Sa victoire sur le fil, sa maladie… Whitney se confie après sa victoire dans "The Voice"

Médias

Toute L'info sur

The Voice 2019

INTERVIEW – "The Voice 2019", c’est elle. Whitney, 19 ans, a remporté jeudi soir la finale du concours de chant de TF1 au terme d’une saison où elle a touché le public grâce à ses performances poignantes et son courage face à la maladie. Elle se confie auprès de LCI.

La nuit a été courte. "Mais je m’adapte !", s’amuse Whitney au bout du fil, au lendemain de sa victoire en finale de la saison 8 de "The Voice". La protégée de Mika est la deuxième jeune femme à inscrire son nom au palmarès de l'émission de TF1, après Maëlle l’an dernier. Un véritable conte de fées pour cette étudiante en droit de 19 ans, originaire d’un petit village du Gard où enfant, elle écoutait les tubes de celui qui allait devenir son coach.

 

Jeudi soir, Whitney a interprété trois chansons. "One Moment in Time" de Whitney Houston, l’idole de ses parents. Djadja, en duo avec Aya Nakamura, et "Skinny Love", avec Mika. Trois performances aussi différentes que réussies qui lui ont permis de devancer Clément dans le vote du public, avec 37,9% des suffrages contre 37,5% pour le candidat corse de Soprano…

LCI : Cet écart minuscule avec Clément rend-il la victoire encore plus belle ?

Whitney : Grave ! Parce que ça veut dire qu’on était tous méritants. On était tous des gagnants potentiels et ce n’est pas arrivé souvent sur "The Voice". En général, il y a toujours un candidat préféré par le public. Et là on était tous proches les uns des autres, même si c’était un peu plus serré avec Clément.

Avant la finale, vous n’aviez aucun indice des préférences des téléspectateurs ? 

Non, aucun. En revanche, on avait chacun nos pronostics. Moi je voyais Sidoine gagner. 

Vous n’imaginiez pas un seul l’instant l’emporter ?

Mais je ne me voyais même pas arriver en finale ! Si bien que j’avais déjà tout gagné en me retrouvant dans les quatre derniers.

Voir aussi

Est-ce qu’il y a, d’après vous, un moment qui a tout fait basculer durant la finale ? 

C’est le duo avec Mika. Sur ma partie solo, j’étais un petit peu trop stressée. J’avais du mal à me souvenir des paroles. Elles ne sont pas sorties fausses, mais je suis partie en pilote automatique pour me concentrer sur l’interprétation. Et puis lorsqu’on s’est mis à chanter avec Mika, c’est comme si on avait fusionné. C’était trop bizarre… et c’était trop bien !

Dans les derniers instants, vous fondez en larmes… comment l’expliquez-vous ? 

Ça fait huit ans que je suis fan de Mika. Lorsque mon père m’a proposé de faire l’émission, je l’ai juste vue comme une possibilité de le rencontrer. Alors le fait qu’il se retourne et qu’il m’ait emmené jusqu’ici, qu’on se retrouve à chanter en duo, et qu’on se soit attachés l’un à l’autre… C’est incroyable. Durant les coachings on rigole, on discute de tout et de rien. Cette sensation de se dire que tu peux compter pour une personne que tu as aimée de tout ton cœur, alors qu’elle ne savait même pas que tu existais… Tout est remonté d’un coup lors de ce duo.

En vidéo

Mika et Whitney – « Skinny Love » (Birdy) en duo pour la finale 2019

En début d’émission vous avez chanté "One Moment in Time" de Whitney Houston. On sait que vos parents vous ont donné son prénom pour lui rendre hommage. Mais est-ce que vous aimez vraiment cette chanteuse ou est-ce juste pour leur faire plaisir ? 

Au début, pour ne rien vous cacher, c’était pour faire plaisir à mes parents. Mais à force de me la faire écouter en boucle, j’ai fini par l'aimer. Depuis que je suis en maternelle, les gens n’arrêtent pas de me comparer à elle, juste à cause de ce prénom. Aujourd’hui quand j’interprète ses chansons, j’ai l’impression d’être quelqu’un d’autre. C’est peut-être dans ma tête mais j’ai l’impression de chanter d’une autre manière. En tout cas de faire plus attention parce que j’ai peur de ne pas être à la hauteur des attentes qu’elle aurait pu avoir. Je sais qu’elle n’est plus de ce monde. Mais pour mon père elle existe encore !

En vidéo

[Mika] – Whitney « One Moment In Time » (Whitney Houston) – Finale 2019

Ensuite vous avez chanté Djadja avec Aya Nakamura. Sur le papier, ce n’était pas le duo le plus évident. Avez-vous été à l’aise d’emblée ? 

Au tout début, non. En répétitions j’avais un petit peu peur. Je sais que sa musique marche bien en ce moment, qu’elle chante avec de l’autotune, ce qui n’est pas un défaut. Elle maîtrise ça bien et je craignais d’être prise en défaut par rapport à elle. Mais elle m’a laissé beaucoup de place, on s’est bien réparties la chanson et elle s’est montrée super gentille. Elle m’a donné plein de conseils. Elle m’a dit de ne pas avoir peur de tomber, qu’elle serait là. C’est vraiment une grande dame.

En vidéo

Aya Nakamura et Whitney « Djadja » en duo pour la finale 2019

Vos soucis de santé ont fait l’objet de nombreux commentaires, certains vous ont reproché sur les réseaux sociaux de vous en servir pour émouvoir. Mais aviez-vous prévu de parler de la fibromyalgie dont vous souffrez en arrivant dans l’émission ? 

Non. Je ne voulais pas qu’on se dise que j’étais prise pour les mauvaises raisons. Je ne savais pas si c’était truqué ou non, je ne connais personne dans la télé, personne dans ce milieu. Vraiment pas. Mais on m’avait conseillé de ne surtout pas montrer mes faiblesses et je suis allée faire l’audition à l’aveugle en talons. Après, pendant un mois, je n’avais plus rien, je me sentais trop bien. Et puis on est arrivé en hiver puisque les K.O. ont été filmés en décembre. 

Voir aussi

Que s'est-il passé ? 

Il y a eu le froid, les émotions qui changent. Je suis retombée malade. J’ai été obligée de récupérer la béquille et d’assumer qui j’étais vraiment. Ensuite, j’ai dû la garder sur les premiers primes. A cause de l’accumulation de stress, du fait que je n’étais pas rentrée chez moi depuis longtemps. Je n’avais plus mes habitudes, je ne voyais plus mes chats... Je suis un peu restée dans cette humeur "je suis malade" et je n’ai pas essayé d’en sortir. Et puis j’ai vu que les gens commençaient à se déchaîner sur les réseaux sociaux. Alors j’ai annoncé sur Instagram que je viendrai à la finale sans aucune trace de handicap.

Dans les coulisses de la finale, vous avez pris sur vous ? 

En coulisses, j’avais ma béquille. Et dès qu’il y avait la caméra, je l’enlevais. Parce que je voulais vraiment faire taire les mauvaises langues. Je n’allais pas répondre au cas par cas à des gens qui ont du temps à perdre. Non merci ! Mais c’est vrai que sur la fin, je commençais vraiment à avoir mal. Après avoir pleuré c’était encore plus dur. Mais même après avoir gagné, j’ai refusé de reprendre la béquille. Je suis arrivée sans… et je suis repartie sans.

En vidéo

Le gagnant de The Voice 2019 est ....

Vous êtes en deuxième année de droit. Comment imaginez-vous la suite ? Arrêter les études pour vous consacrer à la chanson ?

Non, je veux continuer les études et faire les deux. C’est ma mère qui m’a mis ça dans la tête. Elle m’a dit ‘que tu aimes faire de la musique, c’est ton choix. Mais si un jour ça s’arrête tu auras quoi ?’. J’ai trouvé ça hyper pertinent. Alors je suis entrée à la fac, j’ai mis la musique un peu de côté et lorsque l’occasion de faire "The Voice" s’est présentée, j’y suis allée. La fac m’a soutenue dès le début. J’ai pu suivre des cours par correspondance pour passer les partiels et j’espère valider ma deuxième année pour ensuite m’orienter vers le métier que je voulais faire au départ, celui de criminologue.

Criminologue et chanteuse, ce serait sympa sur un CV…

C’est atypique, oui ! (rires).

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter