"The Handsmaid's Tale" : le casting de la série prend position contre les lois anti-avortement aux Etats-Unis

Médias
COMBAT – Les stars de la série "The Handsmaid's Tale" ont tourné une vidéo pour prendre officiellement position contre les lois anti-avortement qui ont été promulguées dans plusieurs états américains. Un message fort, d'autant que le costume de la série est devenue un symbole de la lutte pour le droit à l'IVG.

Ils ne pouvaient pas garder le silence. Les actrices et acteurs de la série "The Handsmaid's Tale", dont la saison 3 vient de démarrer, ont décidé de tourner une vidéo pour dénoncer la restriction du droit à l'avortement dans 28 états américains. Dans ce clip en noir et blanc produit par le magazine "Harper's Bazaar" en partenariat avec le Planning Familial, on peut voir Elisabeth Moss (alias June, héroïne de la série), Samira Wiley (Moira), Ann Dowd (la terrifiante Tante Lydia) ou encore Bradley Whitford (Commandant Lawrence) prendre la parole pour défendre le droit des femmes à disposer de leur corps.


"Nous sommes face à une crise de santé publique. Ce n'est pas Gilead. Ce n'est pas 'The Handmaid's Tale'. Ce n'est pas un livre. Ce n'est pas une série. C'est l'Amérique, c'est notre réalité", expliquent tour à tour les comédiens de cette dystopie glaçante qui font le parallèle entre ce qui se passe à Gilead (la terrible République imaginaire imaginée par Margaret Atwood, auteure de "La Servante écarlate", le livre qui a inspiré la série) et aux Etats-Unis en ce moment. 

Un message d'autant plus poignant que le costume rouge de la série est devenu le symbole des luttes féministes à travers le monde, en particulier pour défendre l'IVG. Aux Etats-Unis (photo ci-dessous prise le 19 mai 2019 en Alabama), en Argentine et en Italie : dans de nombreuses manifestations, on peut voir des militantes arborer ce symbole de l'oppression des femmes. 

Depuis plusieurs mois, de nombreuses personnalités américaines sont montées au créneau contre ce qu'il se passe outre-Atlantique, à l'instar de l'actrice Alyssa Milano, qui a appelé à une grève du sexe pour dénoncer le durcissement de la loi sur l'avortement dans l'État de Géorgie. 


En Alabama, pour rappel, l'interruption volontaire de grossesse est désormais assimilée à un meurtre et les médecins  qui la pratiquent risquent la prison. L'IVG n'est tolérée que si la grossesse fait courir un danger mortel à la mère, sans exception en cas de viol ou d'inceste. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter