Sophie Favier critique le manque de communication dans les Ehpad : "Il faut un peu plus d'humanité"

Sophie Favier critique le manque de communication dans les Ehpad : "Il faut un peu plus d'humanité"
Médias

COLERE - L'ancienne animatrice Sophie Favier a poussé un coup de gueule ce jeudi sur LCI. Sans nouvelles de sa maman, résidente dans un Ehpad, elle dénonce ce qu'elle qualifie de manque de communication et d'humanité de ces établissements.

Sophie Favier est inquiète. Inquiète et en colère. Cela fait 10 jours qu'elle n'a plus de nouvelles de sa maman, âgée de 90 ans et résidente dans un Ehpad situé dans le sud de la France. "En général, nous nous parlons deux à trois fois par semaine en FaceTime avec son assistante de vie. Là, depuis le 15 mars et le confinement obligatoire, je n'ai plus de nouvelles car son assistante de vie ne peut plus se rendre dans l'Ehpad", déplore-elle sur LCI ce jeudi matin. 

L'ancienne animatrice explique avoir tout de même réussi à récupérer le numéro de téléphone d'une infirmière sur place qui lui a donné des nouvelles de sa mère. "J'ai pu lui parler une petite minute il y a 10 jours. Elle s'est mise à pleurer car elle ne comprend pas la situation et je ne peux pas lui expliquer non plus, elle ne comprendrait pas. Néanmoins, c'est comme un instinct de survie, comme un petit animal, elle a compris qu'il se passait quelque chose".

Lire aussi

Outre le manque de nouvelles, ce qui inquiète l'animatrice c'est que l'infirmière lui a fait comprendre qu'il y avait eu un cas de covid-19 avéré dans l'établissement. "Le personnel n'est pas équipé et personne ne répond quand j'appelle", s'insurge Sophie Favier qui pousse un cri au nom de toutes les familles françaises dans la même situation qu'elle : "Nous ne pouvons pas joindre nos parents, et ça, c'est très douloureux humainement. (…) Je sais que cette pandémie tueuse est inédite et on gère au cas par cas. Mais je suis inquiète. Et mes angoisses ne sont pas infondées, j'aurai aimé avoir un souci de transparence et de vérité dans ces moments-là. Il faut un peu plus d'humanité", conclut Sophie Favier qui tient à saluer le personnel qui continue à prendre soin des résidents.  

Il faut se soucier de l'intégrité psychique et du bien-être psychologique et moral des personnes âgées- Romain Gizolme, directeur de l'association des directeurs au service des personnes âgées

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

La progression du Covid-19 dans le mondeCoronavirus : en France, l'épidémie est-elle en train de se terminer ?

"Nous entendons sa colère et son inquiétude", rétorque Romain Gizolme, directeur de l'association des directeurs au service des personnes âgées, également joint par LCI. "Aujourd'hui les seuls éléments de relation à la fois à l'extérieur et auprès des résidents ne reposent plus que sur des équipes qui sont notoirement en sous-effectif tout au long de l'année. (…) Pour autant, il faut se soucier de l'intégrité psychique et du bien-être psychologique et moral des personnes âgées", concède Romain Gizolme qui demande au gouvernement des moyens pour protéger le personnel et des renforts auprès des équipes.  

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent