Trump président : Bernard Pivot ironise sur l’emballement des médias français

Médias

Toute L'info sur

La présidence Donald Trump

DECALAGE - Depuis l’annonce de la victoire de Donald Trump, les titres de la presse rivalisent de métaphores spectaculaires. Ce qui amuse beaucoup Bernard Pivot, ancien journaliste, comme il l’explique ce jeudi matin sur son compte Twitter…

C’est un Twittos un peu plus cultivé que la moyenne. Depuis qu’il s’est inscrit en 2011 sur le réseau de l’oiseau bleu, Bernard Pivot ne manque pas une occasion de commenter l’actualité avec l’humour pince-sans-rire qui le caractérise. Ce jeudi matin, c’est pour réagir à l’emballement médiatique consécutif à l’élection de Donald Trump qu’il a décidé de lâcher quelques tweets plutôt bien sentis. 


Dans son viseur ? Les gros titres de la presse écrite et des chaînes de télé qui surenchérissent pour décrire l’accession au pouvoir du milliardaire républicain. "Séisme, coup de tonnerre, douche froide, raz de marée, coup de marteau, tremblement de terre, onde de choc, etc. Triomphe des métaphores", s’amuse l’ancien journaliste qui préside l’académie Goncourt depuis 2014.

"Sûr que maintenant Trump et les Américains vont à leur tour se passionner pour le grand spectacle de nos primaires de la droite", ajoute-t-il, un brin ironique.

Mercredi, déjà, il s’amusait de la métaphore sismique très employée par ses ex-confrères : "La Floride a basculé, les Etats-Unis ont basculé, la Maison Blanche a basculé, et je m’accroche à l’échelle de Richter."

Pour le plaisir, on vous livre sa définition rigolote du néologisme "Trumpéter" : "être milliardaire et populaire. Ex. que veux-tu faire, mon garçon, quand tu seras grand ? Je veux trumpéter." Bientôt dans le dictionnaire ?

En vidéo

Trump dépasse largement Clinton dans les recherches Google

Lire aussi

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter