"The Voice 2020" - Antony chante pour sa sœur décédée : "La musique a été mon médicament"

"The Voice 2020" - Antony chante pour sa sœur décédée : "La musique a été mon médicament"

INTERVIEW - Il a bouleversé le jury avec sa reprise de "Casting", de Christophe Maé. Antony Trice, le jeune Suisse de 24 ans qui chante en hommage à sa sœur décédée, s'est qualifié pour la suite de l'aventure. Il livre à LCI ses premières impressions.

C'était sans aucun doute le moment le plus fort de cette deuxième session des auditions à l'aveugle de "The Voice". Ce samedi 25 janvier, Antony Trice, un jeune chanteur suisse de 24 ans, s'est qualifié en interprétant "Casting" de Christophe Maé. Une chanson qu'il a tenu à dédier à sa grande sœur décédée lorsqu'il avait 13 ans. Agée de 16 ans à peine, elle a perdu la vie dans un accident de scooter. 

Bouleversé par la disparition de celle qui était son modèle, Antony sombre mais il parvient à se relever grâce à la musique, la grande passion de sa sœur.  "J'ai pris sa guitare et j'ai appris", a expliqué le jeune homme très ému avant son audition. Etudiant pour devenir professeur des écoles, le jeune chanteur nous livre ses premières impressions.  

Toute l'info sur

The Voice 2020

Lire aussi

LCI : Vous vous êtes présenté en hommage à votre sœur décédée à l'âge de 16 ans. C'était une décision individuelle ou familiale ? 

Antony Trice : C’était une décision individuelle. Ça fait cinq ou six ans que je chante et quand on m'a proposé de faire "The Voice", je me suis dit que cette année, j'étais enfin prêt. C'était le moment de me lancer dans le grand bain. 

Votre histoire est très forte, très touchante. On sent un besoin d'en parler mais avec beaucoup de pudeur… 

Je n'ai pas de souci pour parler de ma sœur car c'est pour elle et grâce à elle que j'ai commencé la musique. Mais je pèse toujours mes mots car j'ai peur qu'on puisse penser que je joue de ça. Mes proches m'ont dit que durant l'audition, ils ne m'avaient jamais vu chanter comme ça. Moi non plus je ne m'étais jamais vu comme ça. J'ai vraiment eu l'impression d'être habité par ma sœur. Je vous dis ça mais, en même temps, j'ai peur qu'on puisse penser que j'utilise son histoire alors que ce n'est pas du tout le cas. 

Vous dites que la musique vous a sauvé. Comment allez-vous aujourd'hui ?

Je vais bien, mieux que jamais. La musique a été mon médicament et "The Voice" m'a permis de me rendre compte qu'il a été efficace. Et que ça peut durer dans le temps. 

J'ai interprété ma chanson comme si c'était la dernière fois que je chantais. - Antony Trice

Qu'avez-vous ressenti en arrivant sur la scène de "The Voice" ?

Avant d'entrer en scène, j'étais très stressé, paniqué. Mais dès que j'ai commencé à chanter, j'ai été transporté. J'ai interprété ma chanson comme si c'était la dernière fois que je chantais. 

Vous avez choisi d'interpréter "Casting", de Christophe Maé. C'était ce titre et rien d'autre ? 

Oui, je voulais absolument chanter ce titre. La première fois que je l'ai entendu avec mes parents, j'ai rigolé et je leur ai dit que Christophe Maé l'avait écrit pour moi. Je me reconnais dans ce jeune homme qui se présente à un casting et qui dit "Regardez-moi", car la seule chose que je sais faire, c'est de la musique et je ne peux pas vivre sans ça. Il y a une phrase qui dit : "Je ne veux plus chanter dans ma chambre, je veux qu'on m'écoute, pas qu'on m'entende". Et c'est exactement ce je vis. 

Il faut beaucoup de courage pour se présenter à "The Voice", non ? 

Il faut du courage car "The Voice", ce n'est pas un concert, mais une prestation qui met énormément de pression. Il faut aussi être prêt à toutes les éventualités. Ce n'est pas parce que les fauteuils ne se retournent pas qu'on ne peut pas faire carrière. 

Lire aussi

Vous avez choisi d'aller avec Marc Lavoine. Aviez-vous une idée du coach avec lequel vous vouliez travailler avant ?

Je m'étais promis que si j'avais le choix, j'aurais écouté tout ce que les coachs avaient à me dire avant de me décider. Ma performance partait d'un partage de sentiments. Je voulais les écouter pour voir s'ils avaient compris mon message. Quand Marc Lavoine  m'a demandé "Qu'est-ce qui te pousse à me dire : 'Regarde-moi ?'", j'ai su qu'il avait saisi le message. Comme on dit en Suisse, ça m'a dressé les poils.  

Comment abordez-vous la suite ? 

Les Battles c'est quelque chose que me fait peur car on chante contre quelqu'un. Et même si je fais la meilleure performance de ma vie, si la personne en face de moi fait une performance meilleure que la mienne, je ne passerai pas. Et je préfère perdre contre moi-même, comme aux auditions à l'aveugle, que contre quelqu'un. 

Etes-vous prêt à chanter sans la guitare de votre sœur ?

Il y a une confusion car on m'a déjà posé la question plusieurs fois, mais la guitare avec laquelle je chante sur scène n'est pas celle de ma sœur. J'ai juste appris à jouer avec sa guitare. Mais c'est une bonne question car oui, ça me fait peur de chanter sans ma guitare. C'est un peu comme un barricade, on peut se cacher derrière. Comment occuper la scène et interpréter avec son corps ? Ça va être un autre travail, et j'avoue que c'est stressant.  

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Voici les trois étapes de l'assouplissement du confinement jusqu'à janvier

EN DIRECT - Vaccin anti-Covid-19 : l'UE annonce un contrat avec Moderna

"Koh-Lanta" : avant la finale, qui remporte le match des réseaux sociaux ?

EN DIRECT - États-Unis : le camp Biden salue la mise en place d'un "transfert du pouvoir pacifique"

Élection américaine : ce que change le feu vert de Trump à la General Services Administration

Lire et commenter