"Je ne suis plus à la poissonnerie mais à la recherche d’un emploi" : les confidences de Chloé après son élimination de "Koh Lanta"

Médias
DirectLCI
INTERVIEW – Son courage a forcé l’admiration des téléspectateurs de "Koh-Lanta". Eliminée ce vendredi à l’issue du conseil de l’équipe rouge, Chloé revient pour LCI sur son parcours dans le jeu d’aventure de TF1.

C’est fini pour Chloé, la vaillante poissonnière de "Koh-Lanta". La candidate, clouée à un fauteuil roulant il y a quelques années suite à une grave infection de la moelle épinière, a fait preuve d’une formidable abnégation pour surmonter les critiques et se faire une place dans l’aventure.


Vendredi soir, lors du 5e épisode de cette saison 2019, les rouges ont terminé à la troisième place lors de l’épreuve d’immunité, remportée par les jaunes. Déjà réduite à cinq, l’équipe a décidé de se séparer de Chloé, la moins "physique" du groupe. Une décision que la Landaise, aujourd'hui à la recherche d'un emploi, a pris avec philosophie...


LCI : Espériez-vous rester plus longtemps dans l’aventure ? 

Chloé : On espère tous rester jusqu’à la finale ! En tout cas, on ne part pas dans une aventure comme celle-là en se disant qu’on va partir au bout de cinq émissions. Après, il faut relativiser. J’ai donné mon maximum et je suis fière de ce que j’ai fait quand même. 


Avez-vous songé à monter une stratégie contre un autre membre de l’équipe ? 

Pour être honnête, on a tous été stratégiques dès le départ. Et cette fois, ce sont les quatre autres qui l’ont été. Ils se sont dit que j’étais la plus faible physiquement et que c’était à moi de partir. Après, j’ai cherché le collier, ce qui m’aurait permis de rester plus longtemps… mais je ne l’ai pas trouvé.

J’ai toujours eu l'envie de faire cette émission dans un coin de ma tête et je pense qu’après l’épreuve que j’ai traversée, je me suis dit ‘pourquoi pas, il faut croire en ses rêves’ !Chloé

Vous n’étiez pas la candidate la plus "physique" de l’émission. Comment l’avez-vous vécu au départ ? 

Quand je suis arrivé sur le bateau et que j’ai vu tous les candidats, je me suis dit que j’étais mal barrée ! (rires). Je partais du niveau -10 en sport ! Il faut être honnête ! Je ne m’étais pas entraînée, je suis venue comme j’étais dans la vie de tous les jours. Mais j’avais le mental. Et je crois que ça a fait beaucoup sur les premières épreuves. 


Ce mental a été mis à rude épreuve lorsqu’Emilie, votre ancienne cheffe, vous a fortement critiquée lors du 3e épisode. Est-ce que vous lui en voulez ? 

Emilie a été dure avec moi, oui. On ne s’appréciait pas plus que ça l’une et l’autre… Avant de faire l’émission, on m’a recommandé de me taire, c'est pourquoi je n’ai pas renchéri lorsqu’elle a commencé à me critiquer. Et puis au bout d’un moment, c’est sorti ! On est dans une aventure où on souffre de la faim, de la soif, du manque de sommeil. Ça nous fait vriller plus facilement que dans la vie.

Votre force de caractère, vous la tirez de vos ennuis de santé ou ça a toujours fait partie de vous ?

C’est lié à ça. C’est lié aussi à mon enfance, qui n’a pas été très simple non plus. Je me suis forgé ce caractère-là. C’est moi. Et je suis restée comme ça du début à la fin.


Aviez-vous déjà envie de faire "Koh-Lanta" avant vos ennuis de santé ? 

Bien avant. J’ai toujours regardé "Koh-Lanta". J’ai toujours eu l’envie de faire cette émission dans un coin de ma tête et je pense qu’après l’épreuve que j’ai traversée, je me suis dit ‘pourquoi pas, il faut croire en ses rêves’ !


Vous en rêviez lorsque vous ne pouviez plus marcher ? 

Honnêtement, pas du tout. Je pensais déjà à m’en sortir au plus vite pour faire la rentrée scolaire de ma fille ! C’est une fois que tout est rentré dans l’ordre que j’y ai sérieusement réfléchi. 


Participer à Koh-Lanta, c’est donc un petit miracle…

Ça relève du miracle, oui. Le message, c’est qu’il faut toujours croire en ses rêves. Il y a des maladies où on ne peut pas remarcher, je le sais bien. Mais il faut toujours garder une petite lueur d’espoir.

Elle est actuellement à la recherche d'un emploi

Comment avez-vous vécu le retour en France ? 

Le voyage a été très long ! (rires). Beaucoup plus que l’aller. Après, j’étais contente de rentrer puisque je suis arrivée pile poil pour l’anniversaire de ma fille. C’était donc un beau cadeau, même si j’aurais aimé rester plus longtemps. 


Quand on reprend la vie "normale", on a encore la tête à Koh-Lanta ? Ou on tourne la page assez vite ?

Non, on ne tourne pas la page. On en rêve la nuit ! Sans parler du décalage horaire : j’ai mis dix ou quinze jours pour me remettre dans le bain.


Est-ce que les clients vous parlent de "Koh-Lanta"  à la poissonnerie ? 

Je ne suis plus à la poissonnerie, je suis à la recherche d’un emploi. Mon conjoint y travaille toujours et c’est à lui qu’on vient parler. Mais quand je vais faire mes courses, on me reconnaît. Et dans l’ensemble, les gens sont bienveillants.

Qui va gagner "Koh-Lanta" ? L’un des quatre membres de l’équipe rouge encore en course ? 

J’espère ! Avant le conseil, je leur avais même dit que si je sortais, il faudrait qu’ils se mettent un coup de pied au derrière pour gagner. Mon choix du cœur va à Cyril. J’ai eu un coup de cœur pour lui. Il a la joie de vivre, il est bienveillant. C’est quelqu’un de super. Après, en regardant toutes les équipes, j’aimerais bien voir Béatrice gagner. J’ai beaucoup discuté avec elle la première nuit lorsqu’on nous étions tous les 21. Je ne sais pas comment elle se comporte sur son camp, mais c’est quelqu’un que j’aime bien.


Elle est un peu plus sportive que vous…

Tout  à fait ! C’est même l’exacte opposée (rires).

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter