"The Boys": pourquoi le retour des super-héros irrévérencieux d’Amazon Prime Video est immanquable

"The Boys": pourquoi le retour des super-héros irrévérencieux d’Amazon Prime Video est immanquable
Médias

COUP DE COEUR - Adaptation percutante et délicieusement gore du comics du même nom, "The Boys" débarquent ce vendredi 4 septembre avec des épisodes inédits encore plus barrés que leurs prédécesseurs. Un uppercut assez jouissif pour démarrer la rentrée du bon pied.

La séquence d’ouverture est presque classique. Au rythme d’une musique épique digne d’une grande production hollywoodienne, des dessins se rassemblent pour former une mosaïque représentant la fine équipe chargée de défendre les Etats-Unis. Toute ressemblance avec un autre groupe est loin d’être fortuite, tant l’univers de The Boys efface toutes les idées préconçues sur les super-héros. 

Pensez Avengers sous acide, dans un monde où ces sauveurs de l’humanité sont devenus des produits marketing sur lesquels capitalise l’entreprise Vought. Mais loin des caméras et des cris d’adoration du public, cette bande appelée les Seven n’a plus rien de politiquement correct. Même pas cinq minutes après le début du premier épisode, l’un d’eux commet un meurtre sans le vouloir. Et ne semble pas trop s’inquiéter des répercussions de son acte.

C’est une série qui fonctionne pour ceux qui aiment et ceux qui détestent les trucs de super-héros- Eric Kripke, showrunner de "The Boys"

A-Train, aussi rapide que Flash, transperce littéralement une jeune femme qui se trouvait sur sa route. Sang sur le visage, son petit ami Hughie n’a plus que ses mains dans les siennes. Et ses yeux pour pleurer. La scène, qui fait exploser un personnage au ralenti avec tous les débris corporels qui vont avec, donne le ton de l’ensemble de la série. Inattendue et délicieusement gore. Lancée à l’été 2019 sur Amazon Prime Video, The Boys a immédiatement séduit public et critique qui lui accordent 97% d’avis favorables sur Rotten Tomatoes.

"C’est une série qui fonctionne pour ceux qui aiment et ceux qui détestent les trucs de super-héros. Elle offre tout le plaisir du genre mais elle se montre aussi très critique envers lui et le déconstruit. Elle reflète exactement le monde dans lequel nous vivons  à l’instant T. Je pense que les gens la trouvent étonnamment actuelle et sans doute plus intelligente que ce qu’ils pensaient au moment où ils ont commencé à la regarder", avance le showrunner Eric Kripke (Supernatural), interrogé par nos soins lors d’une conférence de presse virtuelle au début du mois d’août. Il évoque aussi la violence sans retenue, "le sens de l’humour" et surtout le jeu de ses acteurs pour expliquer le succès de cette adaptation du comics du même nom.

La série vire au bras à fer à distance entre deux groupes, sur fond d’humour noir, de dialogues savoureux et de coups à la chaîne. Ou comment les Boys, emmené par un anti-héros sans foi ni loi (Karl Urban) et un Hughie (Jack Quaid) désireux de venger la mort de sa petite amie, vont tenter de faire tomber les Sups de leur piédestal et révéler leur vrai visage à la face du monde. Homelander, double maléfique de Captain America aux yeux laser, est détestable à souhait. Idem pour The Deep, sorte d’homme-poisson à l’anatomie très généreuse et pas franchement adepte du consentement qui a beaucoup fait réagir. Et pour cause, son interprète nous avait habitués à être plus sage à l’écran. "C’est sûr, je sais que c’est un peu différent de Gossip Girl. Mais j’ai vu dans ce rôle un moyen de changer la donne pour moi, comme une opportunité pour faire quelque chose d’un peu plus brut de décoffrage", reconnaît Chace Crawford, qui était l’une des stars de la série teenage diffusée sur TF1.

C'est lui qui est au cœur de la scène de la saison 2 qui a été le plus vivement commentée cet été. The Deep croit pouvoir arrêter les Boys en s'interposant devant eux avec l'aide d'une baleine. C'était sans compter sur eux qui, au lieu d'arrêter leur bateau, appuient sur l'accélérateur et finissent par traverser l'animal. Avec les conséquences sanguinolentes que ça implique..."Clairement, on a eu un budget sang plus important pour cette saison", s'amuse Laz Alonso (La Crème). Les trois premiers épisodes présentés à la presse sont sur la même dynamique folle que leurs prédécesseurs. Un peu plus barrés même. Karl Urban promet que cette saison 2 explorera davantage "le parcours" des personnages et les mettra tous sous pression.

Une saison 2 "coup de poing" selon Karl Urban

"On leur a tous arraché quelque chose et nous allons voir comment ils vont chacun gérer ça. Et vous savez, au fur et à mesure du tournage, on a placé la barre de plus en plus haut pour atteindre une sorte de crescendo. Je me souviens qu'à un moment, je me suis tourné vers Laz et je lui ai dit : 'Non seulement on a approfondi l'histoire de ces personnages mais on a aussi vu plus grand'. Cette saison fait tellement l'effet d'un coup de poing qu'on est tous très excités que tout la monde la voie. C'est comme la saison 1 mais avec une énorme dose" d'un ingrédient spécial qu'on ne vous dévoilera pas si vous n'avez pas encore regardé un seul épisode. Parce que se lancer dans The Boys, c'est la garantie d'entrer dans un univers aussi déjanté que passionnant. Les trois premiers épisodes de la saison 2 seront disponibles dès le 4 septembre et seront suivis d'un inédit chaque semaine jusqu'en octobre. De quoi accrocher davantage un spectateur qui n'avait pas besoin de ça pour avoir envie de découvrir la suite.

The Boys - saison 2 dès le 4 septembre sur Amazon Prime Video

Saison 1 déjà disponible

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent