"Si demain je peux être votre porte-parole" : le soutien de Cyril Hanouna aux Gilets jaunes ne fait pas l'unanimité

Médias

Toute L'info sur

La colère des Gilets jaunes

DÉBAT – Interpellé par plusieurs Gilets jaunes, lundi soir à la sortie de TPMP, Cyril Hanouna les a invités mardi à s’exprimer sur le plateau de son émission. Un échange surréaliste qui a fait réagir jusque dans la classe politique.

Touche pas à mon Gilet jaune ? Ce mardi, Cyril Hanouna donnait la parole à une poignée de manifestants qui l’avaient interpellés, la veille, à la sortie du plateau de "Touche pas à mon poste" sur C8 : Idir, informaticien, Adel, superviseur ferroviaire, Jean-Claude, chauffeur VTC, et Maxime, intérimaire dans la mécanique. "Vous trouvez que vous avez un traitement médiatique qui, a priori, n’est pas conforme à ce que vous attendiez ?", leur demande l’animateur. 

"On a un traitement médiatique qui montre exactement l’inverse de ce qui se passe sur le terrain", répond Maxime, le plus en verve durant toute l’émission. "Ce qui nous dérange, c’est qu’on divise les gens, entre les méchants gilets jaunes et les gentils citoyens", regrette-t-il, avant se lancer, à la demande de Cyril Hanouna, dans une explication de la différence entre un bon et un mauvais gilet jaune.

Plus vous allez avoir des tribunes comme celle-là pour vous exprimer calmement, plus les choses vont avancer pour vous- Cyril Hanouna aux Gilets jaunes dans TPMP

"Le mauvais gilet jaune, c’est celui qui va foutre un gilet jaune parce que c’est facile d’en mettre un et casser une voiture parce qu’il a cru que c’était une soirée festival", lance Maxime. Et puis il y a les bons gilets jaunes, "ceux qui en ont marre de payer trop cher. J’en vois plein sur ce plateau. Et ils ne portent pas de gilets."

Au cours de la discussion avec ses invités d’un jour et ses chroniqueurs, Cyril Hanouna va aborder de nombreux aspects du mouvement, y compris les violences qui se sont multipliées depuis samedi dernier. "Le gouvernement essaie de faire avancer les choses", assure-t-il. "Plus vous allez avoir des tribunes comme celle-là pour vous exprimer calmement, plus les choses vont avancer pour vous."

TPMP, nouvelle plateforme de communication des Gilets jaunes ? C’est du moins ce que Cyril Hanouna propose. "Si demain je peux être votre porte-parole à la télévision, et si vous voulez venir me voir à chaque fois que vous avez un message, dans le calme, parce que vous défendez la cause de tous les Français, et que derrière ça puisse faire avancer les choses, on le fera avec plaisir. On n’a envie que d’une chose, c’est que tout le monde se sente bien dans cette société".

Sur les réseaux sociaux, ce numéro un peu spécial n’a pas laissé indifférents les internautes.

Voir aussi

Voir aussi

Devant TPMP, mardi soir, il y avait aussi Mounir Mahjoubi, le secrétaire d’Etat au numérique. Ce mercredi matin, sur le site de "L’Opinion", il a dénoncé les "fake news" proférées par l’un des invités, le même Maxime en l’occurrence, à propos d’une complicité entre le gouvernement et la direction de Facebook afin d’effacer certaines vidéos montrant les rapprochements amicaux entre les manifestants entre les forces de l’ordre.

D’après le jeune homme, en effet, la société de Mark Zuckerberg aurait mis en place "des algorithmes qui permettent de reconnaître un visage d’un uniforme" et de supprimer le contenu en question dans les heures qui suivent. Ancienne membre du CSA, la journaliste Christine Kelly tentera de rétorquer que c’est faux, Cyril Hanouna lui coupera la parole afin de poursuivre l’émission.

Une séquence à découvrir sur le site officiel de TPMP,  à 11m50 du replay

Pour Mounir Mahjoubi, trop c'est trop. "Il a invité plusieurs Gilets jaunes, dont un qui a passé toute l’émission à dire, en permanence, des mensonges, des véritables fake news, dénonçant un complot d’Etat contre les Gilets jaunes, contre la démocratie, expliquant qu’il y avait une coalition entre l’Etat, Facebook, Twitter, qu’on serait dans une censure permanente, et il n’a été contredit par personne, à aucun moment", a déploré le secrétaire d'Etat.

"C’est-à-dire qu’on peut mettre un Gilet jaune et aller dire n’importe quoi sur toutes les antennes. C’est inacceptable. (…) Je vais dire à Cyril Hanouna qu’il a manqué d’une personne pour (le rappeler à l’ordre – ndlr). Pire, lorsque l’un des journalistes sur le plateau a relevé que ce Monsieur disait des choses assez contradictoires, Cyril Hanouna lui a dit "non, non c’est trop compliqué, on ne va pas rentrer là-dedans."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter