love : Canto Uno)

Galatéa Bellugi (L'apparition)

Jehnny Beth (Un amour impossible)

Lily-Rose Depp (L'homme fidèle)

Kenza Fortas (Shéhérazade)


Meilleur Espoir Masculin : 

Anthony Bajon (La prière)

Thomas Giora (Jusqu'à la garde)

William Lebghil (Première année)

Karim Leklou (Le monde est à toi)

Dylan Robert (Shéhérazade)


Meilleur Scénario Original :

En liberté 

Le grand bain

Guy

Jusqu'à la garde

Pupille


Meilleure Adaptation :

Les chatouilles

La douleur

Les frères Sisters

Mademoiselle de Joncquières

Un amour impossible


Meilleure Musique Originale :

Amanda

En liberté

Les frères Sisters

Guy

Pupille

Un amour impossible


Meilleur Son :

La douleur

Les frères Sisters

Le grand bain

Guy

Jusqu'à la garde


Meilleure Photo :

La douleur

Les frères Sisters

Mademoiselle de Joncquières

Le grand bain

Jusqu'à la garde

Meilleur Montage :

Les chatouilles

En liberté

Les frères Sisters

Le grand bain

Jusqu'à la garde


Meilleurs Costumes :

La douleur

L'empereur de Paris

Les frères Sisters

Mademoiselle de Joncquières

Un peuple et son roi


Meilleurs Décors :

La douleur

L'empereur de Paris

Les Frères Sisters

Mademoiselle de Joncquières

Un peuple et son roi


Meilleur Film de Court Métrage :

Braguino

Les âmes galantes

Capitaliste

Laissez-moi danser

Les petites mains


Meilleur Film d'Animation :

Astérix et le secret de la potion magique

Dilili à Paris

Pachamama

Meilleur Court-Métrage d'Animation :

Au cœur des ombres

La mort, père et fils

L'évasion verticale

Vilaine fille


Meilleur Film Documentaire :

America

De chaque instant

Le grand bal

Ni juge, ni soumise

Le procès contre Mandela et les autres


Meilleur Premier Film :

Amour flou

Les chatouilles

Jusqu’à la garde

Sauvage

Shéhérazade


Meilleur Film Étranger :

3 Billboards (États-Unis)

Capharnaüm (Liban)

Cold War (Pologne)

Girl (Pays-Bas/Belgique)

Hannah (France/Belgique/Italie)

Nos batailles (France/Belgique)

Une affaire de famille (Japon)

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter